Terrorisme : arrêté en Italie, l’Algérien Djamal Eddine Ouali reste silencieux

Djamal Eddine Ouali, soupçonné de complicité avec des réseaux terroristes européens
Djamal Eddine Ouali, soupçonné de complicité avec des réseaux terroristes européens

Djamal Eddine Ouali, ressortissant algérien, arrêté samedi près de Salerne (sud de l'Italie) dans le cadre d'une enquête liée aux réseaux terroristes de Paris et de Bruxelles, a été interrogé dimanche en prison mais a refusé de répondre, a-t-on appris de source judiciaire.

L'interrogatoire de ce ressortissant algérien n'a rien donné, selon la presse italienne. Conduit par des magistrats du parquet de Salerne, l'interrogatoire s'est déroulé à la prison proche de Fuorni où Ouali avait été transféré dès samedi soir. Le prévenu, comme il en avait le droit, a refusé de répondre aux questions, a-t-on précisé de même source. L'audience judiciaire qui doit donner le feu vert à son extradition est prévue le 1er avril, a-t-on encore indiqué de source judiciaire.

Le préfet de police de Salerne, Alfredo Anzalone, s'est dit convaincu au micro de la chaîne Rai-Uno que "Ouali sera[it] extradé". En revanche, aucune confirmation n'a été donnée sur les recherches d'un autre homme qui aurait été en lien avec Ouali, des nouvelles contradictoires circulant sur l'existence de ce complice.

Selon des sources policières citées par plusieurs médias italiens, Ouali âgé de 40 ans était visé par un mandat d’arrêt européen émis en Belgique dans le cadre d’une enquête sur des documents falsifiés utilisés par des kamikazes des attentats du 13 novembre en France et à Bruxelles ainsi que par certains de leurs complices.

Djamal Eddine Ouali a été interpellé dans la localité de Bellizzi lors d’une opération conjointe du service central antiterroriste et de la division des opérations spéciales de la police de Rome. Il est soupçonné d’appartenance à un réseau criminel qui fabriquait de faux documents d’identité et favorisait l’immigration clandestine.

Les attentats du 22 mars à Bruxelles ont fait au moins 35 morts, selon un nouveau bilan annoncé lundi par les autorités. Selon des responsables s'exprimant au centre de crise belge, 31 victimes ont été retrouvées mortes à l'aéroport et dans le métro de la capitale belge et quatre ont succombé des suites de leurs blessures à l'hôpital.

Les trois kamikazes (deux à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem et un à la station de métro Maelbeek), dont les corps ont également été identifiés, ne sont pas comptabilisés dans ce bilan.

Avec AFP

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (4) | Réagir ?

avatar
krimo merabet

je suis un ami a djamel, plus exactement de souk el tenine, bejaia, la ou il vendait les CD (vidéothèque) , djamel etait un bon vivant, vraiment, rien a vori avec ce qu'on raconte, au lieu de le traiter d'agents, ou je ne sais pas quoi, priez pour sa liberation, djamel, ne pouvait meme pas tuer une mouche.

avatar
mhand said

pour cette fois ci, je ne serais d accord ni ceux qui condamnent ce pauvre bonhomme a l avance, ni avec ceux de ses frères qui le dénigrent prématurément. ne voyez -vous pas que c est une machinerie, contre lui, que ces gens font la course a qui attraperait le plus de boucs -émissaires, même innocents ? vous voyez, vous, un homme si instruit, si sérieux (marie avec une fille de son village, et bientôt père ) , foutre en l air son avenir, sa famille, et marcher avec ces fous du diable? - ça, moi, comme n importe quel type sensé, je ne peux pas l imaginer.

visualisation: 2 / 3