Baisse de 70 % des importations de véhicules au 1er semestre 2016

C'est à un effondrement des importations que nous assistons cette année.
C'est à un effondrement des importations que nous assistons cette année.

La baisse des prix du pétorle ont eu des conséquences directes sur les importations de véhicules en Algérie.

La facture d'importation des véhicules a reculé à 691 millions de dollars (usd) durant le 1er semestre 2016 contre 2,13 milliards usd durant la même période de 2015, soit une baisse de l'ordre de 1,44 milliard usd (-67,53%), a appris dimanche l'APS auprès des Douanes.Quant aux quantités importées, elles ont chuté de 73,63% avec 47.484 véhicules importés entre début janvier et fin juin 2016, contre 180.082 unités au 1er semestre 2015, soit 132.598 véhicules de moins, précise le Centre national des statistiques des Douanes (CNIS).

Concernant les parties et accessoires des véhicules automobiles, la facture d'importation a été de 198,1 millions usd contre 201,15 millions usd (-1,52%), précise la même source.

Voici l'état des importations par les principaux concessionnaires au 1er semestre 2016. Les chiffres entre parenthèses sont ceux du 1er semestre 2015.

Concessionnaires Nombre (Unités) Valeur (Millions $)

Renault Algérie 15.026 (39.240) 140 (349)
Peugeot Algérie 9.119 (20.188) 90 (240)
Sovac Algérie 5.714 (15.890) 81 (230)
Kia Motors Alg 3.301 (11.472) 28 (120)
Nissan Motors Alg 2.277 (4.777) 43 (55)
GM Trade 2.005 (22.127) 56 (220)
Elsecom 1.758 (6.752) 22 (81)
Toyota Algérie 1.084 (7.621) 22 (147)
Hyundai Motors 877 (19.929) 10 (175)
Foton 538 (228) 7 (3)
Ival 523 (419) 21 (16)
Cima 438 (1.112) 5 (15)
Saida 387 (3.241) 5 (39)
Emin Auto 324 (5.493) 5 (70)
GBR Auto 220 (758) 1 (5)
KIV 202 (905) 3 (12)
GMS 151 (2.661) 7 (57)
FAW Motors 140 (432) 1 (2)
Famoval 136 (473) 1 (3)
VEDIS 120 (291) 1 (2)
Falcon Motors 92 (1.394) 2 (28)
Midi Negoce 62 (333) 1 (7)
Burgan 35 (6.342) 0,35 (34)
Jamal 22 (1.055) 0,36 (11)
Prox4 20 (390) 0,13 (0,41)
Diamal 17 (1.260) 0,43 (16)
S/Total 44.588 (174.783) 553 (1.937)
Total général 47.484 (180.082) 691 (2.129).

Pour rappel, les licences d'importation des véhicules ont été attribuées, en mai dernier, à 40 concessionnaires sur 80 postulants.

Fixé initialement à 152.000 unités pour l'année 2016, le contingent quantitatif d'importation des véhicules a été finalement réduit à 83.000 unités.

Le contingent des véhicules concerne ceux destinés au transport de dix personnes ou plus (chauffeur inclus), les véhicules de tourisme et autres véhicules automobiles principalement conçus pour le transport des personnes (y compris les voitures de type "break" et les voitures de course) et les véhicules dédiés au transport de marchandises.

Les engins tels que les camions et tracteurs que certains professionnels importent pour le fonctionnement de leur entreprise ne sont pas concernés par le dispositif des licences.

Selon les prévisions du ministère du Commerce, la facture d'importation des véhicules ne dépassera pas un milliard usd en 2016, contre 3,14 milliards usd (265.523 véhicules) en 2015 et 5,7 milliards de dollars en 2014 (417.913 unités).

Parallèlement à l'octroi des licences, le gouvernement a exigé des concessionnaires d'engager des investissements dans le secteur des véhicules et les filières industrielles annexes.

Lors d'une visite en juin dernier à Tiaret, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait rappelé l'obligation de tous les concessionnaires automobiles d'investir localement, sans quoi la licence d'importation leur sera retirée en 2017.

Dans le sillage de la chute des prix de pétrole, le gouvernement a décidé de plafonner certaines importations à travers la mise en œuvre du régime des licences d'importation. Jusqu'à présent, les produits concernés sont les véhicules, le ciment portland gris, le rond à béton et certains produits agricoles.

Avec APS

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
Bachir Ariouat

Nous sommes tentés de dire bravo, s'il y avait sur le marché de l'automobile Algérien une productions de gamme moyennes qualités et de bonne qualité.

Ça encore mieux, si les pièces qui servent à la fabrication et à l'assemblage de ces véhicules, étaient produits en Algérie.

Nous pourrions que dire bravo aux made in Algéria, malheureusement, nous sommes loin de cette vérité et réalité économique, les Algériens font qu'assemblée à coups de tournevis des clefs plates, les produits importés de l'étranger notamment de ROUMANIE, pour les voitures de marque de chez RENAULT.