Khaled Nezzar démolit Gaïd Salah qualifié de va-t-en guerre et d'ambitieux

Khaled Nezzar
Khaled Nezzar

L'ancien ministre de la Défense n'a pas tardé à réagir suite au débat sur le projet de loi sur l'obligation de réserve des militaires algériens présenté à l'APN.

"On sait que chez le militaire fruste et mégalomane, beaucoup plus que chez d’autres, sommeille le diable de l’aventure." De qui parle donc le général Nezzar au site Algérie Patriotique ? Mais de l'actuel chef de l'état-major et vice-ministre de la Défense, Gaïd Salah ! Le chef de l'armée algérienne "fruste et mégalomane" ? Voilà qui lance la première véritable controverse publique interne à l'armée. Gaïd Salah est accusé par l'ancien ministre de la Défense d'être à l'origine d'une militarisation excessive du pays, de vélléités guerrières et d'encouragement au surarmement. "On assiste à une boulimie effrénée dans la réalisation coûte que coûte d’équipements militaires au détriment de l’économie nationale"

Khaled Nezzar s'exprimait sur le projet de loi visant à empêcher les généraux à la retraite de s’exprimer. "Une grave dérive liberticide" juge-t-il, "une menace contre la liberté d’expression et une atteinte aux valeurs démocratiques que défendent nos élus", une "démarche anticonstitutionnelle et antidémocratique". Nezzar suggère à demi-mots que ce projet de loi est couvert, sinon impulsé, par Gaïd Salah lui-même, reprochant à ce dernier son alignement "ostentatoire", ce qui, de facto, "ôte toute légitimité" au texte comme à son "initiateur" (Gaïd Salah NDLR), qui cherche à "interdire aux anciens officiers de l’armée d’afficher leur opinion, alors que lui-même a ouvertement engagé à plusieurs reprises l’institution militaire dans l’arène politique. Ce faisant, le chef d’état-major de l’ANP a annihilé ce projet de loi avant même qu’il ait été conçu et soumis à l’appréciation de nos élus. Il a bafoué ainsi la tradition de l’ANP qui, lors de la Constitution de 1989 qui consacrait la démocratie, s’était retirée d’elle-même du Front de libération nationale, pour garantir une compétition politique saine".

Il faut s'attendre à une riposte du clan présidentiel dans les toutes prochaines heures.

L.M.

Lire également l'édito de Mohamed Benchicou : Le dépit du général

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (8) | Réagir ?

avatar
hamid djeffer

Nezar doit fermer sa bouche, s'il yas des hommes en algerie or des etres human exist, ils doivent punir cet home pour la disparition de 50000 algerien, la disparition de casdi merbah, boudiaf, il n'ya aucune future s'il n'ya pas de justice.

avatar
MAK

ENFIN UN GÉNÉRAL QUI PORTE BIEN SON GRADE

visualisation: 2 / 7