Affaire El Khabar : "C’est l’Etat de non-droit qui est à l’œuvre", estime Benflis

Le ministre de la Communication a empêché le rachat d''El Khabar par Ness Pro.
Le ministre de la Communication a empêché le rachat d''El Khabar par Ness Pro.

Le parti Talaie El Houriyet que dirige Ali Benflis réagit au sujet du jugement rendu dans l’affaire du Groupe El Khabar.

Le régime politique en place révise la Constitution, remanie le Gouvernement et multiplie les professions de foi démocratiques sans que rien d’essentiel ne change dans sa nature intrinsèque et dans ses comportements innés. Un Etat de non droit ne produit que du non droit dans tout ce qui s’accomplit en son nom.

A elle seule, l’affaire du Groupe "El Khabar" rassemble toutes les outrances auxquelles l’Etat de non-droit peut avoir recours pour punir l’insoumission, la non allégeance et la non compromission.

En effet, en cette affaire se retrouvent, tout à la fois, l’abus de pouvoir, le non-respect des lois, l’instrumentalisation de la Justice et le viol de la liberté d’expression et du droit à l’information. En tout cela, c’est l’Etat de non-droit qui est à l’œuvre.

Depuis le départ, les pouvoirs publics ont cru devoir donner une tournure politique à une transaction commerciale qui, dans un Etat de droit, ne les aurait concerné ni de près ni de loin. A un moment où l’on parle abondamment d’un nouveau modèle économique, cette immixtion politique dans un acte commercial n’est pas de bon augure.

Les Etats de non-droit veulent souvent apparaitre comme étant scrupuleux et s’emploient à donner un vernis de légalité à leurs agissements politiques arbitraires. Cela a été manifestement le cas dans l’affaire du Groupe "El Khabar".

Nul n’ignore dans notre pays que la Justice n’est pas un pouvoir indépendant et qu’elle n’est qu’un appareil auxiliaire du régime en place tout comme l’ensemble des autres institutions constitutionnelles que ce régime politique a réussi à satelliser et à soumettre à son bon vouloir.

Le Groupe "El Khabar" est victime d’un abus de pouvoir et d’un déni de droit mais il n’est pas le seul. Les victimes de cet abus de pouvoir et de ce déni de droit sont aussi la Constitution, les lois de la République, l’indépendance de la Justice, les libertés individuelles et collectives ainsi que la liberté d’entreprendre, la liberté d’expression et le droit à l’information.

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
Rabah IBN ABDELAZIZ

Cher Monsieur BEN FLIS, avant tout je vous adresse mes incères et fraternells salutations.

Vous parlez d'état de droit :Pendez vous que bouteflika est un président qui respecte le droit ?, l'Algérie est gournerné par une mafia anticonstitutionnelle : vous savez très bien par qui est gouvernés : saïd bouteflika, haddah, ouyahya, gaïd salah, bouchouareb, khallil, amar ghoul, etc.... Une horde de hors la loi. Ou sont nos Hommes Politiques honnêtes ?, Nos Généraux Honnêtes : En Prison du clan qui gouverne notre pays depuis 17 ans (1999/2016. Bon courage à vous et à toutes et tous ceux qui se battent pour la liberté et une gouvernance honnête et sérieuse.

avatar
albert smail

Une réaction qui corrobore les thèses avancées par Saadani... Un clan cherche à mettre la main sur El Khabbar pour préparer le retour au pouvoir.

-1
avatar
Rabah IBN ABDELAZIZ

saadia la saussote comme vous prétendez.

Quel retour de qui ?. Des Hommes comme Le Général Zéroual ?, c'est un Homme Intègre et propre, Monsieur REBRAB est un Grand Capitaine d'industrie il connu et reconnu, mais ce n'est pas un homme du clan ?. ouyahya et consorts sont des gens du sérail et ils brossent les pompes de saïd bouteflika le manipulateur avec son clan :hadda la moche, saadia la fofolle avec ses aires de truie en chaleur, bouchouareb devait être siter devant la justice, mais vous savez bien en algérie la justice est entre les mains rab edzaïr actuel : le sadique, sont frère est immobilisé sur sa brouette et à Zéralda dans un pallace médicalisé ?. Ou est la gouvernance honnête sil vous plaît ?. En algérie tant qu'ils le clan actuel, ne sera jamais gouverner avec une justice honnête, louh est sous les ordres du sadique, gaïd salah " tab djanou) alors :fln/rnd : c'est kif kif bouricot: 2 bandes de voleurs.