"Le dernier tabou: Les Harkis restés en Algérie après l'indépendance" paru chez Koukou Editions

La couverture de l'ouvrage : "Le dernier tabou: Les Harkis restés en Algérie après l'indépendance"
La couverture de l'ouvrage : "Le dernier tabou: Les Harkis restés en Algérie après l'indépendance"

Cette édition reprend l'intégralité de l'édition originale parue chez Actes Sud (France) en 2015. Seule la couverture a changé avec un texte de KOUKOU Editions, sous le titre : "Pourquoi nous publions ce livre". Le texte de la quatrième de couverture :

Au nom d'un patriotisme-rentier, des voix pas toujours amies nous ont déconseillé de publier ce livre ; nous avons décidé de passer outre, malgré de sérieuses divergences avec l'auteur. A commencer par ce classement condescendant des Algériens, pris dans la tourmente d'une guerre impitoyable. D'un côté, les pauvres bougres poussés par la misère dans les casernes de l'armée française. Et de l'autre, ceux qui ont rejoint les maquis sous la menace du FLN. Ni traîtres, ni héros. Ni collabo, ni résistants. Tous des victimes...

Dans certains cas, la compassion peut être humainement compréhensible, voire partagée. Lorsqu'elle déborde sur le refus de qualifier de "collabos" les partisans indigènes de l'Algérie française, elle tend à légitimer le choix de porter l'uniforme ennemi et de pointer l'arme contre ses compatriotes. comme si la durée - très longue - d'une occupation étrangère et le nombre de ses supplétifs locaux - très nombreux - valaient absolution.

Il n'en demeure pas moins que le travail de Pierre Daum jette un gros pavé dans la marre des idées reçues des deux côtés de la Méditerranée. Pendant deux ans, il a parcouru des milliers de kilomètres à travers l'Algérie pour retrouver les acteurs d'une histoire tragique, qui n'a pas livré ses secrets. Que ce soit sur leur nombre, les motivations de leur engagement ou leur sort au moment de l'indépendance.

On les croyait "massacrés par le FLN". Ou "rapatriés en France". Si quelques centaines de harkis, coupables de tortures ou de viols, ont été exécutés par l’ALN - souvent des "marsiens" - ou lynchés par la foule, si d’autres ont été exfiltrés par leurs officiers-traitants, les "collabos" sont, dans leur écrasante majorité, restés en Algérie après les Accords d’Evian.

Au delà du débat d'historiens, la collaboration nous interpelle par ses prolongements politiques dans l'Algérie indépendante. Au nom d'une Révolution détournée, des collabos notoires sont recyclés par la dictature imposée par les chars de l'Armée des frontières, (un sujet que Pierre Daum n’aborde pas dans son enquête). Un pouvoir sans légitimité ni lettres de gloire, qui a pourtant réussi à neutraliser les énergies patriotiques et étouffer les aspirations populaires, en s'appuyant sur une coalition en apparence hétéroclite, mais soudée par des intérêts convergents. Des "officiers musulmans" de l’armée française qui ont rejoint l'ANP en ... 1963 pour l'encadrer. La haute administration confiée aux privilégiés des familles "émancipées" par la colonisation. Des commis de la justice coloniale hissés au sommet de la pyramide judiciaire en exhibant des attestations falsifiées d'anciens maquisards. Cerise sur le gâteau, des planqués du Moyen-Orient viendront, par la surenchère arabo-islamique et des vociférations récurrentes contre le fantomatique "Hizb frança (parti de la France)", donner l’onction idéologique au rouleau compresseur qui va laminer les véritables résistants.

Par ces temps de révisionnisme décomplexé qui a permis aux imposteurs de squatter la mémoire collective, il est temps d'ouvrir les placards à double-fond de l'histoire. Dans la sérénité, mais sans tabous. Il ne s'agit pas d'ériger des tribunaux populaires pour faire le procès, en différé, de la collaboration. Mais d'analyser les leviers qui ont permis au système autoritaire de prendre le pays en otage, et dévoiler les forces qui ont assuré sa longévité.

Malgré le bouclier du patriotisme à gages d'une "famille révolutionnaire"-alibi, les luttes citoyennes d'aujourd'hui finiront par réaliser le rêve des pères-fondateurs de Novembre et de la Soummam : restaurer la dignité du citoyen dans la liberté et la justice.

Koukou Editions

Plus d'articles de : Culture

Commentaires (5) | Réagir ?

avatar
Rabah IBN ABDELAZIZ

Bonsoir à toutes et tous. Cette histoires de harkis et traîtres contre leurs frères ?. Sincèrement qui aujourd'hui qui peut dire avec sérieux et patriotisme, la vérité sur les harkis, leurs familles, leurs enfants ?. Je parle en connaissance de cause, après le 19 mars 62 : combien y avait de faux moudjahidines ?, les fameux 19 mars ?. Combien de milliers, voir des centaines de milliers de fausses attestations de fidayine et moussabilines, ?. J'en connais et je vous le jure devant Dieu, que je connais un soit disant moudjahed qui à égorgé son beau frère, et attesté que sa soeur et ses enfants sont la femme et les enfants d' un chahid ?. Combien de faux moudjahidines sont encore vivant, qui ont profitent undûment de pensions et faveurs de tous genres ?. Les D. A. F, protégés par Boumediène et bouteflika ?, qui n'ont pas tirer une cartouche contre les soldats Français ?, et qui sont devenu des généraux sous Chadli et sur tout sous bouteflika ?. Alors laissant l'histoires aux historiens sérieux, et surtout pas d'amalgame ?. Depuis que le locataire d'el mouradia le vrai, pas l'usurpateur et sa clique, à nommés de généraux ?, et d'officiers supérieurs ?, indûment ?. Nous sommes colonisé et nous sommes pas foutu à nous défendre contre ce parrain mafieux et toute sa racailles qui ont colonisés notre patrie ?. Ils préparent le 5 ème mandat ?, pour une momie, alors que le clan mafieux said bouteflika, haddad, kouninef, ould abbas, ould kaddour, saadani, sellal, ghoul, et beaucoup d'autres mafieux style khallil et bédjaoui et son neveu, nous prend pour des moins que riens ?.

avatar
allilou aghroum

Pourquoi monsieur de Gaulle n'a négocié uniquement qu'avec le FLN historique et n'a jamais essayé avec d'autres ne se resque pour faire diversion ?

avatar
Atala Atlale

On est collabo par contrainte, par dépit ou enfin par conviction, et dans ce dernier cas c'est celui ci sur lequel il faudrait se pencher.

Toutefois si la collaboration est une forme de trahison envers son pays, sa patrie !

Qu'en est-il aujourd'hui ? N' y aurait-il pas d'autres trahisons lourdes, celles là envers nos martyrs, leurs idéaux de liberté et de véritable indépendance ??!!

visualisation: 2 / 4