Turquie: 149 généraux et amiraux limogés, des dizaines de journaux, radios et télés fermés

Erdogan a décidé d'utiliser les grands moyens pour éradiquer la menace.
Erdogan a décidé d'utiliser les grands moyens pour éradiquer la menace.

Cent quarante-neuf généraux et amiraux ont été limogés de l'armée turque pour leur implication dans le coup d'Etat raté du 15 juillet, a annoncé mercredi soir un responsable turc. Et de nombreux titres de presse sont interdits par la même occasion.

Ces officiers supérieux ont été limogés pour leur complicité dans la tentative de coup d'Etat, a déclaré ce responsable, précisant qu'il s'agissait de 87 hauts gradés de l'armée de terre, 30 de l'armée de l'air et 32 de la marine.

Ces limogeages en nombre sont intervenus à la veille d'un Conseil militaire suprême qui doit se tenir jeudi à Ankara en présence du Premier ministre turc Binali Yildirim et des plus hauts responsables de la hiérarchie militaire, afin de procéder à un ample remaniement de l'armée.

Depuis le coup d'Etat raté du 15 juillet, 178 généraux avaient été placés en garde à vue, soit la moitié des généraux et amiraux de l'armée, selon des chiffres donnés par le ministère de l'Intérieur.

Si d'après des chiffres officiels, une petite partie de l'armée turque --la deuxième plus importante en nombre de soldats après celle des Etats-Unis-- a été impliquée dans le coup, le ministre de l'Energie et gendre du président Recep Tayyip Erdogan a précisé que les partisans de Fethullah Gülen, le prédicateur en exil qu'Ankara accuse d'avoir fomenté le coup, avaient infiltré la haute hiérarchie militaire.

Par ailleurs, les autorités ont ordonné la fermeture de dizaines de journaux, magazines, télévisions et stations de radio, a annoncé mercredi soir le Journal officiel.
Trois agences de presse, 45 journaux et 16 chaînes de télévision sont concernés par cette mesure.

En outre, 23 stations de radio, 15 magazines et 29 maisons d'édition ont été fermés, a annoncé le Journal officiel. Aucune liste des médias concernés n'a été fournie mais selon la chaîne de télévison privée CNN-Türk il s'agit essentiellement de médias de province, mais aussi de certains médias à diffusion ou audience nationale. L'agence de presse Cihan fait partie de ceux-ci, aux côtés de la télévision prokurde IMC TV et du quotidien d'opposition Taraf.

Le quotidien Zaman et sa version anglaise Today's Zaman - qui faisaient partie, comme Cihan, d'une holding liée au prédicateur Fethullah Gülen jusqu'à leur remise au pas en mars dernier - ont également été abruptement fermés.

Avec AFP

Plus d'articles de : International

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
Bachir Ariouat

L'objectivité exige de mesure et de la sagesse, l'histoire éclaire l'être humain s'il veut se doter de la sagesse, la bonne science éclaire avec ses rayons de lumières, la vie est trop courte pour la gaspiller dans la médisance.

Après avoir dit tout ça, faut-il se taire et ne rien dire, je pense que non, la méfiance des hommes politiques et des religieux la seconde branche et vraie branche des politiciens de cette terre.

Fait qu'il ne faut pas se taire, il faut agir et dénoncer ce qui peut-être dénoncer, agir pour le bien des êtres de ce monde aveugle emplie de haine et de la mort, par ces politiciens véreux et religieux prêcheurs de la haine et de la mort.

Les militaires reçoivent une formation pour, torturer et tuer, c'est leurs métiers, ils l'ont choisis.

Les politiciens véreux nous voyons ce qu'ils ont fait des civilisations et des pays pour s'enrichir.

La haine, la mort et l'argent est leur point commun, alors qui choisir, il faut se garder de juger, mais suivre les évènements et laisser l'histoire s'écrire. nous saurons peut être un jour la vérité.