Deux journalistes d'El Watan et El Khabar empêchés de couvrir les funérailles du chef de la Rasd

Deux journalistes d'El Watan et El Khabar empêchés de couvrir les funérailles du chef de la Rasd

Deux journalistes d’El Watan et d’El Khabar ont été empêchés par les autorités algériennes de prendre l’avion pour aller couvrir les funérailles de Mohamed Abdelaziz, chef du Front Polisario. Reporters Sans Frontères (RSF) dénonce cette interdiction.

Alors qu’ils se rendaient à Tindouf (1500 km au sud-ouest d'Alger) avec plusieurs de leurs confrères pour couvrir les obsèques du chef du Front Polisario Mohamed Abdelaziz, les journalistes d’El Watan Rbaha Beldjena et d’El Khabar Lahcèn Bourbia, ont été refoulés par les autorités de l’aéroport Houari Boumedienne à Alger, ce vendredi 3 juin 2016. Les intéressés ont été priés de s’adresser aux services du premier ministère pour obtenir des explications sur cette interdiction, chose impossible, vendredi étant le jour de congé hebdomadaire officiel en Algérie.

“Interdire aux journalistes d’El Watan et d’El Khabar de se déplacer pour couvrir les funérailles du chef du Front Polisario est extrêmement préoccupant, déclare Yasmine Kacha, responsable du bureau Afrique du nord de Reporters Sans Frontières. De surcroît, cet incident intervient deux jours seulement après une rencontre de RSF avec le ministre de la communication Hamid Grine lors de laquelle il a assuré qu’il ferait le nécessaire pour que la liberté de l’information soit respectée dans le pays”.

Reporters Sans Frontières s’est entretenue le 1er juin dernier avec avec le ministre algérien de la Communication. Elle a lui présenté ses préconisations pour que cessent les pressions sur les médias algériens.

L’Algérie est 129ème (sur 180) au Classement 2016 de la liberté de la presse établi par RSF.

Reporters sans frontières Algérie

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
Rabah IBN ABDELAZIZ

C'est une honte à ce merde de grine et bouchouareb. DEux zigotots têtes à claques. grine je nesais pas s'il se rappel de l'humilliation à Paris par la PAF Française?. En Algérie il sous les ordres du frère de la charette, bouchouareb, ali haddad (hadda la moche).

avatar
Toufik KLOUL

Encore une fois, comme tant d'autres fois, l'abus de pouvoir comme la violence, demeurent les seules réponses des illégitimes.

A croire que la violence est inscrite dans les gaines de ceux qui dirigent notre pays depuis l'indépendance.

Il serait temps de cesser de rêver et de continuer à croire que la liberté d'expression sera octroyée gratuitement.

Les seules aujourd'hui qui soient libres de s'exprimer aujourd'hui sont les islamistes qui ne le font que sporadiquement et à la demande...

Après les tentatives d'intimidation et, ou de corruption surgissent les punitions...

Toute critique fut elle constructive est taxée de lèze majesté

visualisation: 2 / 3