Retour de Chakib Khelil : de l’Etat-DRS à l’Etat-oligarchies !

Chakib Khelil.
Chakib Khelil.

L’ancien ministre de l’Energie et des Mines, ami personnel du chef de l’Etat, est revenu au pays après avoir quitté le territoire national alors qu’un mandat d’arrêt était toujours lancé contre lui.

Par le Dr Rachid Tlemçani

Le 17 mars 2016, il est reçu à l’aéroport d’Oran avec les honneurs, comme s’il était en visite officielle aux Etats-Unis. "Un dispositif d’accueil digne du personnage" a été mis en place, a tenu à préciser la chaîne de télévision Ennahar, très proche du cercle présidentiel, qui a eu la primeur de l’information.

"Les anciens responsables doivent être respectés", a défendu le ministre de l’Intérieur. Ce retour sous la bénédiction des néo-conservateurs américains a été préparé et organisé de longue date. Auparavant, Chakib Khelil a été l’invité d’honneur aux festivités du 1er Novembre 2015 à l’ambassade d’Algérie à Washington. Comme première sortie publique, la légitimité historique est perçue comme un préalable à la prise de pouvoir.

Une campagne médiatique menée par le secrétaire général du FLN appelant à la "réhabilitation" de Chakib Khelil est déclenchée dès son départ du pays. Selon le discours officiel, l’ex-ministre est victime d’une "machination" de l’Etat-DRS, sous le règne de Mohamed Mediène, dit "Toufik", un chef ni vu ni entendu pendant 25 ans. Après la dissolution du DRS, le défi majeur à relever est la sortie le plus tôt possible de l’impasse politique paralysant les activités du pays, à l’exception des actes de prédation. L’après-Bouteflika est devenu très problématique pour tout le monde, Algériens et partenaires commerciaux.

Les enjeux financiers, économiques, institutionnels et sécuritaires sont énormes, incalculables. Le pouvoir, vaille que vaille, doit rester toutefois au sein de la "familia", semble-t-il. Le groupe de l’Est, sous la direction de Ali Benflis, doit redoubler d’efforts pour se hisser en un pôle régional avant de prétendre à la succession du Raïs. Le groupe du Centre sous Ahmed Ouayahia, "e Kabyle de service", n’a jamais été admis en tant que présidentiable au sein du groupe. Quant au groupe sous la houlette du SG du FLN, son chef est en fin de mission.

Problématique Chakib Khelil

Lors d’un procès en cours en Italie depuis des années, il a été question de commissions de 198 millions d’euros de l’entreprise Saipem à Farid Bejaoui, présenté comme l’homme de confiance de Chakib Khelil. Le scandale de "Panama Papers" vient de révéler que Farid Bedjaoui a bien reçu une telle somme. Au nom de quoi Farid Bedjaoui, dont le nom apparaît dans 17 sociétés offshore, recevrait-il de l’argent de Saipem? En contrepartie, Saipem a obtenu de Sonatrach, entre 2007 et 2009, des contrats d’un montant de 11 milliards de dollars. Chakib Khelil est cité dans l’arrêt de renvoi de ce procès.

Selon toute logique, le gouvernement algérien devait rapidement se porter partie civile si ce n’est pas pour récupérer le préjudice financier, du moins pour ne pas ternir davantage l’image du pays. Les pots-de-vin ont été opérés au détriment de l’intérêt national. Cela n’a pas été fait. Il est donc de bonne guerre de supposer l’existence d’un scandale financier que le pouvoir politique tente de protéger. La sagesse des 3 singes semble être adoptée. Pour ne pas connaître et propager le malheur, il faut "ne rien voir", "ne rien entendre" et "ne rien dire".

Le 12 août 2013, le procureur général près de la cour d’Alger annonce que l’ancien ministre de l’Energie et plusieurs de ses proches font l’objet d’un mandat d’arrêt international. Ils sont impliqués dans des scandales financiers. Le mandat est rapidement annulé pour vice de forme : "Un ministre ne peut être poursuivi ou entendu que par un juge de la Cour suprême". Le procureur général est rapidement limogé ainsi que son ministre. L’affaire Khelil est classée visiblement.

