Le régionalisme du pouvoir au menu du Club de la presse de BRTV

Le régionalisme du pouvoir au menu du Club de la presse de BRTV

Les animateurs du Club de la presse de Berbère Télévision donnent rendez-vous samedi soir à leurs fidèles téléspectateurs pour débattre du régionalisme antikabyle du pouvoir. L'invité du jour est Idir Ouanoughène, médecin et ancien cadre du RCD.

Lorsque les hautes sphères algériennes s’enrhument, leur tradition est de chercher à faire éternuer la Kabylie. La règle semble établie telle une constante du décorum politique algérien. La Kabylie se retrouve, encore une fois, au cœur de l’agitation des protagonistes de la succession. Le souvenir vivace du "printemps noir" nourrit les craintes des observateurs, comme des simples citoyens et les poussent à la vigilance. En des circonstances de luttes ouvertes ou feutrées pour le pouvoir, la Kabylie se trouve toujours exposée à des risques de provocation répression. Si tel est le cas, quels sont les ressorts qui peuvent l’aider à déjouer ces funestes desseins ?

Pourquoi Ahmed Ouyahia, directeur de cabinet à la présidence et SG du parti-administration RND, au sortir de son congrès, est-il monté au créneau contre le MAK et Ferhat Mehenni ? Que trahit l’empressement du ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, à monter en épingle les propos prêtés à l’ambassadeur de France Bernard Emié ?

Les attaques contre l’homme d'affaires, Issad Rabrab, sont-elles dénuées de tout anti-kabylisme ? Plus prosaïquement, quid du "régionalisme" en Algérie ? Est-il vraiment Kabyle, ou bien faut-il le débusquer ailleurs ? Toutes ces questions seront, à partir de 20 :30, au menu du Club de la Presse de BRTV.

C.P.

Club de la presse samedi à 20h30 sur BRTV.

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (14) | Réagir ?

avatar
Mohammed ADOUR

l'antikabylisme éxiste bel et bien à tous les niveaux de la société algerienne :il n'ya jamais eu de président kabyle, la kabylie n'a jamais été récompensée pour ses sacrifices faits pendant la révolution 54, de plus le pouvoir rejette toujours les revendications kabyles et cela même au detriment de l'algerie comme la démocratie ; du reste on a vécu cet antikabylisme au sein même de l'armée, dans les administrations publiques, à l'université et même dans la rue et les mosquées !!!!!!!!!

avatar
sarah sadim

La prochaine aventure du clan ploutocrate au pouvoir conte les Amazighs aurait des répercussions politiques graves à l'échelle régionale et internationale, en effet on est en 2016, et le monde trop mouvant risque de surprendre les larbins imposteurs du sommet.

Absolument sidérant le régionalisme de ce pouvoir dont témoignent beaucoup d'autres et pourtant ils ne sont pas Kabyles.

Ce pouvoir met en péril tout le monde et il devient urgent que l'Affaire dictatoriale actuelle et la politique régionaliste outrancière du pouvoir soit reprise à l'échelle internationale.

Cela fera peur et très mal au pouvoir dans un premier temps, mais la dialectique est là, seul son départ anticipé remettra le train sur les "Rails identitaires historiques de ce pays".

visualisation: 2 / 11