Arrestations de militants du MAK : le GPK demande l'intervention des ONG des droits de l'homme

Ferhat Mehenni, président du GPK
Ferhat Mehenni, président du GPK

Plusieurs militants et cadre du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie ont été arrêtés par la police mardi et mercredi. Ferhat Mehenni, président du Gouvernement provisoire kabyle a rendu public le communiqué suivant.

Malgré des forces de répression qui ont essayé de perturber les actions programmées, notamment à Larv3a Nat Yiraten (Fort-National du temps de la France) où l'intervention policière a provoqué des émeutes et des troubles jusqu'à deux heures du matin, le peuple kabyle a été au rendez-vous de son histoire. Tawrirt Muqran, At Waggur, At waɛvan, aqvil, At Yiraten , Mekla, At Zellal, At Yanni, Attouche, Tizi n Verver , Melbou, Aqvu ... sont des localités qui ont levé le drapeau kabyle, (l'anay aqvayli) et qui ont vibré en communion avec l'hymne national qui va avec lui.

Toutefois, à Melbou, l'édile local a, au matin du 15/06/2016 ordonné à ses employés d'enlever le drapeau levé la veille. Il n'en fallut pas plus pour que les citoyens occupent la mairie pour protester contre ce geste irrespectueux. Il appela la police coloniale qui a procédé à l'arrestation de trois cadres du MAK (Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie). Transférés à Vgayet, MM. Mouloud Mebarki, Amine Amrouche et Katim Megatli risqueraient une inculpation devant l'injustice algérienne.

L'Anavad met en garde contre toute incarcération de militants kabyles pacifiques. Il condamne énergiquement la répression qui sévit ces derniers temps contre les militants kabyles et exige la libération immédiate des personnes arrêtées.
Il réitère son soutien aux victimes de cette vague de répression et salue la bravoure et le patriotisme de celles et ceux qui défendent la nation kabyle.

Le Gouvernement Provisoire Kabyle appelle les organisations internationales des droits de l'homme à intervenir pour que les hommes de paix que sont les militants de la cause kabyle soient libérés immédiatement et sans condition.

Exil, le 15/06/2016
P/ L'Anavad, Ferhat Mehenni, président

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (11) | Réagir ?

avatar
Quelqun EncoreQuelqun

@moh arwa:

Ce ne vole pas très très haut, et je me demande même comment ce genre de commentaire puisse passer outre la modération habituelle.

Sinon, je plain vraiment M. Mhenni de compter parmi ses soutiens et partisans des énergumènes de ta sous-catégorie de rats d'égouts. Cela pourrait expliquer le manque d'engouement. Quant aux harkis et autres qulificatifs dont tu m'as gentiment affublé, je te donne ENTIEREMENT raison; j'avais oublié en effet que j'avais affaire à un commentateurs compulsif se sentant pousser des ailes derrière l'écran d'un ordinateur payé par l'assistante sociale du coin. La Normandie, je t'y invite volontiers; je peux même te préciser un endroit où l'on se retrouve "entre harkis kabyles de service, traitres, vendus... " ; demande le café Le Blason à Petit Quevilly. Je t'y attendrai avec un bouquet de fleurs, iyagh kane our tsagwadh!

Quel niveau ! J'espère (pour toi) que tu n'es pas parent!

avatar
Quelqun EncoreQuelqun

@ Amnay Djennadi /

Si j'ai bien compris, il ne tiendrait qu'à moi et à mes semblables (les sceptiques) pour que le combat aboutisse enfin! C'est trop d'égards à l'endroit de ma petite personne wa yamnay!

Quant aux jérémiades, tout en reconnaissant ma part tout à fait assumée ici-même, je ne voudrais quand-même pas prendre pour les autres mawlach oughilif. Vous pouvez passer en revue TOUS les articles publiés ici-même ainsi que TOUS les commentaires postés; il ne s'agit ni ni moins de jérémiades.

En revanche, dire que "le ver est dans le fruit" devrait déboucher, non pas sur une catégorisation du genre "les décourageurs" (néologisme inou), mais sur (au moins) un échange constructif du genre "Qu'est-ce qui laisse ou pousse ces kabyles aussi kabyles que nous-mêmes à agir contre leur communauté?"... je parle bien évidemment des Ouyahia, Sellal, Toufik, Sidi Saïd... mais également des nombreux anonymes au sein des forces de police, de la gendarmerie, de l'armée, de l'administration...

Voilà donc quelques précisions susceptibles d'ouvrir le débat, ou au contraire; risquent de m'enfoncer dans le rôle de "saboteur ou sapeur de moral" que vous avez décidé de m'attribuer. De toutes façons, c'est bien connu chez nous: "Maras'3ârqént i wouchéne, yétsarats ghaf yarzazéne".

visualisation: 2 / 6