Gestion du secteur énergétique

Dès l’arrivée de Abdelaziz Bouteflika au pouvoir, il nomme Chakib Khelil, un adepte de la globalisation néo-libérale, comme ministre de l’Energie et des Mines. Ce dernier va gérer le secteur énergétique durant 12 ans. La gestion des ressources naturelles du pays se faisait sans concertation, elle est administrée dans l’opacité comme une caisse noire. Le contrôle a priori et a posteriori du fonctionnement de Sonatrach présente de sérieuses imperfections. «La délinquance financière», soutient Djilali Hadjadj, le président d’une association de lutte contre la corruption, a caractérisé la gestion de ce secteur névralgique de l’économie nationale.

Quant à la gestion des ressources humaines, elle a consolidé la logique néo-patrimoniale : népotisme, clanisme, copinage et favoritisme. Le ministère de l’Energie et des Mines et la Sonatrach sont devenus des chasses gardées de groupes d’intérêts. Les partenaires de l’Algérie ont appris à traiter avec des intermédiaires qui géraient les commissions et les rétrocommissions.

Le ministre a institué un véritable "système Khelil". Un câble diplomatique révélé en 2010 par WikiLeaks décrit Chakib Khelil comme le principal responsable de "la culture de la corruption" dans la gestion de Sonatrach. Il supervisait directement tout contrat passé entre Sonatrach et les compagnies étrangères. «Plus de 1600 contrats paraphés durant l’ère Khelil sont frappés de suspicion dans la gestion de Sonatrach». Un nouveau scandale a éclaté récemment avant la publication de "Panama Papers". L’affaire est révélée par le Huffington Post US et The Age.

Samsung et Hyundai auraient versé des pots-de-vin à des cadres dirigeants de Sonatrach pour l’obtention, entre 2007 et 2010, de contrats de rénovation de deux raffineries (Arzew et Skikda). Les transactions ont eu lieu pendant que Chakib Khelil était aux affaires.

Comme autre préjudice important, Sonatrach a été condamnée à payer 400 millions de dollars dans une affaire d’arbitrage suite au conflit avec le norvégien Statoil. Sonatrach devait fournir à son partenaire un milliard de m3 de GNL par an. L’Algérie n’a pas pu remplir ses engagements en raison de la baisse de la production.

La mise à niveau de Sonatrach n’a pas suivi le développement technologique. Il y a une absence de politique énergétique dynamique. Selon certaines sources, la gestion du secteur s’est soldée par des préjudices financiers estimés à 64 milliards de dollars. "C’est aussi pendant ses dix ans de règne que Sonatrach a perdu le plus grand nombre de ses cadres", remarque Hocine Malti, ancien vice-président de Sonatrach et auteur de Histoire secrète du pétrole algérien.

"Si vous parlez de l’état du secteur de l’énergie en Algérie, il va sans dire que celui qui a régné en maître absolu de ce secteur durant douze ans y a une grande part de responsabilité", souligne Sid-Ahmed Ghozali, ancien PDG de Sonatrach. Il semble que la gestion de Khelil a permis au pays d’engranger 1500 milliards de dollars. Par ailleurs, l’on sait que 800 milliards de dollars ont été injectés pour la relance économique, relance qui n’a pas encore vu le jour. Les Algériens ignorent toutefois comment le reste a été dépensé.

Zaouïas et légitimité traditionnelle

Comme premier déplacement, Chakib Khelil s’est rendu à Djelfa pour le pèlerinage à la zaouïa de Sidi M’hamed Bou Merzoug, très proche du FLN. L’opération est soigneusement préparée par les autorités locales. Le passage de l’ex-ministre n’est nullement une visite qui doit passer inaperçue. La presse locale est conviée à couvrir l’événement. Il est devenu une tradition que le pèlerinage à une confrérie religieuse est jugée nécessaire pour les dirigeants algériens. Des personnalités culturelles, politiques, sportives et journalistiques ont rendu visite aux zaouias. Une légitimité de type traditionnelle est recherchée pour la cooptation ou la pérennisation dans un Etat qui se dit progressiste et moderne.

