Le passage en force d’Abdelaziz Bouteflika sera-t-il parfait ?

Abdelaziz Bouteflika
Abdelaziz Bouteflika

Les dernières décisions prises indiquent clairement que le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, ou son sbstitut, se prépare à un passage en force, seul à même de garantir un changement dans la continuité.

L’arrivée de projets de loi en vrac à l’APN, l’arrestation et l’incarcération des empêcheurs de gouverner en rond et la nette volonté de museler la presse sont, en effet, des signes avant coureurs de la tentation de nos gouvernants, dont le crédo ne semble pas déroger à cette règle : nous y sommes, nous y restons. Et gare à celui qui oserait fourrer son nez dans cette démarche, parce qu’il devient illico un témoin gênant bon à être éliminé.

En dix-sept années de pouvoir absolu, Abdelaziz Bouteflika, gêné il est vrai par une maladie grave mais aidé aussi par un baril à plus de cent dollars, a laissé faire des choses incroyables mais vraies. Quand il s’en est aperçu, grâce notamment à la chute vertigineuse des prix du pétrole, il était déjà trop tard : l’argent avait été dépensé et le sous-développement de l’Algérie est toujours là, effrayant.

Certes, d’aucuns en ont profité pour amasser des fortunes colossales et faire des acquisitions ici ou ailleurs, mais l’Algérie et les Algériens dans leur majorité sont restés pratiquement les mêmes. Pour ne citer qu’un exemple, le pays croule toujours sous les ordures, au point où dans certaines localités de l’Algérie profondes les citoyens se sont hbitués à vaquer à leurs occupations quotidiennes au milieu de tas d’immondices, sans se sentir gênés outre mesure.

Des arrivistes crasseux et édentés, devenus riches grâce à des marchés obtenus de gré à gré, recrutent des employés et des cadres, les payent relativement bien, mais les déclarent (quand ils les déclarent) à la sécurité sociale avec un salaire frôlant le SNMG. Ce qui, du coup, engendrera à terme des retraités avec des pension de misère.

Et ce n’est pas tout ! Chez nous, si vous passez près d’un verger d’agrumes et que vous êtes tenté par deux ou trois belles aranges, vous risquerez de passer une emaine en prison, comme cela est arrivé dernièrement à trois citoyens du côté de Kadiria, dans la wilaya de Bouira. Mais si vous arranger deux ou trois matchs de football par saison, vous ne risquerez absolument rien. A-t-on vu un jour un président de club jeté en prison pour «ça» ? Oui, mais c’est l’ex-président de l’Omarseille, Bernard Tapie, pas un président bien de chez nous.

Pour ces raisons et tant d’autres, le chef de l’Etat, ou son substitut, fera tout pour éliminer le risque de laisser arriver au palais d’El Mouradia celui qui libérera la justice algérienne. Gageons donc que le statu quo sera maintenu quoiqu’il arrive, quitte à opérer un passage en force. Ce passage en force sera-t-il parfait ? On verra !

Ahcène Bettahar

Plus d'articles de : Débats

Commentaires (6) | Réagir ?

avatar
Rabah IBN ABDELAZIZ

Pourquoi vous parlez de passage en force ?: le passage est libre pour les corrompus et les corrupteurs : bouteflika et sa fraterie y compris la soeur le beauf et ses ayants droits. Le fln + rnd, voteront comme des moutons vu que bouderbouka à ordonné illico de voter comme un seul homme les nouvelles lois présenter par le sadique et sa racaille.

Au diable bouteflika et son clan de mafieux.

avatar
veriteAMER

ET DIRE QUE CETTE HAMADJIA (doux euphémisme) FLN QUI S'EST PERMISE DE CHASSER LES LUMIÈRES FRANÇAISES ET EURO OCCIDENTALES EN 54 POUR

S' EMPARER DE TOUT UN TERRITOIRE DE RÊVE !!!!

quelle triste sort que le Temps a réservé à l' Algérie !!

... et le massacre continue hélas !!!!

regardez le spectacle du Gros Mensonge, la préhistoire est infiniment plus délicate que ce terrible spectacle : à consommer et partager sans modération

https://www. facebook. com/khwangi. dz/videos/523530837770139/

visualisation: 2 / 5