APW de Bgayet : "Le FFS s’est converti en parti de la dictature", estime le RCD

L'APW de Bgayet
L'APW de Bgayet

Le bureau régional du Rassemblement pour la culture et la démocratie nous a fait parvenir le communiqué suivant.

La session extraordinaire de l’APW de Bgayet des 22 et 23 mai 2016 interpelle à plus d’un titre, pas pour les exploits en termes de débats, ni pour la pertinence des propositions mais pour son virage dangereux et très grave vers une dictature de la majorité qui ne dit pas son nom. Du déni du droit à la parole à des élus du peuple, au reniement du droit de l’élu à la protection contre toutes formes d’agression et d’outrage, cette session marque un tournant dangereux dans les annales des assemblées élues.

Au lieu de traiter un incident grave qui s’est déroulé le 03 mai, au sein de l’APW, lors des travaux de la commission finances, le président de l’APW l’a carrément ignoré. De plus, il refuse d’inscrire d’autres points à l’ordre du jour réclamés avec insistance par le groupe du RCD et empêche tout débat sur les questions liées à la session.

Le rapport de la commission finances a été évacué de manière expéditive et sans débat malgré les protestations des élus du RCD. Comble des hérésies, ce rapport est beaucoup plus le résultat de décisions personnelles du président de l’APW et de l’administration représenté par le wali que le fruit d’un débat ou d’une concertation au sein de ladite commission.

La communication du président de la commission finances cite le président de l’APW à plusieurs reprises comme étant le décideur au lieu et place de la commission économie et finances délibérant à sa majorité. Depuis quand, le président de l’APW est-il habilité à allouer des montants et encore plus à décider des chapitres d’affectations ?

Cette session porte les marques du déshonneur, car nous assistons à la ‘’fonctionnarisation’’ des élus de la majorité, l’APW transformée en ‘’caserne militaire’’ ne s’est pas dotée d’un président, mais plutôt d’un "djudant" auquel les élus doivent obéir d’une façon docile et sans débat, aucun.

Après plus de 50 années "d’oppositions", le FFS s’est converti en parti de la dictature, dès lors que la majorité lui est acquise au prix de distributions de postes rémunérés au bénéfice du FLN et du RND.

Le RCD dénonce la politique de deux poids, deux mesures : à une agression verbale et physique caractérisée du président par intérim d’obédience RND sur un élu du RCD, le président de l’APW du FFS a observé un silence complice mais dépose plainte contre un autre élu du RCD, pour une histoire de microphone jeté par terre. Le wali apporte sa caution qui démontre sa connivence avec le FFS et emboîte le pas à ce président de l’APW en déposant plainte lui aussi !

Fidèle à la défense des pratiques démocratiques et à la liberté d’expression le groupe APW du RCD, prend à témoin l’opinion publique, dénonce et refuse de cautionner ces dérives autoritaires et décide de se retirer de la session APW des 22 et 23 mai 2016.

Bgayet, le 22 mai 2016
Le groupe APW du RCD

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
mhand said

deux kabichou ne sont pas foutus de s entendre et travailler de concert pour le bien de vgayeth. puree de vous autre !