La Laddh dénonce l'expédition punitive contre les migrants à Béchar

Un migrant sauvagement tabassé par des Bécharis
Un migrant sauvagement tabassé par des Bécharis

La Ligue algérienne de défense des droits de l'homme nous a fait parvenir un communiqué sur les agressions sauvages dont sont victimes des migrants venus d'Afrique noire

La ville de Béchar (1000 km au Sud-ouest d’Alger), a connu, le vendredi 24 mars 2016, des violences d’une extrême gravité opposant des habitants de la cité OPGI et des migrants installés, depuis des mois dans cette ville. Plusieurs blessés ont été enregistrés dans les deux camps dont des dizaines de migrants parmi lesquels des femmes et des enfants.

D’après des informations recueillies sur place, tout a commencé la matinée du vendredi quand un groupe d’individus a attaqué les migrants avec des jets de pierres et autres armes blanches dans le but de déloger ces derniers de leur lieu de vie, qui n’est autre qu’un centre commercial abandonné. Le motif invoqué serait, qu’une fillette aurait été victime d’une tentative d’agression de la part d’un ou de plusieurs migrants.

Une version que réfutent les migrants contactés, qui, eux parlent d’une machination qui viserait à les chasser de ces lieux de refuge. En guise de réaction, les autorités locales ont obligé les migrants à quitter la ville, nombre parmi eux sont arrivés à Oran, "blessés, fatigués et pour certains, ayant perdu leur effets personnels et leurs bourses".

La LADDH dénonce ces violences, assimilables à une expédition punitive d’une autre époque. La Ligue demande aux autorités l’ouverture d’une enquête sérieuse et impartiale sur les allégations d’une éventuelle victime et sur les auteurs de cette attaque qui a ciblé un groupe d’individus sur la base de leur couleur et de leur situation d’étrangers.

La LADDH est préoccupée par la répétition de ces actes qui doivent fortement interpeller l’ensemble de la communauté nationale sur les risques du développement d’une xénophobie et d’un racisme insupportables dans un pays qui en a beaucoup souffert et qui sont une injure aux valeurs humanistes universelles professées par les militants du mouvement national algérien et de l’indépendance. Cette perversion xénophobe et raciste est une violence extrême, qui a des effets destructeurs graves pour l’ensemble de la société. Il faut s’y opposer par les moyens de la loi et par l’implication forte des acteurs de la vie sociale.

La LADDH constate, par ailleurs, que des discours de divers horizons ne contribuent pas à apaiser les esprits, ces derniers n’échappent, malheureusement pas, aux stéréotypes et autres clichés concernant la réalité de la migration en Algérie.

Ligue algérienne de défense des droits de l'homme (LADDH)
Alger le 26 mars 21016
Le président
Maître Noureddine Benissad

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
khaled mohammedi

la question est pourquoi tout ça maintenant? L'Algerie n'a jamais été raciste ni xenophobe...

avatar
sarah sadim

SVP ne retenez pas nos contributions à publier, Benissad ment, alors quoi ce ne sont pas des saints de vérités ces liigues des droits de l'homme, tout est faux dans ce communiqué, les citoyens de Bechar sont outrés par la tournure des évènements, mais ces migrants ne sont pas que de pauvres victimes de Bechar, bien au contraire ils sont devenus sources d'insécurités dans plusieurs villes d'Algérie.

Benissad informez vous sur le terrain et stoppez cette mise en scène de défense des droits de l'homme pour des illégaux qui facilement demain débarqueront avec le terrorisme, et, puis quoi ils sont entrés illégalement dans ce pays et vous voulez nous faire pleurer sur des étrangers écumant nos rues et nos cités.

et puis quoi, attendre qu'on vous trucide chez vous ou tentez de violer vos filles ou votre femme pour comprendre la réaction violente des Becharois?

On pend pas des communiqués comme cela, ça ne et ça ne marchera jamais avec les Algériens M r Benissad.

Ce communiqué en véritable duplicité d'appel du pied pour que la police réprime ses propres citoyens, non, et bien désoler c'est de l'imposture.