Guerre de leadership à la Confédération algérienne du patronat

M. Mrakech Boualem, "l'ancien" président de la CAP.
M. Mrakech Boualem, "l'ancien" président de la CAP.

Dans un courrier adressé au premier ministre, la Confédération algérienne du patronat (CAP) avertit sur les agissements de son "ancien" président M. Boualem Mrakech. La nouvelle direction interpelle le premier ministre Abdelmalek Sellal. Guerre de leadership au sein de cette organisation patronale ? Manifestement oui.

Que se passe-t-il au sein de cette confédération patronale pour en arriver à rendre public un communiqué comminatoire qui dénonce non seulement un homme comme l'ex-président mais aussi l'incapacité de l'administration à faire appliquer la loi contre cet homme. Cette nouvelle direction se plaint au premier ministre et considère ses "droits bafoués".

Cette direction dont le président est Abdenour Sensri précise qu'elle a tenu un AG le 20 janvier 2016. Cette AG, souligne le communiqué, se prévaut de l'autorisatio du tribunal de Sidi M’hamed. Elle s'appuie aussi sur l'application de l’ordonnance du président du Tribunal d’El Harrach un préavis publié dans les quotidiens El Watan, El Khabar, El Moudjahid et la présence d’un huissier de justice pour justifier sa légalité et enlever à l'ancien président tout véléité de légalité. Le président Abdenour Sensri qui signe le communiqué a souligné que l'AG a eu pour buts "le retrait de confiance à l’encontre de l’ex-président M. Mrakech Boualem, l'élection du nouveau Président M. Sensri Abdenour et l'lection d’une nouvelle équipe dirigeante." Ce qui fut fait manifestement. Mais Boulem Mrakech " l'ex-président n'obtempère pas". Le nouveau président rappelle à l'adresse du Premier ministre : " le Bureau Exécutif vous met en garde contre les agissements frauduleux de l’ex-président M. Mrakech Boualem et vous invite à ne plus le cautionner." La lettre ouverte ajoute que "seul M. Sensri Abdenour en tant que Président de la CAP est habilité à représenter la confédération au niveau de toutes les instances (locales et pouvoirs publics)."

"Mauvaise gestion"

Selon Abdenour Sensri, Boualem Mrakech (l'ex) "croit faire partie de la caste des hommes influents lui donnant le pouvoir de contourner des lois ou de passer au travers de ses rigueurs". Le courrier pointe "la mauvaise gestion, magouilles et arrogance de l’ex-président la CAP". Et d'ajouter : "En dépit de nos doléances répétitives, nous éprouvons un profond ressentiment d’injustice animé par une impunité flagrante qui nous révolte de plus en plus". Le nouveau président dénonce aussi "la complaisance de la justice qui se dérobe complétement de ses responsabilités pour appliquer la loi dont les jugements font foi". Il est manifeste que quelque chose de malsain pourrit le climat de ce syndical patronal. Quelle sera réponse du premier ministre ?

Yacine K.

Plus d'articles de : Débats

Commentaires (0) | Réagir ?