Ali Benflis : "Le militantisme sincère ignore les faux clivages"

Ali Benflis.
Ali Benflis.

Intervention de M. Ali Benflis, Président de Talaie El Houriyet, à l’occasion de l’installation des Commissions Permanentes du Secrétariat National chargé de la Prospective, des Etudes et de la Formation.

(...) Je me réjouis et je m’honore de procéder aujourd’hui à l’installation des Commissions permanentes du Secrétariat National.

Ces commissions sont les suivantes :

  • La Commission Permanente «Etat de droit, gouvernance politique, société civile et questions institutionnelles».

  • La Commission Permanente «politiques économiques et financières, développement durable et aménagement du territoire»,

  • La Commission permanente «santé, affaire sociales, solidarité nationale, cohésion sociale et lutte contre l’exclusion» ;

  • La Commission permanente «jeunesse, sports, loisirs et bien-être» ;

  • La Commission permanente «Affaires juridiques et judiciaires, réforme de la justice et questions constitutionnelles»,

  • La Commission permanente «culture, éducation et formation»;

  • La Commission permanente «Communauté nationale à l’étranger»,

  • La Commission permanente «politique étrangère, sécurité et défense nationale».

  • La Commission permanente chargée de la Formation des militants et des cadres du Parti.

Dans l’esprit démocratique que nous entendons ensemble faire prévaloir au sein de Talaie El Houriyet vous avez-vous-mêmes recommandé la création de ces Commissions dans le but d’organiser et de rationaliser l’accomplissement de votre mission. C’est à chacune de ces Commissions que reviendra le soin d’élire, ultérieurement, son Président et son Rapporteur. Il appartiendra, enfin, à chacune de ces Commissions d’adopter son propre programme de travail en tenant compte des objectifs et des priorités de notre parti.

Avec l’installation des Commissions permanentes du Secrétariat National, nous parachevons la structuration centrale de notre parti. Tous les organes de direction prévus par les statuts de notre parti sont désormais en place.

Par une heureuse coïncidence, le parachèvement de la structuration centrale de Talaie El Houriyet intervient au moment où nous entamons un processus tout aussi important, celui de la structuration locale de notre parti, à travers l’élection des responsables de ses représentations communales et territoriales. Ce processus a été entamé le 19 mars dernier à M’Sila et il est appelé à se poursuivre jusqu’à l’été prochain.

Je suis sûr que tout comme moi vous mesurez l’importance capitale de la structuration locale de notre parti. C’est d’elle que dépendra l’étendue de l’implantation de notre parti sur le territoire national ; c’est d’elle aussi, que dépendra l’ampleur des adhésions à notre parti ; c’est d’elle, enfin, que dépendra le poids de notre parti dans le paysage politique national.

Je demande donc votre indulgence pour m’appesantir quelque peu sur cette dimension locale de la structuration de notre parti en vous présentant quelques informations et quelques données chiffrées à ce sujet.

A ce jour, il nous a été possible de structurer des bureaux provisoires du parti dans 47 wilayas, dans les 13 circonscriptions territoriales de la wilaya d’Alger et dans un peu plus de 1021 communes. Je parle bien de bureaux et non plus des représentations individuelles, comme c’était le cas avant la tenue du Congrès Constitutif de notre parti.

Sur cet ensemble, et à cet instant, une trentaine de wilayas et 7 circonscriptions territoriales sont prêtes à tenir leurs assemblées électives.

Il vous faut savoir à ce sujet que quatre règles président à l’ensemble de ces processus électoraux.

La première règle est que ces processus vont de la base au sommet ; je veux dire par là que nous commençons par des élections au niveau des Communes avant d’arriver aux élections au niveau des Wilayates et des circonscriptions territoriales. Vous relevez donc que nous faisons exactement l’inverse de ce que font généralement les autres partis politiques.

Ce faisant, nous nous assurons que les bureaux territoriaux soient réellement l’émanation démocratique des bureaux communaux.

La deuxième règle est qu’une assemblée élective communale peut être convoquée dès lors qu’un minimum de 40 adhérents est atteint. Cette règle vaut généralement pour les Communes les moins densément peuplées, les autres ayant largement dépassé ce minima.

La troisième règle est que l’élection du Bureau territorial peut être entreprise dès lors que les 2/3 des Communes de la Wilaya ou de la circonscription territoriale concernées ont élu leurs bureaux communaux respectifs. Cette règle a été posée pour veiller à la légitimité et à la représentativité géographique et humaine des bureaux territoriaux du Parti.

