La guerre en Libye : acte II

Les forces spéciales françaises opèrent depuis quelques mois en Libye. Photo AFP
Les forces spéciales françaises opèrent depuis quelques mois en Libye. Photo AFP

Que peut amener comme conséquences une intervention militaire en Libye si ce n'est un foyer de tension tout aussi supplémentaire qu'incontrôlable à tous les niveaux : militaire, migratoire, économique, etc? Et puis, comment la France, première puissance instigatrice de ce projet belliciste, agirait-elle cette fois-ci afin d'y faire face? Étant donné qu'après les contrecoups négatifs de sa fameuse campagne de l'Harmattan en 2011, ses forces sont maintenant disséminées un peu partout que ce soit sur le front irako-syrien, sahélien ou centrafricain.

En plus, l'impact de la crise économique sur les couches moyennes en Hexagone et l'impopularité grandissante du président F. Hollande à un an seulement du grand rendez-vous électoral de 2017 laissent planer le doute sur une décision allant dans ce sens (c'est-à-dire une guerre-bis en Libye). Et, en dernier ressort, l'Algérie et l’Égypte, les deux poids lourds de la région, fléchiraient-elles enfin leurs positions, en acceptant de telles opérations? A proprement parler, l'équation libyenne à plusieurs variables est pour le moins insoluble. Après plus de 4 ans de post-révolution marathonienne, le pays d'El-Gueddafi en sort affaibli : infrastructures de base détruites, insécurité aux frontières, violence intertribale portée à son paroxysme à cause du régionalisme, le djihadisme et la course effrénée vers le pouvoir entre factions belligérantes, etc. Serait-ce là le funeste présage du guide qui se réalise ou seulement le train cahin-caha devant accompagner toute démocratie ou révolution naissante qui se met en marche? C'est difficile de trancher.

Si à en croire certaines indiscrétions diplomatiques, une intervention militaire en bonne et due forme est envisageable à l'horizon des prochains 6 mois ou même en ce printemps en Libye, serait-il possible d’espérer une quelconque maîtrise de la situation? Peu sûr au regard des données du terrain! En effet, même si le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'est montré très favorable à l'option militaire pour dénouer l'étau qui se resserre autour des autorités libyennes, il n'en demeure pas moins que le chaos régional ( Mali, Tunisie, Syrie, Irak, etc.,) le prive d'arguments valables pour recycler les théories interventionnistes des néoconservateurs. L'ancien ambassadeur français Patrick Haimzadeh croit par exemple que l'immixtion militaire des pays européens en Libye, sous quelque prétexte que ce soit, provoquera plus de problèmes qu'elle n'en résout. Le fait même d'y penser est catastrophique. D'après lui, la meilleure stratégie pour endiguer un enlisement dans la région est de superviser le processus démocratique de l'extérieur. A ce titre, les libyens, et eux seulement, peuvent se prendre en charge, régler leurs différends entre eux et décider de ce qu'il leur convient comme style de gouvernance. Autrement dit, des frappes aériennes ou une intervention seraient une aventure risquée d'autant qu'elles fragiliseraient davantage un pays complètement à la renverse. Certes, lors de sa rencontre le 22 janvier dernier à Davos avec son homologue français Jean-Marc Ayrault, Kerry aurait exprimé la volonté de l'oncle Sam d'en finir avec Daesh en Libye mais la question qui se pose chez les experts politiques est de tout autre nature : comment y parvenir sans dégâts collatéraux, c'est-à-dire, sans une contagion islamiste comme lors de l'intervention de 2011 et l'avatar malien? Pour rappel, le 16 février dernier déjà, le ministre de la santé tunisien s'est fort inquiété de la dégradation sécuritaire du voisin libyen au point même d'annoncer un plan d'urgence pour se préparer à l'afflux massif des réfugiés qui fuiraient, le cas échéant, les frappes aériennes de l'O.T.A.N. La réalité est que les Etats Unis ont comme pris sous leurs ailes les pays européens et ceux-ci à leur tour les arabes. La chaîne de cet écosystème n'est toutefois préjudiciable que pour les derniers. Or cette guerre par relais n'enchante pas trop les pays voisins. En Egypte, la suspicion est de mise. L'opinion internationale ayant cru que le maréchal Al-Sissi s’impliquerait durablement dans la crise de son voisin ont tort. Pour preuve, les F16 ayant bombardé les sites djihadistes en février 2015, en représailles à l'égorgement des 21 coptes revendiqué par la filiale locale de Daesh, ont vite rebroussé chemin. Mais pourquoi ce revirement politique? D'abord, Al-Sissi sait que, susceptibles à toute velléité colonialiste, les algériens voient mal une présence militaire égyptienne tout près de leurs frontières. Et ensuite, comment convaincre en interne une opinion publique réticente quant à la pertinence et à la validité d'une pareille action?

