Arezki Idjarouidène, le PDG d’Aigle Azur, a tiré sa révérence

Arezki Idjerouidène
Arezki Idjerouidène

Le propriétaire de la compagnie française Aigle Azur n’est plus de ce monde.

Arezki Idjerouidène a rendu l'âme dimanche matin à Paris, en France, selon un proche. Né en 1955 au village Iaïfane, commune d’Iflissen, au nord de Tizi-Ouzou, Arezki Idjarouidène, une fois ses études en droits achevées à l’université d’Alger, prend le chemin de l’exil en 1977. A Paris, le jeune Arezki Idjarouidène a excellé dans les affaires et plus particulièrement dans le transport aérien.

Il monte vite les échelons et montre un sens consommé des affaires. Il rachète en 2001 la compagnie aérienne française Aigle-Azur dont il est devenu propriétaire. Depuis cette compagnie a gagné d'importantes parts du marché algérien. Elle assure ainsi plusieurs lignes entre la France et l'Algérie.

En 2004, vu la performance de la compagnie, le PDG d’Aigle Azur a eu droit à la légion d’honneur française décerné par les mains de Jacques Chirac. La mort l'a finanement surpris à l'âge de 60 ans.

"Arezki Idjarouidène est toujours resté très attaché à sa région où on le voyait souvent. Il côtoyait tout le monde et venait souvent financièrement à la rescousse de notre club de football, Littoral Club Iflissen", nous témoigne un habitant de la région de cette commune de la Kabylie Maritime.

Abdenour Igoudjil

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (7) | Réagir ?

avatar
mhand said

dieu prend rapidement ceux qu il aime.

avatar
veriteAMER

Ces tristes (constat parfaitement froid) circonstances « l' hospitalisation du chef d' Etat » d' un côté et la mort « concomitante » d’un autre (doit survenir à un moment ou un autre car c’ est un mortel) d' un PDG d' une compagnie française aussi insignifiante que largement corrompue par le pouvoir militaire algérien, ont fait volé en éclat des masques de figures bien tribalistes et bassement mesquines : les visages démasqués sont ceux de prétendus et autoproclamés, je les cite : « modernes, polyglottes et intellectuels » (rien que ça !), au travers l' usage acéré de la langue de Molière (pour ne citer que celle-ci) ... cette énième remarque tant sur le fond que sur la forme consolide bien mes convictions (hélas!) sur l' ESSENTIEL qui empêche les populations du grand Sud à s' émanciper de leurs tares GÉNÉTIQUES que sont les tribalismes virulents, opposés en vrai, à toute idée de modernité nécessaire (mais pas suffisante) pour décoller (un tant soit peu) de la self destruction dudit monde tribaliste à laquelle le monde des Hommes Libres et le monde libre assistent sans y pouvoir rien...

Paris/Londres New York/Ottawa/Berlin/Genève/Rome/Amsterdam/Berlin/Madrid…etc… n’ont rien pu influer sur le destin de ces populations : terrible constat d’échec ! Ce qui conforte ma ligne et la seule constante qui vaille : CQFD !

visualisation: 2 / 6