La quatrième règle est que tant pour les bureaux communaux que pour les bureaux territoriaux des sièges ont été réservés aux femmes et aux jeunes. Cette règle vise à maintenir le cap sur la nécessaire consolidation de la place de ces deux catégories sociales à tous les échelons de responsabilités au sein de notre Parti qui ne saurait être ce grand parti moderne qu’il aspire à être sans ces parties prenantes dans son présent et ces bâtisseurs de son devenir que sont les femmes et les jeunes.

Que conclure du parachèvement de la structuration centrale de notre Parti et de l’entame des processus électoraux devant pourvoir aux responsabilités au sein de ses bureaux communaux et territoriaux ?

Je distingue pour ma part trois conclusions qui méritent d’être retenues.

La première conclusion que je retiens est que nous avons certes choisi ensemble la voie de la difficulté et non pas celle de la facilité ; j’entends par là que nous avons opté pour la voie des élections et non pas pour la voie des nominations comme dynamique interne propre à notre Parti et comme mode démocratique de son fonctionnement. Cette voie nous vaut des difficultés et elle peut nous valoir des difficultés encore plus grandes à l’avenir. Mais ces difficultés ne devraient pas nous décourager ; tout au contraire elles devraient renforcer notre résolution et notre détermination ; ces difficultés ne nous forceront pas à jeter l’éponge, tout au contraire elles ne feront que conforter notre certitude que nous avons fait le bon choix et que ce bon choix mérite un surcroit de persévérance et d’effort de notre part.

La seconde conclusion que je retiens, au vu de toutes les données dont je dispose, est que notre pari sur une présence significative des femmes et des jeunes dans les rangs de notre Parti est un pari qui est en passe d’être gagné. La rencontre dédiée spécialement à notre jeunesse qui s’est tenue à Bouira le 19 mars dernier a été particulièrement révélatrice à cet égard. Il est incontestable que Talaie El Houriyet captivent l’attention des femmes et des jeunes, et il est tout aussi incontestable qu’elles connaissent un engouement réel de leur part.

La rencontre de Bouira à laquelle je me réfère a été un point de départ important. Elle est appelée à représenter une étape marquante dans les directions qui seront essentielles dans la vie de notre Parti : la première direction est celle de la structuration de la jeunesse qui se reconnait dans le projet de Talaie El Houriyet ; la seconde est celle de la structuration des femmes ; la troisième, celle de la structuration des étudiants ; et la quatrième celle de la structuration des animatrices et des animateurs des réseaux sociaux qui en grand nombre font connaitre notre parti, amplifient l’engouement dont il bénéficie et relaient son projet politique.

Quatre coordinations nationales ont été créées à l’effet d’assurer, pour le compte de notre parti la structuration de ces quatre catégories sociales que je viens de mentionner.

La troisième conclusion que je retiens est que notre parti a réussi à organiser sa force de frappe politique et intellectuelle à travers notre Secrétariat National et ses commissions permanentes que je viens d’installer. Sur un autre plan, et comme vous le savez, un groupe de travail est à pied d’œuvre pour réfléchir à la création d’un Centre des Etudes politiques, économiques et sociales qui fera office de Think Tank pour notre Parti en démultipliant les cadres et les opportunités du débat, de la réflexion et des propositions pour le plus grand bénéfice de l’action politique de notre Parti.

Mesdames et Messieurs,

Le 12 octobre dernier, j’avais procédé à l’installation du Secrétariat National chargé de la Prospective, des Etudes et de la Formation ainsi qu’ont en décidé le Congrès Constitutif et les statuts de notre parti.

A cette occasion, j’avais déclaré devant vous que : «la modernité d’un parti politique c’est aussi la modernité des élites qui le guident. Or vous êtes des modernisateurs, des rénovateurs et des réformateurs. Vous êtes de ceux qui croient de toutes leurs forces que le système politique qui prévaut dans notre pays lui fait du mal et qu’il doit changer ; vous êtes de ceux qui voient que l’économie nationale est en perdition et qu’elle exige une refondation véritable pour prétendre pouvoir se hisser au rang des économies dynamiques, performantes et compétitives. Vous êtes de ceux qui mesurent bien que notre société est dévitalisée et qu’elle a perdu ses valeurs référentielles et ses repères moraux et qu’elle appelle de profondes réformes dont le socle ne pourra être ailleurs que dans la citoyenneté réhabilitée la volonté du peuple respectée, les libertés promues, les droits reconnus et les initiatives libérées».

J’avais ajouté à cette même occasion que : "Vous êtes appelés à constituer le pôle de réflexion du Parti, sa principale source d’inspiration et le moteur qui le mettra en position d’être cette force de proposition et d’initiative qu’il aspire à être".

