Bouteflika a l’habitude de subir des contrôles médicaux en Suisse, selon Ouyahia

La photo qui a fait trembler le pouvoir.
La photo qui a fait trembler le pouvoir.

Au cours de sa première conférence de presse après avoir été élu SG du RND, Ahmed Ouyahia a réglé quelques comptes et apporté des précisions. Et surtout une révélation passée presque inaperçue sur la santé du chef de l'Etat.

Ainsi l’évacuation du chef de l’Etat en Suisse pour des contrôles médicaux n’est pas une réponse "pour punir la France", comme l’ont laissé croire les thuriféraires du régime suite au tweet ravageur de Manuel Valls. Ahmed Ouyahia a souligné que ce n'est pas la première fois que le Président se rend en Suisse pour ses contrôles. Cette réponse du directeur de cabinet à la présidence mérite qu’on s’y attarde pour son importance. Premièrement, officiellement on n’a pas connaissance jusqu’à présent d’évacuation en Suisse d’Abdelaziz Bouteflika depuis son AVC d’avril 2013. De fil en aiguille, cela confirme que le chef de l’Etat a déjà été évacué mais en secret à l’étranger sans que la présidence ne fasse cas du sujet. Jusqu’à présent les communiqués de la présidence sur l’état de santé d’Abdelaziz Bouteflika n’ont rapporté que ses transferts en France. Précisément au Val-de-Grâce (avant sa fermeture) et à la clinique d’Alembert à Grenoble. Mais pas en Suisse.

Cependant Soufiane Djilali nous a effectivement affirmé dans l’entretien qu’il nous a accordé il ya quelques jours que Bouteflika a été plusieurs fois évacué pour des examens à l’étranger sans que la présidence n’informe l’opinion publique..

Par ailleurs tout en appelant "à ne pas tout politiser", Ahmed Ouyahia apporte un démenti singlant à ceux qui bombent le torse affirmant que le chef de l’Etat a choisi la Suisse pour condamner la France suite au tweet de Manuel Valls qui montrait un président très malade. Ce message à 140 signes a en effet secoué l’establishment du pouvoir.

Yacine. K.

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Atala Atlale

Pourquoi nous contraint on à ces interrogations et hypothèses trompeuses voire inutiles et occulter le vrai problème à savoir que l'état de santé du président ne lui permet plus de tenir sa fonction, et que l'article 88 s'impose de lui même, mais enfin que veut dire cette histoire où le conseil ne s'auto-saisit pas, et qui a pondu, cette loi faite pour les peuplades primitives ? C'est complètement débile, nous vivons une situation grotesque que l'histoire nous fera payer. Aucune loi au monde ne peut contraindre un pays à cette honteuse mascarade. Au point où même de grands truands peuvent se permettre de convoiter de hautes fonctions de l'État. On nous mène à l'abattoir comme de vrai moutons. Que c'est triste de voir son pays mourir doucement sans qu'une réaction salvatrice ne réagisse.

avatar
sarah sadim

OUYAHIA LE PREMIER LARBIN A PEUR ET BROSSE JUSQU'AU RIDICULE A CONCURRENCER SAIDANI DU PARFAIT FIDELE DE BOUTEFLIKA;

iL SERA DETRUIT POLITIQUEMENT PAR LE CLAN DE BOUTEFLIKA OU PAR LES AUTRES QUI EN ONT FAIT CE QU'IL EST, Sans Toufik Ouyahia est zéro, puis dans le grand lessivage prévu les oubliettes sont déjà un bon sort pour ce caméléon reptilien.

Aucune chance il sera épuisé et travesti jusqu'aux extrêmes limites puis la chute plus brutale que celle de Toufik.

Il faut bien le mettre en premier Bouc émissaire et cela est décidé déjà, ce n'est plus une promesse mais une sentence du Clan.

Qu'il continue de gigoter cet imposteur, il n'a aucune force sur laquelle s'appuyer, le RND est du vent venu avec Zeroual, il partira avant le départ de Bouteflika, mais dans quelles conditions et circonstances.

Sa danse du ventre sera inutile au sort scellé de l'imposteur délateur, au moins Saidani braie comme une bourrique c'est plus direct.