Session de l'APW de Batna : des généralités, des projets gelés et une action humanitaire

Peu de projets retenus par l'APW de Batna.
Peu de projets retenus par l'APW de Batna.

Lundi s'est tenue la première session de l'Assemblée populaire de wilaya de Batna (APW) de l'année 2015 en présence de Sellamani Mohamed, le wali, le sénateur Djebablia Ayach, des membres de cette instance ainsi que des directeurs de l'exécutif et chefs de daïra.

A l'ordre du jour de cette session les élus avaient à débattre des chiffres avancés dans le bilan des activités 2015. Différents aspects de la vie des 1.200.000.00 habitants de la wilaya ont été abordés. Comme la consolidation des résultats acquis en matière de développement et socioéconomique des 61 communes de la wilaya de Batna, qui d'ailleurs ne semblent pas être la priorité des députés et autres élus. Les perspectives économiques, l'emploi, la santé, le logement, l'éducation, les affaires religieuses et le sport ont fait l'objet de nombreuses interventions des élus. Il ressort, cependant, que cette session ressemble à toutes celles qui ont précédé. Elle n'a pas servi à confirmer les ambitions locales dans le sens d'un développement économique où l'emploi serait l'objectif prioritaire.

La plupart des interventions ne se sont pas inscrites dans une perspective de recherche de solutions. Il s'agissait beaucoup plus de constations individuelles ou de groupes (commissions) de situations vécues ou dénoncées par des citoyens. Rien n'a été dit sur la création ou la mise en place de nouveaux programmes en matière de réaménagement du territoire, d'aménagement des zones rurales, d'extension des compétences des communes, notamment dans le domaine de l'habitat, de la santé et de l'emploi, la situation des grandes surfaces et autres patrimoines immobiliers propriété des Domaines.

L’affaire de l’université Hadj Lakhdar tue à l’APW

Certes, les élus ont effleuré des questions sur des secteurs prioritaires comme les infrastructures de base, la formation professionnelle et l'apprentissage, l'enseignement supérieur, l'environnement et la qualité de vie, la sécurité urbaine, les réfectoires dans les écoles, le chauffage dans les salles de classe, les infrastructures scolaires et les infrastructures communales à l'abandon, l’hydraulique, secteur de l'emploi, dossier du secteur des moudjahidine et autres. Mais rares ont été les propositions avancées pour mettre un terme à telle ou telle autre situation préjudiciable aux citoyens. Un membre élu de l'APW, a mis le doigt sur un dossier rouge, qui contient des documents (scabreux) sur les rouages des hauts responsables de l'université Hadj-Lakhdar. Cette mise en cause exprimée par l'un des élus n'a pas eu de réponse.

En revanche, une élue a exposé un cas très sensible, il s’agit d'un enfant malade, hospitalisé (avec sa mère, garde-malade) depuis 4 ans dans un service de réanimation et qui ne peut vivre qu'avec un appareil respiratoire. Cette machine coûte environ 125 millions de cts. Le wali Sellamani Mohamed a décidé de prendre en charge l'acquisition de cette machine. Cet appareil de respiration permet à cet enfant de 12 ans de quitter l’hôpital et de l'utiliser chez lui. A noter aussi que trois grands projets inscrits dans un programme quinquennal 2010-2014, (stade de 150.000 places, un Tram-rails et un hôpital) ont été gelés. La cause ? La crise économique, argue-t-on à l’APW. Il est à savoir que le montant du budget pour l'année 2015 est de 2.455.000.000 dinars, répartis sur 642 opérations : programme des secteurs, soit 52 opérations planification et 590 opérations de développement des communes.

Abdelmadjid Benyahia

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (0) | Réagir ?