Le nouvel album d’Abranis bientôt dans les bacs en Algérie !

La couverture de l'album
La couverture de l'album

C’est un évènement ! Abranis nous revient avec un nouvel album toujours aussi rock toujours aussi fort produit par Gosto. L’annonce de la sortie de ce nouveau volet en mai dernier sur les réseaux sociaux avait suscité un grand engouement auprès des internautes.

Nous l’avons écouté et voici ce que nous pouvons vous en dévoiler.

Cinq ans après le succès de Rwayeh, Abranis signe ce nouvel opus avec de nouvelles compositions directement inspirées de ses expériences humaines et artistiques. Sa voix profonde fera de nouveau vibrer ses fans ! Les compositions qui habillent cet album sont un peu intimes, politiques et sociétales. En tout, onze chansons qui offrent un registre varié, allant du rock aux ballades douces.

Le titre de l’album "Asmekti" laisse à penser qu’Abranis oscille entre passé et présent, souvenir et lendemain. Empreint de nostalgie, cet album reste bien contemporain avec quelques teintes du son d’Abranis de l’époque.

En 2016, le taulier du rock algérien nous surprend toujours. Il aborde différents sujets qui lui tiennent à cœur. La disparition de son père durant la guerre d’Algérie, un titre touchant qui nous plonge dans l’émotion d’un enfant qui a perdu son papa. Les quelques notes de guitare en intro nous donne rapidement le décor de la chanson. Le texte bouleverse, la musique transporte.

On y découvre également un artiste plein de tendresse pour chanter ses proches, une grande première pour Abranis qui dédie une chanson à ses petits-enfants où le prénom de son petit-fils Silas revient comme un leitmotiv !

Abranis s’est-il livré à nous plus qu’il ne l’avait fait auparavant ? Une question que nous pourrions lui poser.

Avec ce nouvel album, Abranis prouve encore une fois qu’il n’est pas conformiste, bien au contraire. De tout temps le groupe a porté haut et fort les revendications de tout un peuple et de toute une jeunesse : la soif de Libertés, de tolérance et d’ouverture d’esprit sans oublier l’identité amazigh. Il est d’ailleurs le premier groupe de rock africain et quasiment l'unique qui continue de produire, et ce depuis les années 1970, des morceaux originaux puisés dans la poésie profonde berbère. A l’image de Tajmilt, titre officiel du nouvel album, dont le clip met parfaitement son message en lumière : "Malgré nos différences, vous qui protégez tamazight, c’est Tamazight qui nous unit». Puissant message d’union et de fraternité plus qu’indispensable en ces temps troubles pour porter haut et fort l’identité amazigh.

Dans ce dernier volet, Abranis interpelle et dénonce également l’immobilisme d’une certaine presse et de certains artistes. Le message n’est pas faiblard au contraire ! Il s’adresse à ceux qui sans cesse crient leur manque de liberté d’écrire ou de chanter mais qui au final s’avère être parfois et malheureusement leur propre censeur. Ma mazal est ce titre poignant dans lequel Abranis ne cherche pas forcément à attaquer mais plutôt à la prise de lucidité. Il évoque même l’hypothèse d’être parmi ceux qui se sont laissés aller dans "ces délices de Capoue" et se seraient réduits au silence. Ainsi, Abranis termine sa chanson en émettant l’espoir que s’il est de ceux-là, qu’il y ait une conscience pour l’éveiller lui aussi.

En matière de compositions, la plupart lui sont propres. Cependant, Abranis a notamment pu compter sur la plume d’Amirouche Amwanès pour le titre Lbaz, Salim Benkhlifa auteur de Tamurt-iw et Abdelhi Said pour le morceau Urgagh. De plus, on découvre un texte en l’honneur d’une divinité païenne du compositeur Améziane Kezzar dont l’interprétation relève presque du génie avec un jeu de chœurs et de sons allant crescendo. Enfin, une composition du maître de l’écriture poétique Mohand ou Yahia auquel Abranis, dans ce clin d’œil, tend à rendre hommage avec le titre Yerna dessen.

Du côté des musiciens, Abranis s’est entouré de Nazim Mohammedi et Idir Mouhia (guitares), Yacine Haddad (batterie), Younès Kati (percussions), Lahlou Hammoudi (basse) et Ferhat Kaci (clavier). De cette collaboration, il en sort des musiques rythmées, belles et bien rock mais aussi des sons plus doux qui servent d’écrin à la voix grave et profonde du chanteur.

Ainsi, ce énième album donne à entendre un Abranis bien en vogue qui livre de nouvelles facettes de l’artiste. Tendre pour chanter ses proches, mélancolique quand il se souvient d’un être cher disparu, également contestataire quand il dénonce ou encore original quand il aborde un chant païen.

Souhaitons qu’une grande tournée suive la sortie de l’album !

Nassima Chillaoui

Voir le clip Abranis «Tajmilt» : https://youtu.be/kWFpmXSgA0Y

Plus d'articles de : Culture

Commentaires (0) | Réagir ?