Paniqué, le régime de Bouteflika ameute les troupes

Cette photo serait-elle l'oeuvre d'une main étrangère ?
Cette photo serait-elle l'oeuvre d'une main étrangère ?

Et de un et de deux et de trois… Les soutiens les plus acharnés du pouvoir sont sortis pour défendre l’image écornée du chef de l’Etat.

A bien réfléchir, il devrait y avoir de bonnes et sérieuses raisons pour que la clientèle se sente dans l'obligation de montrer un ennemi invisible qui en voudrait tant aux institutions et au peuple algérien! Le feu devrait avoir déjà commencé à s'allumer!

Madjid Sidi Said, l'inamovible patron de l'UGTA, ce syndicat sans base, et le FCE, Forum des chefs d'entreprises, de Ali Haddad, dénoncent la campagne, encore une, mais qu'on ne voit nulle part, qui viserait à déstabiliser le pays. Voilà comment on allie piteusement le destin d’un homme à celui d’un grand pays. A les entendre, l’Algérie n’est habitée que par l’actuel locataire du palais de Zéralda.

Louisa Hanoune vient, elle aussi, de se joindre à la grande kermesse pour dénoncer l'ingérence étrangère, elle qui n'a jamais cessé de réclamer la tête Khelil! Cette levée de boucliers est digne des années de plomb, du temps du parti unique où toute expression populaire était assimilée à un acte réactionnaire!

Serait-ce donc porter atteinte à la souveraineté nationale, assimilable à de la haute trahison, de dire que Abdeslam Bouchouareb est impliqué dans le scandale Panama Papers et qu'il détient des biens à Paris?

Serait-il interdit de dire que Chakib Khelil est poursuivi en justice pour détournements et corruption ?

Serait-ce attenter aux institutions de la république, de dire que Amar Saadani, la voix autorisée de Bouteflika, a acheté un somptueux appartement à Paris pour sa......fille ?

Serait-ce porter atteinte à la souveraineté nationale de dire que Bouteflika est... gravement malade et que les images publiées et qui ont fait le tour du monde ont mis à nu une non-gouvernance, une réelle vacance du pouvoir? Qui ment dans cette affaire ? Ceux qui montré le chef de l’Etat sous son véritable état de santé ou ceux (Sidi Said, Ahmed Ouyahia, Ali Hadad, etc) qui refusent de voir ces images ? Se défausser sur cette mystérieuse main étrangère ne changera en rien à la santé du président.

La main étrangère est celle de Sidi Said qui est à la tête de l'UGTA depuis 1997, au lendemain de l'assassinat du vrai syndicaliste: Abdelhak Benhamouda, dans la cour du siège de l'UGTA, à Alger, un Sidi Said qui a accompagné toutes les liquidations des entreprises algériennes! Voudrait-i nous faire oublier qu'il avait, dans l'affaire Khalifa Bank, défié le juge avec son fameux: J'assume?

La main étrangère est cette main qui, une fois à El-Mouradia, a violé la constitution pour pouvoir briguer, trois, puis quatre mandats présidentiels!

La main étrangère est cette main algérienne qui nous a "incroyablement" appauvris lorsque le prix du pétrole a atteint son plus haut niveau.

La main étrangère est cette main qui, pour s'acheter la paix sociale, a jeté l'argent par la fenêtre!

La main étrangère est ce système éducatif noyé par l'arabo-islamisme tentaculaire qui a perverti l'école pour offrir, au terrorisme, de la chair à canon.

La main étrangère est ce système politique qui a fini par pousser nos jeunes à fuir le pays dans des barques quitte à mourir en haute mer.

Elle est dans cette culture tyrannique du régime qui a prospéré grâce aux fraudes électorales et sa gestion par la force, la corruption, le népotisme, le clientélisme, la peur, les viols des constitutions.

Ces laudateurs, ces pompiers actionnés par ces mêmes décideurs qui ont rendu possible le mandat de trop et de fatal, voyant et sentant la colère gronder, tentent de la devancer pour l'étouffer en criant au complot étranger.

Cette manière insidieuse ne tiendra plus la route tant l'opinion nationale sait parfaitement à qui elle a affaire à un régime qui a tout bradé. Aujourd’hui à bout de souffle, il tente de se disculper en pointant du doigt un ennemi fictif. Jusqu’à quand donc doit-on continuer ainsi à avaler les couleuvres d’une clique sans foi ni loi ?

Achour Boufetta

Plus d'articles de : Politique

Commentaires (8) | Réagir ?

avatar
Omar omarof

lire : "voisin de l'ouest" au lieu de : "voisin de l'est"

avatar
Omar omarof

C'est drôle !

Dès que l'Algérie est pointée du doigt, les dirigeants algérois crient au scandale, au complot, à l'ingérence. On parle de ligne rouge de souveraineté nationale....

Pourtant ils oublient qu'ils orchestrent une sempiternelle symphonie hostile vis à vis de leur voisin de l'est.

Dans ce cas-là (pour eux), ce n'est pas de l'ingérence et il n’y a pas de ligne rouge, ils peuvent tout et essaient tout...

Schizophrénie amusante, puérile, futile, contre-productive...

Le peuple algérien devrait se réveiller car à cause (ou grâce) à leurs "dirigeants" ils sont devenus la risée du monde civilisé.

Regardez comment ils ont accusé Valls d'avoir déshonoré leur président. Ce n'est pas Valls qui a pris les photos, en outre, ils devraient laisser en paix ce pauvre homme qui souffre et ne pas lui faire endurer le calvaire des réceptions officielles.

Ils ont même accusé la France d'avoir évincé Benzema pour nuire à l'Algérie... Paranoïa, quand me lâcheras-tu ?

Vivement un Grand Maghreb viable !

Amicalement et fraternellement....

visualisation: 2 / 6