Ali Benflis : la répression des contractuels augure bien mal de l’Etat de droit promis

Les contractuels évacués à coups de matraques par les gendarmes lundi.
Les contractuels évacués à coups de matraques par les gendarmes lundi.

Le Président de Talaie El Houriyet a réagi à la dispersion par la force du rassemblement des enseignants contractuels.

Le recours à la force pour la dispersion du rassemblement des enseignants contractuels à Boudouaou ne peut provoquer que de profonds sentiments de réprobation et d’indignation. La violence est dans la nature du régime politique en place tout comme l’écoute, le dialogue et la communication lui sont totalement étrangers. Le régime politique sait parfaitement comment réprimer mais il lui est particulièrement difficile d’être attentif aux préoccupations de nos concitoyennes et de nos concitoyens et de ressentir le devoir qui est le sien de leur apporter des réponses convaincantes, crédibles et rassurantes.

Dès lors qu’il n’est plus en position d’acheter la paix sociale- comme cela lui a été loisible jusqu’ici, ce même régime politique fait sans hésitation et sans retenue étalage de sa nature arbitraire, répressive et violente.

Plus d’un mois durant, la marche puis le rassemblement des enseignants contractuels à Boudouaou ont été un exemple de revendication sociale pacifique et un modèle de comportement citoyen responsable. Ce comportement mérite d’être salué et il est regrettable que les pouvoirs publics ne s’en soient pas inspirés dans leur gestion de cette revendication sociale légitime qui ne méritait pas une telle issue.

La réaction des pouvoirs publics, en cette douloureuse affaire, augure bien mal de l’Etat de droit promis et du respect des droits et des libertés que l’on prétend nominalement promouvoir mais qui sont systématiquement bafoués dès lors que le régime police y perçoit la moindre menace pour lui-même et pour ses intérêts exclusifs.

Ali Benflis

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
elvez Elbaz

Benflis, soufiane djilali, mohcen belabbes (si vous rêvez toujours comme votre "douktour mentor"du national et non pas seulement "de kabylie"), rachid nekazz, tabou et CONSORT DE CETTE "OPPOSITION CLOSTROPHILE"..... sortez dehors et respirez l'air de la LIBERTE au lieu de vous polluer LA TETE ET L'ESPRIT dans des espaces confines mis à disposition pour vous phagocyter..... Sortez et manifestez dans les rues d alger...

Ce régime cartel de oujda vous enferme dans des espaces clos, tels des pestiférés pour vous reunir et.... déblaterer que l'algerie algerie est ravagée par le systéme depuis plus de 50ans... Une évidence que tout le monde sait....

Les actes messieurs, mesdames, désormais qu il faudrait.... alger et ses rues attendent, comme hier, de les délivrer de ce cartel clanique de oujda qui les transformée en "reperes de pirates"!

Alger et l'algerie doivent être sauvées.. !

Ailleurs les vrais opposants aux jougs des oppresseurs de tout poil, sacrifient leurs vies pour que leurs enfants et petits enfants puissent vivrent LIBRES.... prenez y de la graine.. !!

Offrez vos vies à l'algerie, pôur la débarraser de ce cartel colonial maffieux boussoufien de oujda, , comme nos parents, hier, l ont fait pour se liberer de la colonisation apartheid française

To be or not to be... là est la question!

avatar
elvez Elbaz

Mass benflis C'est tout... !! hada makene.. !

Et on fait quoi alors?!

Vous et vos amis de "l opposition", de grâce ôtaient de vos rêves et de vos chiméres cette lâcheté de lorgner sur le fauteuil de l'indu président, sans coup férir , pour un moment, un vrai moment d'opposition, et sortez dans la rue..... !

Les peuples d algerie veulent désormais que c 'est vous, l opposition qui va au charbon... !Mais pas dans la rue à béchar, batna, tizi, elmagoura, bordj badji mokhtar, ain timouchent, à constantine, mostaganem ou..... oued souf, non! car là vous pouvez vociferer à satiété, l indu de zeralda et son cartel de makhzen à elmouradia, au club des pins et aux tagarins ne vous entendrons pas... SORTEZ plutôt dans les rues d alger où LE CARTEL A INTERDIT à l'algerie algerienne de crier sa LIBERATION!

Là où comme ILS DISENT "ILS NOUS ONT TRACE A NOUS, PAUVRES PEUPLES D ALGERIE DES LIGNES ROUGES SANG.... !

Chiche à si aalilou et consort... !sortez dans les rues d alger... si vous en avez.. !

Vos vies ne sont pas quand même plus précieuses que l'algerie pour laquelle nos aieux ont sacrifiés les leurs pour la liberer du colonialisme apartheid français, avant que le cartel du clan de oujda ne s'en empare... !

Mout wakaf ali... !

Le fauteuil sera pour l'algerie algerienne d abord.. !

avatar

Vous savez, ces genres d'hommes qui ont occupés des fonctions dans les gouvernements précédents pense qu'à une chose retrouver leurs fauteuils, peut un meilleur fauteuil plus élever dans la hiérarchie.

Mais, ils auront jamais mon bulletin, c'est une certitude, car le pense qu'il faut changer radicalement depuis le plus haut niveau jusqu'au balayeur de la rue qui porte les serviettes pour monter d'échelon, alors qu'il sait qu'il est un incapable.