Manuel Valls bientôt à Alger, pour John Kerry, on attendra...

Le ministère des Affaires étrangères
Le ministère des Affaires étrangères

Les semaines qui suivent annoncent une intensification de l’activité diplomatique à Alger.

Stéphan Le Foll, ministre de l’Agriculture français, sera à Alger courant de la journée de jeudi. Habitué des salons d’Alger, c’est la sixième fois qu’il revient pour des rencontres avec le premier ministre et le ministre de l’Agriculture. Stéphane Le Foll est un des plus proches fidèles du président François Hollande. "Au cours de cette visite, M. Le Foll rencontrera au cours de son séjour plusieurs personnalités gouvernementales, parmi lesquelles son homologue, M. Sid Ahmed Ferroukhi, ministre de l’agriculture, du développement rural et de la pêche. Il sera par ailleurs reçu en audience par le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal", annonce un communiqué de l’ambassade de France en Algérie.

Et d’ajouter que "neuf mois après la visite de travail et d’amitié du Président de la République, dans la continuité des nombreuses visites officielles françaises en Algérie et à quelques semaines du Comité Intergouvernemental de Haut Niveau - qui sera conjointement présidé à Alger par les Premiers ministres français et algérien -, le déplacement de M. Le Foll mettra à nouveau à l’honneur la densité des liens entre la France et l’Algérie"

Outre la venue du premier ministre Français, la visite de John Kerry, secrétaire d’Etat américain est aussi dans les prévisions. Aucune date n’est retenue sil l’on en croit le ministère des Affaires étrangères. "Aucune date n'a encore été arrêtée pour la visite en Algérie du secrétaire d'Etat américain John Kerry", confie à l’APS, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Chérif. Ce dernier a précisé que "des consultations sont en cours entre les deux départements des affaires étrangères pour convenir d'une date pour la tenue à Alger de la 4e session du Dialogue stratégique algéro-américain, qui sera co-présidée par les chefs de diplomaties des deux pays".

Pour Manuel Valls comme pour John Kerry, il sera sans doute question d'échanges, mais aussi et surtout de question sécuritaire à travers des échanges sur le chaos libyen notamment. L'Algérie qui ne veut pas d'une intervention militaire pousse à l'installation du gouvernement unifié à Tripoli même. En revanche, plusieurs médias ont annoncé la présence de forces spéciales françaises en Libye. Comment concilier toutes ces positions et éviter que ce pays ne sert de base-arrière pour Daech pour ses attaques dans la région et la très proche Europe. Telle est la grande interrogation pour couper l'herbe sous les pieds des va-t-en-guerre de tout poils.

Sofiane Ayache

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
allilou aghroum

Et cet adage Kabyle qui dit "all-koum itshane zeriaa"

en français: la nation qui a mangé sa semence.

avatar
sarah sadim

Et que commence la valse des Vautours, le Français Valls vient pour s'assurer que les marchés algériens sont encore la chasse gardée de la France, d'ailleurs son ministre de l'Agriculture rafle tout à Alger.

Kerry l'américain, il faut d'abord préciser que c'est Alger qui insiste sur sa venue, les Américains réservent encore leur réponse en attendant de voir plus clair sur les intentions réelles et finales de l'Algérie sur le sahara occidental, et, il faut le dire le poids de l'Arabie Saoudite, du Maroc et d'Israel sont trop lourds face au "poid plume" du pouvoir Bouteflika.

Parler de dialogue stratégique entre la première puissance mondiale et un clan délinquant au pouvoir d'Alger devient surréel.

La lybie, il faut le dire sans honte bue l'Algérie en a trés peur c'est certain, mais le pouvoir d'Alger ne peut en aucune manière influer sur le scénario stratégique mis en place par l'occident,, contrôle de la lybie d'abord ensuite endiguement de l'Egypte de part et d'autre, car là est la clé finale du remodelage de l'Afrique du nord et du grand moyen orient.

Alors ces fantaisies débiles de croire l'Algérie considérée comme partenaire stratégique des USA est du fantasme pur et simple.

Les américains choissssent seuls leurs alliés, et ce n'est pas les centaines de milliards de dollars déposés aux USA qui vont y influencer quoi que ce soit, l'Arabie saoudite en a 10 fois plus à Fort Knox.

La France sera le premier sous traitant américain et de L’OTAN pour évacuer au moment voulu ce pouvoir chaotique d'Alger, aucune chance même avec Chakib Khelil qu'on prétend homme des américains.... Plutôt ex larbin de Dick Cheney et du clan pétrolier Texan en chute libre politique aux USA. D'ailleurs les USA sont ravis qu'ils se trouvent en cachette protection à Alger chez son ami d'enfance Bouteflika, ce dernier ne perd rien à attendre les sucres acides à casser sur sa tète.

Autrement la dernière vase cogitation du pouvoir de Bouteflika avec une ultime étape à Moscou pour s'évaluer de son poids réel et surtout des intentions explicites des autres puissances de le recycler par un autre pouvoir plus réaliste et plus souple avec les données du 21 ème siècle.

Le tout est dit ne reste que l'oraison finale qui ne tardera pas à etre prononcée, meme Moscou ne fait aucunement confiance au pouvoir actuel d'Alger, loin s'en faut le partenariat stratégique n'est pas celui de la Syrie malgré son état avancé de destruction.

visualisation: 2 / 3