A l’origine, la zaouïa est un lieu de culte, une école coranique et un gîte pour les voyageurs. Au fil du temps, des zaouïas se sont laissé aller aux pratiques charlatanesques plus proches du paganisme que de l’islam maghrébin. Sous Houari Boumediene, les confréries religieuses n’ont pas eu le vent en poupe. Leurs activités ne sont ni soutenues financièrement ni encouragées idéologiquement. Leurs pratiques ancestrales et archaïques étaient combattues et marginalisées. Les marxistes du FLN considéraient la religion comme l’opium du peuple avant que certains d’entre eux ne deviennent des islamistes.

Ils ont contraint des zaouias à se retirer au fin fond du monde rural et à se replier sur elles-mêmes dans une quasi-clandestinité. C’est à partir des années 1980 que la récupération politicienne des zaouias et des mosquées prend une grande dimension. "On arrivait à des postes de responsabilité à travers les zaouïas, on faisait intervenir tel ou tel cheikh pour cela". Les officiels, chefs d’Etat, ministres, walis, chefs de daïra, PDG et élus se placent eux-mêmes sous la protection des zaouïas.

Abdelaziz Bouteflika l’a compris rapidement. Ne se réclamant d’aucun parti politique, il s’est alors tourné vers les zaouïas qu’il savait très fortement liées aux tribus. C’est à la zaouïa de la Rahmania que Bouteflika s’était engagé pour le deuxième mandat. C’est aussi à Djelfa qu’il avait reçu la bénédiction pour la 4e victoire électorale. Rehaussées en tant qu’acteurs politiques de premier ordre, des zaouïas confectionnent aujourd’hui des listes électorales.

A la veille de la tenue des élections, elles sont très courtisées par les candidats, islamistes comme démocrates. Les Algériens ne s’adressent pas aux élus, supposés faire les lois, mais souvent au cheikh de la zaouïa, dont l’influence serait très étendue. "C’est affligeant de voir des ministres et des puissants de ce qui reste de la République venir se déchausser devant des cheikhs PDG de la bénédiction et grands détourneurs du sens" (Kamel Daoud). Les officiels ont lourdement contribué à la retraditionalisation de la société.

Légitimité technocrate et rationnelle

Dès son retour, la chaîne TV Ennahar a rapidement organisé un entretien avec l’ex-ministre. Diffusé en prime time, l’entretien a donné l’impression qu’on est en pré-campagne électorale. L’invité de l’émission n’a pas hésité à étaler son élogieux CV. En tant qu’expert international de par ses fonctions à la Banque mondiale, ministre, PDG, président de l’OPEP, patron d’un cabinet de consulting, l’ex-ministre s’est présenté comme l’homme providentiel pour le pays.

"La situation actuelle est plus difficile que celle où j’étais à la tête du ministère de l’Energie", relève-t-il. En plus clair, je suis l’homme qu’il faut pour renflouer les caisses de l’Etat. "Je suis prêt à aider mon pays" pour améliorer la situation actuelle, d’autant plus que "je n’ai aucun mandat international contre moi", confesse-t-il. Il semble qu’un deal a été scellé avec les Italiens.

Par ailleurs, lorsqu’on sait que l’Etat italien se comporte comme une République bananière dans plusieurs secteurs d’activités, il n’y a pas lieu d’être sceptique. Chakib Khelil est en mesure, selon le discours de légitimation, de mettre en mouvement la tendance haussière du prix du pétrole. Croire que l’Algérie pourrait influer sur les cours mondiaux du pétrole, c’est méconnaître les mécanismes de fixation des prix.

