Le tweet photo de Manuel Valls, une thérapie pour imposteurs !

Les derniers clichés d'Abdelaziz Bouteflika le montrent sous son vrai jour. Photo AFP
Les derniers clichés d'Abdelaziz Bouteflika le montrent sous son vrai jour. Photo AFP

Le tweet photo de Manuel Valls n'a fait que confirmer aux opinions publiques du monde entier ce que leurs dirigeants et tous les algériens savent depuis plusieurs années et ce que l'opposition algérienne affirme depuis 2012.

Par Zoheir Rouis (*)

Cette photo de trop, exhibant un homme manifestement dans un dénouement total, perdu et ne semblant pas au fait de l'exercice auquel il est livré, semble avoir pris de court les relais du régime algérien que sont Ouyahia, Sidi Said, Amara Benyounes, Louisa Hanoune, Saadani, Ghoul, ...

Les voilà se répandre contre la France, dénoncer le complot intérieur et la main de l'étranger, parce que cette photo trahit ce qu'ils pensent être un secret bien gardé et partagé avec les seuls dirigeants étrangers, isolés qu'ils sont dans leur bulle et manifestement imbéciles au point de penser que le mensonge qu'ils portent et auquel ils ont fini par croire est dévoilé au commun des algériens.

Alors comme parade concertée, les voilà tous acculés à reconnaître publiquement qu'en effet le président est présentement malade mais qu'il est tout à fait apte à diriger le pays.

Nous arrivons finalement à une sorte de thérapie de groupe puisqu'ils acceptent enfin de dire, et probablement de se dire, cette vérité sur la maladie du président.

Gageons que dans quelques jours, semaines, ils finiront par reconnaître que Bouteflika n'est pas apte à diriger le pays ...

Assisterons nous alors à un appel de ces mêmes imposteurs à l'application de la Constitution pour prononcer l’empêchement du président le tout avec l'assentiment du président du Conseil Constitutionnel ?!

Z. R.

(*) Secrétaire National de Jil Jadid

Plus d'articles de : Politique

Commentaires (20) | Réagir ?

avatar
elvez Elbaz

La Kabylie martyrisée, une terre civilisée pacifique, amazigh nord africaine en méditerranée occidentale.

Durant plus de 40 annees, la kabylie s est battue contre la dictature du Front de libération nationale (FLN) pour sa liberte et la reconnaisance de son identité territoriale, humaine et civilisationnelle. Le raz de maree islamiste algerien n’a jamais atteint la Kabylie, à la pointe du combat libérateur amazigh (berbére). Au niveau électoral les partis islamistes algeriens essuient des echecs cinglants en kabylie. Aucun parti de cette mouvance islamointegriste n’a jamais reussi à s implanter en kabylie, cette terre amazigh, africaine du nord, qui a tant donné aux civilisations de cette région de méditerrannée occidentale, à 100kms d ibiza, des baleares, de la sardaigne.. et à 10000kms de l’asiate péninsule étrangere arabique!

La laicité de la kabylie est ancestrale. Elle ne procéde d aucune violence instaurée par les armes, comme dans certaines dictatures militarolaique, ni d une loi jacobine et contraignante. Elle est le fruit essentiellement de son identité culturelle, sociale et humaine qui veille à ce que la liberté de chacun puisse s exprimer au sein d un ensemble que l on appelle AGRAW-tajmaath (terme identique à l’agora forum grec) pour que les diférentes composantes villageoises kabyles s harmonisent démocratiquement. La solidarité ancestrale villageoise kabyle est basée sur cette liberté du dialogue, de la concertation et de la reflexion.

Les doctrines intégristes du terrorisme salafo-arabo- islamistes, malgré des tentatives d introduction par certaines officines flno- panarabistes, ont toujours demeuré étrangeres à la société civilisée kabyle. Le terrorisme islamiste n’a été transféré en Kabylie qu’à partir de 1997, lorsque le pouvoir algérien conclut un accord de paix avec l’Armée islamique du salut (AIS). Pendant cinq ans, alors que le terrorisme ravageait Alger et ses environs (1992-1997), la Kabylie faisait figure de pays paisible et sûr. C’était la Suisse locale. le terrorisme islamiste sévissait plutôt ailleurs. Dès 1995, les Kabyles furent les premiers à s’organiser et à prendre les armes contre le terrorisme arabo-islamiste.

