Pourquoi Abdelaziz Bouteflika a fait appel à Boualem Bessaieh ?

Boualem Bessaïeh et Abdelaziz Bouteflika, il y a quelques années.
Boualem Bessaïeh et Abdelaziz Bouteflika, il y a quelques années.

La nomination de Boualem Bessaieh (86 ans) en qualité de ministre d’Etat, conseiller auprès du président de la République, représentant personnel du chef de l’Etat, pourrait paraître à première vue inadaptée, voire choquante, mais quand on se rappelle que le chef de l’Etat n’agit jamais fortuitement, l’on comprend alors que l’octogénaire est là pour un but précis.

C’est un secret de polichinelle : Abdelaziz Bouteflika ne briguera pas un cinquième mandat et n’entend pas le crier sur tous les toits. Son successeur, Abdelaziz Bouteflika veut le désigner lui-même mais pas dans l’immédiat. Il adore faire durer le suspense et ne dévoilera donc sa stratégie qu’au dernier moment, à un homme de confiance, Boualem Bessaieh en l’occurrence.

Le chef de l’Etat est plus que convaincu que le défunt président Houari Boumediène avait laissé une lettre testament par laquelle il désignait Abdelaziz Bouteflika comme son successeur. Même s’il ignore toujours par qui, le chef de l’Etat demeure tout de même sûr et certain que cette lettre a été détournée dans le but évident de le priver d’une présidence qui lui revenait de droit, du moins c’est qu’il pense et ce qu’il a affirmé publiquement.

Froid et calculateur, Abdelaziz Bouteflika ne voudrait absolument pas tomber la même erreur : laisser une chose d’une telle importance entre de mauvaises mains. Certes, il pourrait aisément laisser tous les secrets possibles et imaginables à son frère cadet, Saïd, mais comme il affectionne l’intrigue et l’art de surprendre son monde, il est fort possible qu’il procèdera à la manière de Sergio Léone dans le film culte, Le bon, la brute et le truand.

Si le frère cadet du chef de l’Etat a toutes les chances d’avoir le beau rôle dans le scénario de la succession, Boualem Bessaieh, lui, hériterait d’un second rôle confié par Abdelaziz Bouteflika et qui permettrait à la trame de se dérouler selon les dernières volontés du chef de l’Etat.

La succession est devenue une affaire trop importante pour la confier au premier venu. D’où la nomination de Boualem Bessaieh au poste que l’on sait. Une nomination loin d’être fortuite.

Boualem Bessaieh est l’homme qu’il faut pour un Abdelaziz Bouteflika malade et en fin de règne. En homme de confiance, Boualem Bessaieh appliquera à la lettre ce que lui confiera le chef de l’Etat et gardera à jamais le silence sur une succession qui sera tout, saut démocratique.

Ahcène Bettahar

Plus d'articles de : Politique

Commentaires (14) | Réagir ?

avatar
oziris dzeus

le projet VALHYD à été enterré par ce boualem, et c'est une ultime récompense que d'avoir des obsèques officiels. en fait celui qui décidé qui doit régné sur l'algérie pour après 1962, c'est digoulle. et c'est la france qui donne son quitus, chose faite pour benb, boumed, chad, kaf et vers le tard pour boutef. la france n' a jamais donner son accord pour boudiaf et zeroual avec les conséquences (utiles) qui ont suivies. non boumed a disparu a cause de la constitution de 1976 qui aurait permis un semblant de démocratie, donc une élimination de tous les prétendants membres du conseil de la révolution qui ne seraient devenus que les vassaux de boumed qui aurait pu vivre jusqu’à 80 ans. la mort d'un seul homme n'a pas suffit pour prendre le pouvoir alors il fallait des centaines de milliers.

avatar
Rabah IBN ABDELAZIZ

Il est assis sur un Gros baton de TNT préparé par son vallet est pseudo vice ministre des ânes d'oujda. Le jour venu il serat éjecter comme un spoutnik avec Gagaryne. Mais avec le déshonneur en prime. La grosse boderuche est en train de préparer le terrain qui est déjà miné par le sadique d'el mouradia.

visualisation: 2 / 12