Même à son apogée, le rôle de l’OPEP a été secondaire, voire minime dans cette fixation. La campagne médiatique pour accréditer Chakib Khelil de la légitimité technocratique a commencé avant le limogeage du chef du DRS. "Chakib Khelil est l’un des cadres les plus intègres et les plus compétents de l’Algérie. C’est à son époque que Sonatrach a doublé sa production", souligne le SG du FLN dans un entretien resté historique accordé à TSA, le 3 février 2014.

Récemment, le SG du FLN a relancé le discours sur la bonne gestion des hydrocarbures sous le système Khelil. «Sonatrach n’a jamais connu un ministre aussi compétent et intègre que Chakib Khelil. C’est le meilleur ministre que l’Algérie ait connu depuis l’indépendance», déclare-t-il. Il ajoute : «Chakib Khelil mérite de revenir en tant que ministre, voire à un poste plus élevé que ministre» alors qu’il est plus âgé que le chef d’Etat. Ce dernier a crié pourtant haut et fort «Tab djanana» (Notre génération a achevé sa mission) à Sétif lors d’un discours resté historique.

Quant à Mohamed Bedjaoui, ancien président du Conseil constitutionnel, mis en cause dans le scandale de l’autoroute Est-Ouest, il affirme que "Khelil est quelqu’un qui est extrêmement solide sur le plan professionnel. Il a fait de très belles réalisations pour le pays". Selon le SG du FLN, cet technocrate aux compétences avérées mondialement a permis à l’Algérie d’engranger 1500 milliards de dollars. Le discours technocratique est mis en exergue, comme si la crise nationale n’est pas une crise de légitimité, politique, mais d’ordre technique.

L’après-Bouteflika et Etat-oligarchies

Le verdict de l’affaire de Khalifa nous enseigne que l’absolution des dirigeants dans les 10 grands dossiers de corruption doit être la règle à observer et non pas l’exception. Pratiquement l’ensemble de la classe politique est impliquée d’une manière ou d’une autre dans des scandales financiers.

L’affaire Khalifa a exposé au grand public que plus d’une centaine de personnalités appartenant à toutes les élites (médiatique, culturelle, sécuritaire, sportive, politique, militaire et universitaire) étaient impliquées d’une manière ou d’une autre dans ce scandale. Comme autre scandale qui fait la Une de la presse, c’est celui de l’autoroute Est-Ouest. Elle a été estimée à 6 milliards de dollars, pour atteindre aujourd’hui 21 milliards de dollars alors que sa construction n’est toujours pas achevée. Last but not least, l’Algérie n’est pas à l’abri des «Panama Papers», scandale perçu comme un complot contre l’Algérie, le clan présidentiel !

Abdesselam Bouchouareb a créé une société offshore au Panama en infraction de la législation, alors qu’il est ministre de l’Industrie. En 1990, le chef du gouvernement pour soutenir les islamistes a lancé un pavé dans la mare en estimant que la corruption était de l’ordre de 27 milliards de dollars. Sur la même base de calcul, elle peut être estimée aujourd’hui à quelque 300 milliards de dollars. L’affaire Khelil est donc le top de l’iceberg.

Le phénomène de la corruption a gangréné toutes les institutions du pays, aux niveaux local, régional ainsi que l’administration centrale. Il n’est pas une question de dysfonctionnement de ces institutions, il structure organiquement l’Etat sécuritaire. Les malversations, les détournements de fonds et les pots-de-vin sont un phénomène enchâssé dans les appareils de l’Etat sécuritaire. En fin de mission, le chef d’Etat tient à léguer toutefois à son successeur une «maison de verre», comme il l’avait promis en 1999. Ce successeur ne peut être qu’un de ses plus proches. Le sort des équipes régnantes prime sur l’avenir de la nation, telle est la règle qui fait perdurer les systèmes mafieux et la kleptomanie.

