Non aux nationalistes de la dernière heure !

Ouyahia-Saadani, deux faces d'un seul pouvoir.
Ouyahia-Saadani, deux faces d'un seul pouvoir.

L’actualité nationale est riche en matière de mésaventures qui me laissent en pleine stupéfaction devant ce volume de paradoxes qui résument bien la dégradation politique de notre pays.

Assister aux chamailleries de deux fronts reconvertis par la convoitise du pouvoir en deux partis politiques plutôt autocratiques qui ont vraiment ruiné le pays pendant des décennies, est une chose très près de l’utopie. La soi-disant crise structurée par les doyens du complot que sont les goinfres du droit à la citoyenneté et que l’opinion publique ne cesse de suivre à travers sa médiatisation par la presse nationale, me semble être un fait qui ne mérite pas tant d’attention, la stratégie adoptée par ces chauvins renards est très claire : créer un climat de tiraillements, donner l’apparence qu’ils s’entre-déchirent afin de revenir sur la scène nationale pour mieux exploiter ce pays. Tout le monde s’accorde à affirmer que ce qui se passe entre les deux clans de la même famille, en l’occurrence le FLN et le RND, n’est qu’un scénario qui n’a aucune relation avec la vérité. C'est un conflit autour d’une succession dont le peuple reste toujours le grand perdant. Nous participons à une mise en scène qui dévoile à la fois la basse ruse de ces loups et la naïveté patente d’un peuple qui manifeste un certain suivisme pour élire les mêmes vipères qui ont bradé son indépendance. La guerre entre Ouyahia et Saâdani est, à mon sens, une forme de menées qui vise à réanimer la dépouille longtemps ensevelie de leur doctrine considérée comme étant la vermine de l’Algérie. La prudence dans ces moments-là est plus qu’indispensable. Je ne suis guère de ceux qui veulent débattre sur une question banale qu’est le duel Ouyahia- Saâdani, pour des intérêts beaucoup plus personnels, on ne veut ni l’un ni l’autre. Nous voulons un départ massif de tout leur système absorbeur du prestige national, et ses artisans que nous endurons depuis cinquante ans.

Nous aspirons à une métamorphose irrévocable, très constructive, où les médiocres n’auront pas droit de cité. Même si la logique en politique n’existe pas, nous devons savoir que le retour de ces monarques est très possible. Le cas de Boutelika, l’un des fondateurs de la dictature en Algérie, est très instructif. Son mandat démontre bien d’ailleurs cette vérité d’un tyran qui active au service d’un clan suceur de la substance algérienne. Cette période nous informe sur les desseins destructifs de ces sortants de l’école du parti unique. Le peuple doit apprendre à cultiver la démocratie tout en faisant preuve de beaucoup de maîtrise en matière de la pédagogie revendicative car la mutation vers l’État de droit est une démarche très ardue. L’heure n’est plus aux discours ni à l’attentisme, l’avenir nous renseignera sûrement sur la valeur éminente de notre lutte si nous continuons ainsi à imposer le mode de vie qui nous convient.

L’esprit rationnel refuse que l’erreur commise se reproduise. Réhabiliter Ouyahia ou Saâdani, c’est conduire l’Algérie vers un autre précipice plus dangereux. Le changement salutaire n’émanera point d’un ou de deux hommes élus, mais certainement de nos volontés honnêtement conjuguées pour exiger que ces vampires qui nous gouvernent plutôt qui nous asservissent soient évincés.

Rachid Chekri

Plus d'articles de : Opinion

Commentaires (7) | Réagir ?

avatar
moh arwal

A force de commenter les magouilles de ces voleurs vous allez nous faire croire qu'on st un pays democratique. Pour moi il ny a rien a dire ces gnes sont forts plus forts que nous tous ils ont fait des nous des mediants depain et de liberté. Ils appellent cela l'indépendance. Ils disent qu ils nous ont libérés du colonialisme ya din oukavach !!

avatar
khelaf hellal

La guerre de clans , le grand déballage et les tirs croisés ne font que commencer. Des règlements de compte au sein de la même famille ne sont pas, non plus à écarter, les élans d'amour et de fraternité ne marchent plus. C'est la grande débandade du système autour de la proie, du butin de chasse. Chaque prédateur sort ses griffes pour défendre sa part du gâteau, la retenue, les scrupules et la morale publique ne les encombrent plus.

visualisation: 2 / 7