A peine sortis de la parenthèse de Morsi, les égyptiens déjà trop traumatisés par les vents contraires de la révolution de 2011, sont pris en tenailles entre deux réalités à géométrie variable : une dictature d'ersatz faussement nassérienne et le dilemme d'un islamisme politique à double tranchant, à la fois «frériste» et «djihadiste». Face à ce scénario qui frise l'ubuesque, Al-Sissi n'a qu'une carte à faire valoir : jouer sur le registre d'apaisement, opérant en sous-main des menées secrètes en soutien à son allié le général Haftar (l'Egypte ne reconnaît en fait que le gouvernement de Tobrouk en conflit picrocholin avec celui de Tripoli dominé par les frères musulmans. Seul le premier est d'ailleurs «accepté» jusque-là du bout des lèvres par la communauté internationale). De son côté, l'Algérie se voit impliquée à son corps défendant dans ce conflit. Partant du principe de la non-ingérence dans les affaires internes d'un pays tiers, inscrit dans la charte morale de sa politique étrangère, elle est pourtant obligée d'y peser de tout son poids. Pour cause de pressions extérieures et de peur d'un débordement, elle est appelée à agir "en urgence" dans le sens d'un règlement pacifique de cette question sensible. C'est pourquoi, elle aurait somme toute consenti tant d'efforts depuis 2015, en réunissant plus de 200 importantes personnalités libyennes dont le chef islamiste Abdelhakim Belhadj à Alger pour des pourparlers dont les conclusions sont gardées top secret. Des sacrifices oui! Mais à quel prix réplique-t-on à Alger ? Car, rien n'est gratuit en politique. Les autorités algériennes attendent, elles aussi, le retour d'ascenseur, c'est-à-dire, des garanties et des aides en cas d'un retour de manivelle ou de crise migratoire ou sécuritaire majeure en contrepartie, bien sûr, d'un soutien "tacite" de l'initiative occidentale. En règle générale, dans les stratégies politiques, un silence vaut un consentement. Bref, la crainte des flots interminables de réfugiés, la dispersion-infiltration des djihadistes sur son territoire et l’effondrement de ce qui reste des institutions étatiques libyennes la met sur une position défensive très «critique».

Tout compte fait, si le ministre de la Défense français aurait évoqué dernièrement le cancer de l'islamisme et ses métastases en Libye, c'est qu'il y a une intention manifeste de la part des capitales occidentales d'en venir le plus tôt possible à bout. Or l'Algérie et l'Egypte comme d'ailleurs la Tunisie, touchée elle aussi par une vague d'attentats terroristes sans précédent, blindent leurs frontières déjà hermétiquement fermées. D'où la dernière rencontre entre les deux ministres des affaires étrangères tunisien et algérien afin de coordonner les efforts pour une solution politique au long cours.

En gros, les trois pays conditionnent toute intervention occidentale à une demande officielle faite au préalable auprès du gouvernement d'union nationale. Lequel tarde présentement à se mettre en place. Une manière subtile et assez diplomatique d'éviter les pressions occidentales actuelles et de repousser aussi loin que possible dans le temps le fantôme de l'O.T.A.N. Sans doute, la crainte d'engendrer un sentiment de haine anti-occidentale et surtout une vague d’extrémisme radical facilement récupérable par Daesh aurait mis les trois acteurs régionaux et même certaines capitales européennes sur le même terrain de doute. Cependant, seule pomme de discorde entre Alger et le Caire : la reconnaissance de Fadjr Libya. Un mouvement islamiste que le pouvoir d'Alger considère comme une partie prenante dans la solution globale et le Caire un ennemi juré à abattre. En même temps que Ennahdha d'El-Ghannouchi s'ingénie à trouver des points de convergence avec les islamistes de la Libye.

