Le gouvernement libyen accuse la France de "violation de son territoire"

Le gouvernement libyen accuse la France de "violation de son territoire"

Le gouvernement libyen d'union nationale (GNA) a accusé mercredi la France de "violation" de son territoire, après l'annonce par Paris de la mort de trois de ses militaires dans ce pays, confirmant pour la première fois la présence de soldats français en Libye.

Le gouvernement libyen ignorait-il que des forces spéciales françaises opéraient sur son territoire ? Peu sûr. La présence française est "une violation du territoire libyen", a déclaré le GNA dans un message sur son compte Facebook, estimant que rien ne "justifie une intervention" étrangère sans qu'il en soit informé. Le GNA s'est dit "mécontent de l'annonce du gouvernement français concernant la présence française dans l'est de la Libye".

A cette occasion des centaines de personnes ont manifesté mercredi dans plusieurs villes de Libye pour protester contre la présence militaire française. Des rassemblements ont notamment été organisés dans la capitale Tripoli mais aussi à Misrata (à 200 km à l'est de Tripoli), selon un photographe de l'AFP et une télévision libyenne. Il est cependant étrange que le gouvernement que dirige Fayez el-Sarraj fasse mine aujourd'hui de le découvrir. Installé fin mars dernier, Fayez El Sarraj doit sa "survie" à un soutien occidental actif.

"Instabilité"

Pour la première fois depuis 2012, la France a reconnu officiellement la présence de ses militaires sur le sol libyen. Mercredi matin, Paris a annoncé que trois soldats français étaient morts en Libye. "La Libye connaît une instabilité dangereuse. C'est à quelques centaines de kilomètres seulement des côtes européennes. Et en ce moment même, nous menons des opérations périlleuses de renseignement" dans ce pays, a déclaré le président François Hollande. "Trois de nos soldats qui étaient justement dans ces opérations viennent de perdre la vie dans le cadre d'un accident d'hélicoptère", a-t-il dit.

Selon des sources libyennes, l'appareil aurait été pris pour cible dimanche par des islamistes équipés de systèmes sol-air portatifs de type SA-7. Les militaires français ont "probablement été visés par des groupes islamistes dans le secteur de Magroun, à environ 65 kilomètres à l'ouest de Benghazi" (est), a déclaré un commandant relevant des forces du général Khalifa Haftar, basé dans l'est de la Libye.

Dans un contexte volatile, les Etats-Unis ont envoyé quelques forces spéciales en Libye afin de mieux connaître le terrain et identifier les différentes forces en présence. Leur rôle reste cantonné au renseignement, assure le Pentagone.

Des médias britanniques ont aussi évoqué la présence de forces spéciales du Royaume-Uni en Libye. La France reconnaissait jusqu'ici que ses avions militaires survolaient le pays - ils l'ont notamment fait à partir du porte-avions Charles de Gaulle - pour collecter du renseignement sur les positions du groupe jihadiste Etat islamique (EI). Elle n'avait en revanche jamais confirmé de présence militaire au sol - forces spéciales et/ou agents du Service action du Renseignement extérieur (DGSE), opérant dans la clandestinité.

Conseillers

Un membre des forces spéciales du général Khalifa Haftar a affirmé à l'AFP que les soldats français tués étaient des "conseillers". Les combattants qui ont visé l'hélicoptère M17 "essaient de nous attaquer depuis l'ouest de Benghazi afin de pénétrer dans la ville et d'y stopper notre avancée", a ajouté un autre commandant opérant sous les ordres du général Haftar.

Ce dernier, chef proclamé de l'Armée nationale libyenne (ANL), s'est posé en héraut de la lutte contre les islamistes - dont le groupe Etat islamique - à Benghazi, principale ville de l'est du pays, avec un succès mitigé. Il s'oppose en outre toujours à l'autorité du gouvernement libyen d'union nationale (GNA), soutenu par les Occidentaux et installé depuis fin mars à Tripoli, et est resté loyal aux autorités parallèles qui siègent dans l'est du pays.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est livrée aux milices armées et minée par des luttes de pouvoir et des violences qui ont favorisé la montée en puissance des jihadistes de l'EI. Les Européens s'inquiètent de cette menace directe au sud de la Méditerranée, même si l'EI est sous la pression des forces du gouvernement d'union nationale dans son fief de Syrte (centre-nord).

Le groupe, qui cherche à étendre son influence au-delà de la Syrie et de l'Irak, où il est sur la défensive, compterait 1.000 à 1.500 combattants en Libye, selon une source sécuritaire française, soit beaucoup moins que les 3.000 à 5.000 évoqués jusqu'ici.

L. M.A/AFP

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (6) | Réagir ?

avatar
Bachir Ariouat

Aux frères Libyens, vous êtes comme le reste de vos frères de l'Afrique du nord, comme eux vous comptez pour du beurre, nos pays ont à leurs têtes des chiens galeux, prêt à servir leurs maîtres et accéder aux plus hautes fonctions.

Les peuples de l'Afrique du nord ont tout temps étaient banalisés, marginalisés, vendus, pour moins que rien.

Tant que les peuples nord Africains se soutiendrons pas entre eux, ne s'unissent dans un et même combat pour la liberté et leur histoire, ils pourront jamais avancer, ils reculeront chaque jour qui passe.

avatar
deradji nair

Voila lorsqu'on est faible on subit toute les humiliations inimaginable et lorsque après plus de 15 ou size siècle on nous parle encore de Tamazgha c'est hommes qui vivaient dans des cavernes comme des animaux et que certains veulent qu'on y reviennent encore et encore. L''unité des pauples arabo-musulmanes et plus que nécessaire aujourd'hui car des pays qui y possèdent les plus grandes richesses du monde ne fabriquent meme une bougie pour s'éclairer la nuit en cas où l'électricité est coupé. nous subirons toujours plus tant que nous ne revenons pas à notre Islam et à combattre ses ennemis. Le monde arabo-musulman doit plutot aider ceux qui combattent ces forces du diable plutot que de les traiter de terroristes. lorsqu'on dit que c'est l'Islam (isme) est du terrorisme et que nous les approuvions alors qu'attendons nous d'eux si ce n'est qu'ils nous occupent pour s'accaparer de nos réserves et de nos ressources. Pourquoi le monde arabe et musulman ne condamne pas ces excursions illégales sur nos terres un jour en Afghanistan, un autre en Irak, un autre en Syrie et un autre en Libye sans oublier celles dans les différents pays qui nous sont frontaliers (le @ongo, la cote d'Ivoire, le Centrafrique etc...

-5
avatar

Monsieur, lorsque on observe les massacres que commettent vos frères arabes en orient, cela se passe de commentaire, nous ancêtres vivaient peut être dans le cavernes, mais ils se mettaient à l'abri, alors que vos ancêtres vivaient couvert de sable pour subsistaient et accrochaient aux arbres à la bonne étoile.

Faites la différence qui étaient les peuples les plus en avance et les plus intelligent pour avoir l'idée de s'abrité.

visualisation: 2 / 4