Avec le Secrétariat National chargé de la Prospective, des Etudes et de la Formation et, dans un très proche avenir, avec le Centre des Etudes politiques, économiques et sociales, notre parti se distingue par ces deux cadres de réflexion qui n’ont de semblables dans aucune autre formation politique. C’est aussi cela la modernité d’un parti politique : la modernité d’un parti politique qui associe étroitement l’élite de notre pays à la formulation de son projet ; la modernité d’un parti politique qui parvient à mobiliser les ressources et les énergies intellectuelles de cette élite ; la modernité d’un parti qui entend s’astreindre à toutes ses exigences qu’elles soient structurelles, humaines ou programmatiques.

Le militantisme sincère ignore les faux clivages entre élite et base politique et sociale. Toutes deux sont indispensables à la vie politique d’un parti et à l’effectivité de son action politique.

C’est incontestablement d’une base politique et sociale la plus large possible que notre parti puisera sa force, ses capacités d’action et son influence sur le cours des événements politiques dans notre pays. Et c’est sur l’élite de notre parti que pèse la responsabilité et c’est à elle qu’incombe le devoir d’indiquer la voie et d’éclairer le chemin.

Le militantisme sincère ignore les distinctions qui n’ont pas lieu d’être entre direction et base militante. Et c’est en symbiose que toutes deux font la force d’un parti qui est pris au sérieux parce qu’il est sérieux.

Avant même d’avoir parachevé sa structuration interne, le Secrétariat National chargé de la Prospective, des Etudes et de la Formation a fait l’ample démonstration de son utilité et de sa nécessité pour notre parti.

C’est grâce à votre apport précieux que les instances du parti et, au-delà, notre opinion publique a pu avoir connaissance d’une analyse lucide, rigoureuse et pleine d’enseignements à propos de la loi de Finance 2016. C’est aussi grâce à votre contribution de haute tenue et de grande qualité que notre parti a pu produire le Livre Blanc sur le Coup de Force Constitutionnel du 7 février 2016.

C’est enfin, grâce à vous et à votre production intellectuelle que notre parti s’honore de son apport à la préparation des secondes assises de l’opposition nationale prévues pour se tenir d’ici quatre jours. Je sais qu’en ce moment même vous êtes sur le chantier de la préparation de la première session du Comité Central depuis l’agrément de notre parti. Des rapports et des résolutions importants sont prévus pour lui être soumis. Et en prévision de cette échéance, nous savons tous que vous donnerez le meilleur de vous-mêmes et le meilleur de vos capacités politiques et intellectuelles.

Je souhaite conclure sur une recommandation que j’estime de mon devoir de vous faire. Celle-ci concerne la formation de nos militantes et de nos militants. Tout comme vous, j’y attache la plus haute importance. C’est par la formation que l’élite de notre parti maintiendra et entretiendra des liens puissants avec sa base politique et sociale. C’est par la formation que l’élite de notre parti bâtira les ponts indispensables avec sa base militante.

C’est par la formation que seront assurées la cohésion et l’homogénéité de notre parti de même que seront consolidées ses capacités de mobilisation et de diffusion de son message politique. C’est par la formation que nous ferons la différence et que nous imposerons notre différence dans le paysage politique national.

Nous vous concevons tous au sein de Talaie El Houriyet comme la force de frappe politique et intellectuelle de notre parti. Mais nous vous concevons aussi et tout autant comme les grands éducateurs politiques de nos militantes et de nos militants.

Ali Benflis

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
walid loulou

Vu dans liberté du 27 mars 2016

Grogne au siège de la wilaya de Bouïra :

Le système de pointage décrié par... l'UGTA.

Rien d'anormal de la part de ces piranhas.

Et voyez l'argument débile évoqué : "On pointe dans les usines mais pas dans l'administration".

"Comment seront décomptés les retards sur nos fiches de paie". Encore une débilité! Mais c'est tout simple et c'est comme celà se passe dans TOUS les pays de la planète, chaque minute qu'un salarié passe dehors ne lui est pas payée et il risque gros en cas de récidive.

"Le SG a deposé une demande de clarifications au cabinet du wali". Rien que ça!. Alors que le pays est dans la mouise, que demandent ces parasites? qu'on ne vienne pas déranger leur petit confort en touchant leur liberté (?) de disposer de leur temps de travail comme ils veulent.

"Certains menacent de recourir à la protestation si aucune explication ne leur est fournie".

Mais que fait le patron (?) de l'UGTA pour relever le niveau d'un syndicat qui a toujours tiré ce pays vers le bas? Aissat Idir doit se retourner dans sa tombe.