Le cours du pétrole baisse encore un peu à la veille de l'Opep

Le cours du pétrole baisse encore un peu à la veille de l'Opep

Les cours pétroliers ont fini en légère baisse mercredi, dans un marché très prudent à la veille d'une réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) où il espère trouver une justification des niveaux de prix actuels.

Le cours du baril de référence (WTI) pour livraison en juillet a cédé 9 cents à 49,01 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). "Ce qu'on espère c'est qu'on va voir un genre d'accord sortir de la réunion (des pays de l'Opep). Il y a des rumeurs selon lesquelles ils pourraient décider une espèce de plafond de production, ce qui a permis de réduire les pertes aujourd'hui", a expliqué Mike Dragosits, chez TD Securities.

Les représentants des pays membres du cartel doivent se réunir jeudi à Vienne, et les spéculations vont bon train sur ce qui risque d'en sortir, après l'échec en avril de discussion sur un gel des niveaux de production.

Pourtant depuis leur étiage de février, les cours ont bondi de presque 90%, notamment grâce à l'idée avancée par des pays producteurs de faire monter les prix par une action concertée. Une série de problèmes de production dans plusieurs pays, dont le Canada et le Nigeria, ainsi que la Libye, ont aussi contribué à restreindre l'offre et soutenir les prix.

Pour M. Dragosits, "la position (des pays membres de l'Opep) est assez claire, ils sont en mode attentiste en voyant que l'offre est provisoirement réduite". "Je crois qu'il ne vont pas essayer de faire dérailler la remontée des prix des derniers mois en excluant toute initiative", a-t-il précisé, "mais qu'il va y avoir une sorte d'accord non impératif pour garder les prix relativement élevés en attendant que le marché se rééquilibre au deuxième semestre".

Chez Citi, Tim Evans restait toutefois sceptique.

"Nous pensons que la perspective d'une limitation de la production est très limitée, vu que l'Iran est décidé à augmenter sa production et que d'autres prévoient d'en faire autant, alors que la reprise des cours a réduit la motivation pour changer de politique", expliquait-il dans une note.

Pour Michael Hewson, analyste chez CMC Markets, "il devient de plus en plus évident que malgré toutes ces discussions sur d'éventuels gels et plafonds de production aucune chose de la sorte ne va faire l'objet d'un accord et que la réticence de l'Arabie saoudite et de l'Iran à assouplir leurs positions va impliquer une production à son niveau actuel ou au-dessus".

Les investisseurs attendaient par ailleurs la publication jeudi des données hebdomadaires du ministère américain de l'Énergie (DoE) sur le niveau des réserves nationale de brut et de produits pétroliers, espérant les voir baisser.

AFP

Plus d'articles de : Economie-Finance

Commentaires (0) | Réagir ?