Sommet des chefs d’Etats arabes : l’échec recommencé

Un sommet sans chefs d'Etats.
Un sommet sans chefs d'Etats.

C'est un sommet quelconque de la Ligue arabe qui s'est tenu lundi 25 juillet à Nouakchott, en Mauritanie. Seuls six sur les 22 que compte la Ligue étaient présents. Boudé, aucune décision majeure n'en est sortie.

Abdelaziz Bouteflika ne sortant plus de sa résidence de Zéralda a chargé encore une fois Abdelkader Bensalah, patron du Sénat de le représenter. Dans une déclaration ampoulée, il avait promis que ce sommet allait être «exceptionnel», il a été quelconque. Le sommet de la Ligue arabe aura finalement ressemblé aux précédents avec en prime l’absence de chefs d’Etat et de décision majeure.

Appelé sommet de l’espoir, il n’aura nourri que doutes et les mêmes appréhensions qui traversent ce syndicat de chef d’Etat depuis sa naissance.

Censé être un sommet de chefs d’Etat, il n’a finalement réuni qu’une poignée d’entre eux. Sur les 22 pays membres que compte la Ligue, seuls six chefs d'Etat étaient présents. Parmi eux, le Soudanais Omar el-Bechir, visé par un mandat d'arrêt international, le Tchadien Idriss Déby, les émirs du Qatar, du Koweït, les présidents du Yémen, des Comores, de Djibouti. Aucun chefs d’Etat important n’a daigné se déplacer à Nouackchott. Ni le roi d'Arabie saoudite, ni le président égyptien, ni bien entendu Abdelaziz Bouteflika. Encore moins le roi du Maroc qui s’est désisté à la dernière minute, sans doute ayant compris qu’il risquait de se retrouver seuls.

Prévu sur deux jours, le sommet s’est résumé à un après-midi de débats, sans décision importante. Pourtant le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a dû racler les fonds de caisses de l’Etat mauritanien pour donner à ce rendez-vous une épaisseur importante. Ouverture d'un terminal d'aéroport flambant neuf, réfection de l'autoroute le reliant à Nouakchott, installation de tentes ultra-sécurisées pour servir de centre de conférence... En vain.

Mais à la fin, le bilan est mitigé. Bien entendu, les présents ont réitéré la nécessité de lutte contre le terrorisme et autres défis auxquels ils sont confrontés... Autrement dit, de nombreux discours, mais aucune décision majeure sur le plan politique ou économique. Pourtant, l'agenda était ambitieux : la mise en place d'une force commune, le dossier libyen, la Palestine, la Syrie, le Yémen... Les présents devaient avoir du pain sur la planche.

C'était la première fois depuis la fondation de la Ligue arabe qu'un sommet se tenait à Nouakchott. Il faut dire que la Mauritanie avait été mise à la marge en raison de ses liens diplomatiques avec Israël, voulus par l'ancien président Ould Mohamed Taya.

Yacine K.avec RFI.

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (4) | Réagir ?

avatar
khelaf hellal

La Mauritanie a le mérite et le courage de réviser sa Constitution en projetant supprimer la deuxième chambre du parlement : le Sénat en la soumettant à un référendum populaire, considérant cette haute institution comme un copier-coller des démocraties occidentales, une instance bloquante et budgétivore pour ne pas dire inutile.

avatar
Hend Uqaci Ivarwaqène

Kouma on dit dijà ?

Ibn khaldoun, le yéménite, qui est le seul savant arabe à ne pas causer comme un arabe sauf quand il cause des arabes avait dit : les arabes se sont mis d’accord pour ne pat être d’accord : ce qui est un paradoxe, ou une contradiction dans les termes. Il aurait, en effet dû dire : les arabes ne se sont pas mis d’accord pour être d’accord. Parce que même pour ne pas être d’accord les arabes sont incapables de trouver un accord.

On ne change pas une équipe qui perd. Toute la difficulté est de rater du premier coup. Après il suffit de recommencer l’échec, koum il a dit lwi.

Iwi ! kistivou ! Quand je vois que regrette d’être kabichou parceque ce n’est pas kamim une affaire facile, je me dis qu’à quelque chose malheur est bon. Putain ! J’aurais pu être arabe, ya boureb !

Et musulman en plus, ih.

Ayavava !

visualisation: 2 / 4