Il ne viendrait pas à l’esprit que le chef d’Etat en quittant les affaires après quatre mandats successifs laisse tomber son ami d’enfance aux mains d’une justice aux ordres. Ahmed Ouyahia, ancien Premier ministre et ancien ministre de la Justice, a déclaré que le procureur général a reçu des instructions «d’en haut» pour poursuivre Chakib Khelil. Il a reçu des instructions du DRS, comme le SG du FLN l’avait affirmé avant lui. Dans un régime donné, on n’abandonne aucun membre de la famille au milieu du gué quand il n’a pas commis de surcroît de faute grave ou impardonnable.

La caisse noire du pétrole a pris en plus en charge les campagnes électorales et les autres opérations de propagande. L’ex-ministre doit reprendre les affaires du pays pour rester, entre autres, intouchable, à l’intérieur comme et à l’extérieur du territoire national. Il y va de la marque de fabrique. En appliquant le modèle Wébérien, Chakib Khelil possède toutes les légitimités : historique, religieuse, rationnelle pour être un chef charismatique.

Il est l’homme de la situation, de l’Etat-DRS à l’Etat-oligarchies. Lors de l’entretien à Ennahar, Chakib Khelil n’a pas hésité à répondre à la question sur son retour éventuel aux affaires : "Je suis prêt à aider mon pays dans le domaine de l’Energie ou dans d’autres secteurs." Dans cette perspective, il a ramené dans ces bagages de Maryland, USA, une nouvelle loi sur les hydrocarbures que le Parlement adoptera, à main levée, comme en 2005. Les Français ont déjà grincé les dents puisque l’application de la nouvelle loi avantagera les intérêts US à leurs dépens.

Leur homme-lige, cité par "Panama Papers", ne se trouve pas d’autant plus en position de force dans la nouvelle configuration en gestation. Sans être dogmatique, le problème avec la nouvelle loi Khelil, c’est que le secteur énergétique sera bradé à la Poutine. Cette opération favorisera d’abord les copains et les coquins au détriment de l’intérêt national et la promotion d’une économie productive et diversifiée.

L’ouverture hybride des médias lourds a permis aux oligarques de marginaliser les professionnels de la communication susceptibles d’apporter une valeur ajoutée au secteur. Les oligarques du FCE présidé par Ali Haddad ont fait déjà savoir leur droit légitime d’investir dans le secteur énergétique. Désormais, aucun secteur d’activité, y compris l’armement, ne peut plus être considéré stratégique. L’"infitah" (ouverture) du secteur énergétique est perçu comme un deus ex machina dans un environnement "tag ala min tag", de guerre de tous contre tous.

Le silence des élites sur la question nationale est dégradant. Il met en danger la sécurité financière et la stabilité politique du pays pendant que le peuple de gauche est en ébullition. Les enseignants, en grève de faim pour la dignité, tant promise, ne sont pas soutenus dans leur lutte. Très atomisé, le mouvement des indignés dont sa traduction politique tarde à prendre forme risquerait de prendre une démarche violente. Si la dernière scène du scénario en cours, de type hollywoodien, venait à être tournée précipitamment, c’est encourir le risque de mettre le feu aux poudres. L’Algérie n’aurait pas de "happy end" !

R. T.

(*) Pr, Relations Internationales et Sécurité Régionale- Université d'Alger

Cette contribution, déjà parue dans El Watan, est publiée avec l'aimable proposition de l'auteur.

Plus d'articles de : Analyse

Commentaires (5) | Réagir ?

avatar
elias habachi

Si la justice ne dit rien c'est parce que elle a été sommée par la mafia qui gouverne, de clore le dossier et de fermer sa gueule.

avatar
khelaf hellal

Beaucoup de pratiques mafieuses et deals de corruption ont échappé à l'Etat -DRS et aux contrôles douaniers et aéroportuaires, de là à les supprimer, c'est la porte ouverte à toutes les transactions frauduleuses et la razzia sur le FRR et les réserves de changes. Le dernier ferme la porte!

visualisation: 2 / 4