L’accord signé entre le pouvoir et l’AIS (armee islamique du salut) en 1997 avait besoin d’un bouc émissaire : la Kabylie, qui refusait d’accepter un Etat flno-arabo-islamique. La fin du terrorisme posait problème au régime algérien. En son absence, comment justifier la présence de l’armée en Kabylie ? Il y eut donc conspiration contre elle. Les terroristes sont autorisés à se venger contre les Kabyles, circulant “librement” et dressant des faux barrages à deux pas des barrages de l’armée !!!Une impunité et une liberté de circulation de ces “pseudo-terroristes” qui amenaient les citoyens kabyles et ailleurs à se poser des questions quant aux donneurs d ordre, et à leurs methodes enseignaient, jadis, dans les écoles du KGB au chapitre du TERRORISME PEDAGOGIQUE.

M. Bouteflika est arrivé au pouvoir avec la ferme intention de détruire la Kabylie économiquement (en limitant drastiquement les investissements) et socialement. Dès sa première campagne électorale (1999), il déclara à Tizi Ouzou : « Je suis venu dégonfler votre ballon de baudruche ! » Lors de sa deuxième campagne (2004), il cria à Vgayet (Bougie), où il fut accueilli avec des jets de pierres : « Kabyles ! De loin je vous voyais des géants, mais de près vous n’êtes que des nains ! »

M. Bouteflika décréta une « concorde nationale » et prit le parti des jeunes terroristes en disant que, « s’il avait leur âge, il serait l’un des leurs et serait monté au maquis islamiste» ! En 2001 et 2002, la gendarmerie de bouteflika organisa la tuerie du « printemps noir » dans laquelle on dénombra près de 150 morts et des milliers de blessés, dont 1 200 handicapés à vie, L’armée tirait les manifestants de la liberté avec des balles reelles, parceque selon un criminel de la junte des généraux algeriens, l’armée n’a pas de balles en caoutchouc, comme en israel, et était obligé de tirer sur des civils désarmés avec des vrais balles!!!!. Les victimes sont toutes des civils kabyles sans armes. Il commença à envoyer des renforts en surnombre, plus de 100 000 hommes y sont stationnés depuis 2004.

L’ASTUCE EST DIABOLIQUE:Le terrorisme pédagogique qui instaure un état de terreur résiduel pour casser toutes velleités kabyles de liberté

Les terroristes islamistes amnistiés sont envoyés en tant qu’imams en Kabylie. Nombre d’entre eux ont été chassés par les comités de village pour avoir incité à la haine et au meurtre. Le maintien du terrorisme en Kabylie permet de faire passer, auprès des médias internationaux et des chancelleries, la thèse suivante :« Le pouvoir algérien se bat contre le terrorisme islamiste. Il fait de son mieux, mérite le soutien de l’Occident. Mais le terrorisme ne subsiste qu’en Kabylie, qui se bat contre ce même pouvoir. Les Kabyles sont donc, sinon les complices des terroristes, du moins leurs alliés objectifs ! » Par conséquent, le pouvoir algérien serait à encourager dans sa lutte contre les Kabyles qui l’empêchent d’éradiquer les terroristes. L’astuce est diabolique, mais elle fait mouche ! Ainsi, on donne de la Kabylie l’image du « bastion du terrorisme islamiste » et du « fief de l’AQMI ».

On oublie de dire que les militaires algériens ne sont nullement entravés dans leur action par les populations kabyles. Ils se déploient en toute liberté. Les Kabyles, s’ils ne sont pas d’accord avec le régime fasciste algérien, sont encore davantage opposés aux islamistes.

La Kabylie est livrée à elle même. Les militaires et les terroristes islamistes sont armés, les Kabyles non et sont toujours pacifiques.

Les pays à travers le monde retiennent, de plus en plus, que le régime algérien qui maintient à sa tête un “pauvre handicapé ” n’est digne d’aucune confiance. Ils savent qu une sorte de cartel clanique tire les ficelles en se cachant derriere cet “indu president malade”. Une institution maffieuse qui est entrain de mener l algerie vers sa destruction et ses peuples vers des lendemains incertains et un état de déliquescence tout azimuth.

Le tweet de manuel vals, , le premier ministre français, montrant la réalité de ce pouvoir indu algerien, est il le prélude à ce virement de politique de la france, qui commence à comprendre, désormais que le régime indu algerien est un danger et pour l’algerie, ses peuples et pour la stabilité en méditerranée occidentale?

Il est temps de ne plus soutenir ces tyrans et leur systéme maffieux qui depuis l independance de l’algerie sévissent en toute impunité

Elvez n'ni yechfene

avatar
boualem bouzemhrak

sur cette photo il est mort ou il est vivant?

visualisation: 2 / 9