Des historiens français réclament la restitution des crânes d'Algériens à leur pays

Des crânes de grands résistants algériens gardés dans un musée français.
Des crânes de grands résistants algériens gardés dans un musée français.

Le Matindz s'est fait l"écho du cas de ces résistants algériens il y a pas mal de temps déjà (*).

Cependant l'opinion universitaire a pris consicence depuis quelques semaines de l'urgence de a restitution de ces crânes de hérosalgéiren à leur pays. Seize historiens et intellectuels français et algériens ont demandé samedi à la France de restituer les crânes des résistants algériens de 1849, détenus au Museum national d’histoire naturelle (MNHN) de Paris, pour "rappeler l’histoire de la colonisation". Dans une tribune publiée par le quotidien Le Monde, intitulée "Les têtes des résistants algériens n’ont rien à faire au Musée de l’homme", le collectif signataire de cette tribune, dont Mohammed Harbi, Benjamin Stora, Olivier Le Cour Grandmaison, Gilles Manceron et Alain Ruscio, a souligné qu’il veut "contribuer à sortir de l'oubli l'une des pages sombres de l'histoire de France, celles dont l'effacement participe aujourd'hui aux dérives xénophobes qui gangrènent la société française".

Ils ont affirmé soutenir les appels de citoyens algériens à rapatrier ces dépouilles dans leur pays, pour "leur donner une sépulture digne, comme cela fut fait pour les rebelles maoris ou le résistant kanak Ataï et ses compagnons (en 2014)", rappelant les détails historiques de la révolte des Algériens de Zaâtcha contre l’occupation française.

"En 1847, les militaires français croient que c'en est fini des combats en Algérie, après plus de dix ans d'une guerre de conquête d'une sauvagerie inouïe. Mais, début 1849, dans le Sud constantinois, le cheikh Bouziane reprend le flambeau de la résistance. Après des affrontements, il se retranche dans l'oasis de Zaâtcha, véritable cité fortifiée où, outre des combattants retranchés, vivent des centaines d'habitants", ont relaté les historiens et intellectuels, dont parmi eux figurent Pascal Blachard, Raphaëlle Branche, Christiane Chaulet Achour, Didier Daeninckx (écrivain), René Gallissot, François Gèze (éditeur), Aïssa Kadri, Gilbert Meynier, François Nadiras (Ligue des droits de l’homme), Tramor Quemeneur et Malika Rahal.

Pour les signataires, il était "important" de relayer la pétition lancée en 2011 par l’historien algérien à l’origine de cette découverte, Ali Farid Belkadi, et celle lancée récemment par Brahim Senouci, "en rappelant la raison de la présence dans un musée parisien de ces restes mortuaires, à partir de l'histoire de l'un d'entre eux : le crâne du cheikh Bouziane, chef de la révolte de Zaâtcha en 1849, écrasée par une terrible répression, emblématique de la violence coloniale".

"Après d'âpres combats, au cours desquels les Français subissent de lourdes pertes, l'oasis est conquise", ont-ils ajouté, citant le témoignage de Charles Bourseul, un "ancien officier de l'armée d'Afrique", dans lequel il écrivait : "Les maisons, les terrasses sont partout envahies. Des feux de peloton couchent sur le sol tous les groupes d'Arabes que l'on rencontre. Tout ce qui reste debout dans ces groupes tombe immédiatement sous la baïonnette.

Ce qui n'est pas atteint par le feu périt par le fer. Pas un seul des défenseurs de Zaâtcha ne cherche son salut dans la fuite, pas un seul n'implore la pitié du vainqueur, tous succombent les armes à la main, en vendant chèrement leur vie".

Les signataires de la tribune se sont référés à l’ouvrage "La Guerre et le gouvernement de l'Algérie", du journaliste Louis de Baudicour qui raconta qu’"il y eut ce jour-là huit cents Algériens massacrés.

A signaler que la pétition mis en ligne a enregistré jusqu’à ce samedi plus de 27.000 signatures.

Le Muséum s’est dit, rappelle-t-on, "prêt" à examiner "favorablement" la demande de restitution des 36 crânes de chouhada, résistants algériens morts au champ d’honneur au début de la colonisation française, conservés depuis plus d’un siècle.

"Nous sommes prêts à examiner favorablement la demande de restitution des crânes des Algériens, conservés dans notre musée", avait affirmé en juin dernier, dans un entretien à l’APS, le directeur des collections au Muséum, Michel Guiraud, qui a souligné qu’il n’y a "aucun obstacle" juridique pour leur restitution.

APS

Lire aussi :

- Les 37 crânes d’anciens résistants algériens et la Joconde

- L'Algérie n'en veut pas des 37 crânes de résistants algériens de Paris ?

- Quand donc la fin du "séquestre" des 36 crânes de résistants algériens en France ?

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
klouzazna klouzazna

L'oeuvre civilisatrice de FAFA a osé même piller les cadavres des ancétres... après leur exécution et la spoliation de leurs terres !!! Cette même FAFA qui vient donner au monde entier des leçons sur le respect de la vie humaine, de son intégrité et de sa dignité !!!

avatar
veriteAMER

cherchez plutôt les cranes "frais" se comptant par centaines de milliers des années 2 000 fruits de décapitations d' algériens par d' autres algériens... sans oublier les centaines de milliers de cranes d' algériens égorgés par le FLN de 54 à 62 !

https://www. google. fr/search?q=atrocit%C3%A9s+commises+par+le+fln&rlz=1C1JUFK_enFR651FR651&espv=2&biw=1920&bih=949&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjjpra4g-nNAhUCmBoKHanJAEsQ_AUICSgE

visualisation: 2 / 3