La jeunesse algérienne devra ramasser les pots cassés par Bouteflika

Bouteflika demande aux étudiants de l'aider à sortir l'Algérie de la dépendance au pétrole !!!. Crédit photo : Louiza/Liberté
Bouteflika demande aux étudiants de l'aider à sortir l'Algérie de la dépendance au pétrole !!!. Crédit photo : Louiza/Liberté

C’est un étonnant aveu d’échec, d’impuissance et même de culpabilité qu’a fait Abdelaziz Bouteflika dans le cadre de la célébration du 60e anniversaire de la journée nationale de l'étudiant.

Le président de la république a fait une demande révélatrice le 19 mai quand il a appelé la jeunesse de son pays à se mobiliser pour réaliser ce qu’il avait promis, mais pas réussi à livrer. Quand il demande dans son message à la génération montante d’édifier une économie moins dépendante des hydrocarbures, il fait un humiliant aveux d’échec. C’était en effet un des objectifs qu’il avait énoncés au tout début de son premier mandat. Or, l’Algérie est la première productrice de gaz du continent africain et sa troisième productrice de pétrole. Les hydrocarbures représentent encore 98 % de ses exportations et la principale source de devises du pays. Parce que son gouvernement n’a pas diversifié son économie et s’est laissé surprendre par l’écroulement du marché pétrolier international, l’Algérie ressent durement les affres de la crise qui sévit actuellement. C’est donc un échec total du président siégeant que devra corriger la génération montante.

Que fait le président Bouteflika pendant la dégringolade de la qualité de vie dans son pays résultant de son échec ? Il poursuit les journaux français qui ont dénoncé ses proches dans le scandale financier des "Panamas papers" ! Ce n’est que de la poudre aux yeux pour cacher le vrai problème de l’Algérie. En accaparant toutes les ressources du pays, le clan des Bouteflika a désarmé les générations futures qui se retrouvent maintenant devant un sous-développement chronique et pernicieux. Sous sa gouverne, l'autonomie financière et surtout humaine de l’Algérie s’est dégradée sévèrement et est même pire que durant la période du colonialisme tyrannique.

Si on met de côté les beaux discours, mais regarde plutôt les actions du présent gouvernement Bouteflika, on voit qu’il n’a ni préservé l'indépendance de la patrie, ni mis ses talents au service de la prospérité du peuple. L’Algérie n’est pas le pays le moins bien géré de la planète ni le moins bien nanti de ressources. Ce qui distingue actuellement ce pays parmi les autres est qu’il est le seul à avoir à sa tête dans un mandat régulier un dirigeant si ridiculement diminué qu’il en est la risée du monde entier. Bouteflika a été mis au pouvoir dans cet état par des élections frauduleuses et y est resté malgré le fait qu’ils doivent régulièrement aller se faire soigner dans des pays étrangers juste pour rester en vie. Ce ne sont pas les journalistes qui portent atteinte à l'honneur et au prestige du président algérien, mais ceux qui le forcent à rester en poste malgré son état de santé. Avec lui à sa tête l'Algérie n’a pas la capacité de faire face à l'impitoyable concurrence internationale et a occupé la place qui lui sied dans le concert des nations.

Ce sont les enfants de l'Algérie qui devront créer la prospérité et défendre leur indépendance face au clan qui dirige actuellement le pays. Une indépendance dont la consolidation et la préservation passent par l'autonomie financière et économique du pays. Ce sont ces étudiants qui devront faire l'édification d’un Etat de Droit en Algérie sur des bases objectives et des fondements constitutionnels plutôt que des références claniques. Ce sont eux qui devront se débarrasser du système de corruption institutionnalisée mis en place par ces parasites du pouvoir et le remplacer par un modèle de management autonome qui répond aux normes d’un gouvernement élu démocratiquement. Ces étudiants devront en grandissant, créer de la richesse et travailler à l'amélioration continue du bien commun, de l'intérêt général et des services à la population. L’avenir radieux dans une Algérie sereine, chérie par son peuple arrivera quand ceux directement concernés par ce 60e anniversaire de la journée nationale de l'étudiant reprendront le pouvoir des mains de Bouteflika.

Michel Gourd

Plus d'articles de : Politique

Commentaires (4) | Réagir ?

avatar
klouzazna klouzazna

La jeunesse est la richesse de toute nation, son respect et sa considération émanent essentiellement de son implication dans les prises de décisions sur les perspectives et les enjeux d'avenir... Le défi dans ces problèmes générationnels est d'apprendre à faire passer le flambeau à temps... et d'éviter la dérive qu'une génération ne puisse squatter le présent et le futur de plusieurs générations d'après !!! une dérive qui s'est généralisée dans beaucoup de pays y compris européen !!! l'exemple des Nuits Debouts ici et là en dit long sur le sujet !!!

avatar
mhand said

peut on enlever une sangsue de son corps ? c est tres difficile, surtout si on ne veut pas verser du sang. c est le cas de l algerie, et de ces sangsues qui s accrochent, sucent, et s agrippent au dos d un president malade, qui lui aussi et sa famille, avides de pouvoir, brade l existence et le bien etre de tout un pays et son peuple, rien que pour satisfaire son ego, sans se soucier de nous et de notre destin qui devient de plus en plus incertain, par sa faute et son obsession.

visualisation: 2 / 4