Le syndicat autonome des travailleurs dénonce la remise en cause du droit à la retraite

Rachid Malaoui appelle à la réunion des organisations des travailleurs.
Rachid Malaoui appelle à la réunion des organisations des travailleurs.

Le conseil exécutif de la confédération générale autonome des travailleurs algériens (CGATA) constate que l'offensive contre les acquis des travailleurs et travailleurs continue avec l'acquiescement ce qui reste de la centrale syndicale UGTA.

La décision de remise en cause du droit à la retraite anticipée prise lors de la réunion de la tripartite que l'on ferait mieux de désigner par "réunion bipartite entre les représentants du patronat et le gouvernement" en est l'exemple clair. Une majorité de travailleurs et de travailleuses avaient accepté de tenir le coup en travaillant dans des conditions indignes en espérant sortir bientôt en retraite mais cet espoir vient d'être tué. La CGATA sait que c'est parce que ni le patronat ni les autorités ne veulent d'une réelle organisation syndicale des travailleurs que l'enregistrement lui est refusé illégalement. La CGATA considère que même les syndicats corporatistes sont frappés de plein fouet avec la décision prise lors de la 19 session de la "tripartite" il n'est plus permis à aucune organisation syndicale de se retrancher derrière des revendications corporatistes. Nous devons sur cette question nous concerter et construite une unité d'action, au moins par rapport à cette revendication, car cette régression ne fait que commencer, elle se déploiera avec l'avènement du prochain code de travail.

De plus cette décision implique que la réflexion et les décisions nécessaires pour appuyer et soutenir le système de retraite par répartition est mis à mal car seul le recrutement massif de travailleurs et de travailleuses peut lui assurer une pérennité. Nous en sommes loin car la seule décision prise consiste à retenir ceux et celles qui devaient sortir sans donner une importance à la question de l'emploi. La CGATA appelle à une réunion de toutes les organisations syndicales autonomes ainsi qu'avec les sections de l'UGTA qui ne veulent plus se taire car l'enjeu est important et nous devons trouver sur cette question la volonté et le courage nécessaire pour construite un front syndical contre l'offensive qui touche les travailleurs et les travailleuses de tout le secteur, fonction publique et secteur économique privé ou public confondu. La CGATA répondra à toutes les initiatives et reste ouverte à toutes les propositions.

Le président de la CGATA, Malaoui Rachid

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (0) | Réagir ?