Algérie : RSF réprouve les propos du porte-parole du FLN sur la presse française

Pour le FLN, le président est en bonne santé.
Pour le FLN, le président est en bonne santé.

Reporters sans frontières (RSF) exprime sa préoccupation après les déclarations du directeur de la communication du Front de Libération Nationale (FLN), Hocine Kheldoune, le 13 avril 2016.

Dans une déclaration au quotidien El Watan publiée le 13 avril 2016, le directeur de la communication du FLN, Hocine Kheldoune, a affirmé que "le président Abdelaziz Bouteflika se porte bien et que son dossier de santé ne concerne pas la presse française." A cette dernière, il a lancé un curieux message : "Nous lui lançons, à l’occasion, un autre avertissement et nos lui demandons de ne pas jouer avec le feu, surtout que les relations entre les deux pays sont fébriles." Ces propos, confirmés par téléphone à RSF, interviennent suite à la diffusion dans des médias français d’images montrant les difficultés du chef d’Etat algérien, Abdelaziz Bouteflika, à s’exprimer lors de l’audience accordée au Premier ministre français Manuel Valls à Alger le 8 avril.

“Il semble qu’au sommet de l’Etat et du parti au pouvoir les dirigeants fassent de graves confusions, ou pire, qu’ils surfent sur une vague d’hostilité à la presse française, déclare Yasmine Kacha, responsable du bureau Afrique du Nord de RSF. Les dirigeants algériens sont-ils en mesure de comprendre que les journalistes français ne sont pas les petits soldats du gouvernement français ? Il est absurde de convoquer l’ambassadeur de France après des révélations dans les médias français comme il est aberrant de considérer que ces mêmes médias sont manipulés aux fins de nuire à l’Algérie.”

Suite à la mise en cause de responsables politiques algériens dans Le Monde dans l’affaire des Panama Papers, la crispation des autorités algériennes face à la presse française ne cesse de s’accroître.

L’Algérie figure à la 119ème place du Classement mondial pour la liberté de la presse.

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
khelaf hellal

Voilà une autre manière de " cacher le soleil avec un tamis" un adage bien de chez nous qui ne semble pas refréner la crise d'autorité de cet autre dictateur en herbe qu'est le Directeur de la communication Hocine Khaldoune. Un représentant du FLN qui rue dans les brancards pour justifier l'injustifiable, pour sauver son président d'un naufrage certain et inéluctable. "Ils me le payeront ces maudits canards, Bla djedhoum ! Je vends tout et je m'installerais à Paris !!! Ya khla dar mah!