Belgique: trois individus arrêtés en lien avec l’attentat déjoué en France

Les services de police belges multiplient les arrestations
Les services de police belges multiplient les arrestations

Une opération antiterroriste d’envergure a été lancée ce vendredi 25 mars 2016 dans plusieurs communes bruxelloises. Trois personnes ont été interpellées dans le cadre de l'enquête conduite à la suite de l'attentat déjoué jeudi 24 mars à Argenteuil en France. Même si le réseau terroriste des récentes attaques à Bruxelles et à Paris est "en voie d'être anéanti" selon François Hollande, le président averti : "Il y a toujours une menace qui pèse."

Le parquet fédéral a confirmé que trois suspects ont été arrêtés en Belgique ce vendredi, en lien avec la perquisition menée jeudi à Argenteuil (Val-d'Oise) et l'arrestation de Reda K., soupçonné d'avoir préparé un attentat en France.

"Une perquisition a été effectuée, à Forest, rue de Belgrade où le nommé Tawfik A. a été arrêté. Cette personne a été blessée à la jambe. A Saint-Gilles, le nommé Salah A. a été arrêté rue de Mérode. Un peu plus tard, une troisième personne a été arrêtée avenue Rogier. Cette personne a été également blessée à la jambe", a précisé le communiqué du parquet.

Une explosion a retenti ce vendredi 25 mars lors d’une perquisition à Schaerbeek, alors qu’une nouvelle opération antiterroriste d’envergure était en cours en début d’après-midi dans la commune bruxelloise. C’est de la commune de Schaerbeek que sont partis les auteurs de l’attentat qui a frappé mardi l’aéroport de Bruxelles-Zaventem.

Opération antiterroriste à Schaerbeek

La correspondante de RFI, Joanna Hostein, se trouve en plein cœur de la commune de Schaerbeek, sur la place déserte qui est complètement bouclée. "Plusieurs détonations ont été entendues. Elles sont le fait des services de déminage, selon le bourgmestre de la commune, Bernard Clerfayt, une personne aurait été neutralisée et blessée"», relate notre correspondante.

Toujours selon notre journaliste, la personne interpellée aurait été arrêtée avec un sac contenant des explosifs. Selon le bourgmestre de la commune, les opérations de police seraient maintenant terminées.

"Cette commune de Schaerbeek est déjà apparue plusieurs fois dans l’enquête, précise notre correspondante, c’est là que l’on a retrouvé des explosifs et des valises remplies de clous et de vis, des détonateurs dans un appartement qui aurait été loué donc par l’un des frères El-Bakraoui."

Les empreintes digitales et l’ADN de Salah Abdeslam avaient également étaient retrouvés dans l’un des appartements de la commune, qui aurait donc servi à confectionner les ceintures explosives qui auraient été utilisées à Paris.

Arrestation de Reda Kriket en région parisienne

Cette opération est liée à l'arrestation de Reda Kriket, 34 ans, interpellé jeudi 24 mars en région parisienne pour un projet d'attentat en France, selon des sources policières citées par l'AFP. Plusieurs fusils d'assaut, dont des kalachnikovs, et des explosifs, dont du TATP, ont été retrouvés dans un appartement qu'il occupait.

Reda Kriket fait partie de la mouvance du prédicateur bruxellois Khalid Zerkani, tout comme Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attaques de Paris, ou encore Najim Laachraoui, mort en kamikaze à l'aéroport de Bruxelles.

Actuellement emprisonné, Zerkani, 41 ans, est décrit par la justice belge comme le "plus grand recruteur" de jihadistes en Belgique.

Les recherches continuent

La police continue de traquer au moins deux hommes repérés sur des images de vidéosurveillance avec les trois kamikazes qui ont semé la mort à l'aéroport de Bruxelles et à la station de métro de Maelbeek, en plein quartier européen.

Avec RFI

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
klouzazna klouzazna

Encore un résultat désastreux et dramatique du laxisme parental amplifié par du laxisme judiciaire !!!