Kamal Guerroua

Plus d'articles de : Maghreb

Commentaires (6) | Réagir ?

avatar
sarah sadim

La guerre pour la Lybie est en réalité une étape guerrière programmée depuis longtemps pour le GMO ou grand moyen orient reconfiguratif avec en extension l'Afrique du nord; Et l'tape actuelle sous ordre de l'OTAN prépare l'occuppation lybienne dans un programme plus vaste préparant après la pax britanica (fin 2èm" guerre mondiale) et la pax américana pour la faire suivre par la pax judaica, car les USA sont dirigés par le sionisme international, et l’île de Grande Bretagne serait elle l’île de l'Anté christ...... Les initiés en saisiront la suite.

Le grand Israël du delta du Nil à l’Euphrate est presque atteint, reste la Syrie sous forcing protecteur de la Russie, mais surtout le verrou historique pour Israël l'Egypte quelle soit des Pharaons ou l'actuelle.

Un suicide d'affrontement avec la Russie est hors de question pour le moment, alors occupation de la lybie par les forces de l'Otan aux frontières ouest de l'Egypte qui sera prise en tenaille à ses frontières EST par la puissante armée nucléarisée Israélienne.

Que pèsera l'Algérie et la petite Tunisie, puisque l'autre Larron d'Afrique du nord, Le royaume Alaouite est le partenaire stratégique des USA et le favori d'Israel et des états du golfe, n'oubliez pas le verrouillage du détroit du Bosphore par la Turquie de l'Otan.

Ce n'est qu'une fois la configuration atteinte que commencera doublement et la substitution d'Israel comme troisième état gérant le Monde aux USA en pleine promesse destructive de son dollar et de son économie spéculative, et la confrontation avec la Russie, la Chine et L'inde, car le Pakistan Israel a son programme pour le détruire nucléairement parlant.

Quoi l'Armaguedon des judéo-chrétiens de la fin du temps ou la "Malhamma" prophétisée depuis 14 siècles par le Prophète Mohammed (SWS).

Hummm plat dur à manger en un seul diner.

Le reste est connerie et cogitation des états tarés comme le notre, la confrontation est planétaire et qui dirigera le monde au-delà des années 2020/2050, un cycle infernal des trois paix de Satan ou des franc maçonneries internationales, simplement par le "Saut du mouton" et occuppation parcelle par parcelle du reste du monde sous férule de la plus grande démagogie de l'humanité actuelle:

"La mondialisation ou nouvel ordre judéo-chrétien international" avec la précision que ce ne sont nullement les Juifs ou les Chrétiens croyant et pratiquant leurs religions, car elles aussi héritières de livres révélés.

C'est la partie judéo-chrétienne adorant Satan et son envoyé promis l'antéchrist

Et dire qu'à la fin des temps Jésus christ descendra en Syrie pour finalement détruire l'antéchrist à Lod en Israel.

avatar
Aksil ilunisen

Un conseil aux arabo-musulmans:

Si au bout de 14 siecles, les peuples de Mohamed comme faacteur temps et des trilliards de dollars en recettes des hydrocarbures, ne sont tuot de meme par parvenus a concevoir une seringue, un cachet d'aspirine, ni meme une goupille ou un circlip, n'est -il pas "TEMPS" de mediter a leur après petrole?

Je dois vite oublier que le facteur temps importe tres peu ou rien pour les peuples de Mohamed. Peut-etre bien par compassion que je leur adresse ce conseil ou a titre preventif pour TOUT CEUX qui PENSENT SERIEUSEMENT a s'en soustraire avant leur deluge....

avatar
veriteAMER

Je suis orphelin d' un "dieu", j' ai envie de t' adopter en dieu de compassion ! c' est une requête de

d' une abeille en quêtes de fleurs à déflorer !!!

avatar
Aksil ilunisen

Pas mal pour une parabole! Le probleme est que la compassion s'avere inutile....... meme a l'egard de ceux qui se font piquer par une abeille!

avatar
sarah sadim

hé tu oublies les amazighs musulmans fais gaffe ils sont trés trés nombreux, alors pas de conseils, plutot mesurant nos affubulations.

avatar
Aksil ilunisen

Si sous vous adressez a moi, je dirais que votre Remarque n'a aucun rapport.

Les Amazighs musulmans auxquels vous faites reference, a compter a partir de Tarik ibnu Ziyyad (qu I a finit d'ailleurs a etre execute en Syrie comme une bête) ne sont que des agents au service de l'Irabo-islamisme. Ils croient etre "intelligents".... comme tout poisson gourmand avant de mordre a l'hameçon!

Bon vent pour les amateurs!