Tunisie: 53 morts dans des attaques islamistes contre des casernes (actualisé)

L'armée tunisienne a fait face à plusieurs attaques terroristes
L'armée tunisienne a fait face à plusieurs attaques terroristes

Un commando de plusieurs dizaines de combattants islamistes a attaqué tôt lundi des casernes de police et de l'armée à Ben Guerdane. Les fusillades ont fait au moins 53 morts. L'Algérie a condamné vigoureusement l'attaque terroriste.

La télévision tunisienne a diffusé des images de policiers et de militaires tapis sur les toits et dans l'embrasure des portes tandis que des tirs résonnaient dans le centre de la ville. L'armée a finalement repris le contrôle de Ben Guerdane. Les corps des islamistes tués - 35 selon le ministère de l'Intérieur - gisaient dans les rues près des casernes de l'armée. Les autorités ont bouclé la station balnéaire de Djerba, située non loin de là, et fermé deux postes-frontières avec la Libye. Un couvre-feu est entré en vigueur à Ben Guerdane à 19h00, jusqu'à mardi 05h00.

"J'ai vu un grand nombre d'activistes à l'aube, qui couraient avec leurs Kalachnikov", a dit un habitant, Hussein, par téléphone. "Ils disaient qu'ils étaient de l'Etat islamique (EI) et qu'ils venaient attaquer l'armée et la police", a-t-il expliqué. On ne sait pas si le commando venait de l'autre côté de la frontière et l'attentat n'a pas été formellement revendiqué.

Cache d'armes

"C'est une attaque sans précédent et très bien organisée. Ils voulaient essayer de contrôler la région de Ben Guerdane et en faire leur nouvelle wilaya", a déclaré à la radio le président tunisien Beji Caïd Essebsi en utilisant le nom utilisé par l'Etat islamique pour les régions qu'il considère comme faisant partie de son califat autoproclamé. Au total, l'armée a tué 35 islamistes et en a arrêté six, a indiqué le ministère de l'Intérieur. En outre, sept civils et 11 militaires ont été tués, a-t-on appris auprès des hôpitaux et des services de sécurité.

L'armée a par la suite découvert une importante cache d'armes à Ben Guerdane, a indiqué un membre des services de sécurité. "Si l'armée n'avait pas été prête, les terroristes auraient pu hisser leur drapeau à Ben Guerdane et auraient remporté une victoire symbolique", a déclaré Abdelhamid Jelassi, vice-président du parti islamiste Ennahda, qui fait partie de la coalition au pouvoir à Tunis.

A la suite de cette attaque, les autorités ont imposé dans la ville un couvre-feu nocturne, qui sera en vigueur de 19h00 à 05h00, a annoncé le ministère de l'Intérieur. "J'ai vu un grand nombre d'activistes à l'aube, qui couraient avec leurs kalachnikovs", a dit à Reuters un habitant, Hussein, par téléphone. "Ils disaient qu'ils étaient de l'Etat islamique (EI) et qu'ils venaient attaquer l'armée et la police", a-t-il expliqué.

En outre, rapporte l'agence de presse tunisienne TAP, les autorités ont bouclé la station balnéaire de Djerba, non loin de là, et fermé deux postes-frontières avec la Libye. Ces violences interviennent alors que la Tunisie dit régulièrement son inquiétude à propos de la situation en Libye, pays voisin livré à un chaos qui a permis l'essor de l'EI. Craignant que le conflit libyen ne déborde sur son territoire, Tunis a creusé une tranchée le long de sa frontière, et des conseillers militaires occidentaux ont entrepris de former les unités de garde-frontières tunisiens.

Plus de 3000 Tunisiens sont partis combattre dans les rangs de l'EI et d'autres groupes djihadistes en Syrie et en Irak. Les responsables des services de sécurité tunisiens parlent de plus en plus de retours de ces djihadistes, qui rejoignent des groupes islamistes en Libye et franchissent clandestinement la frontière tunisienne.

L'Algérie condamne l'attaque

L'Algérie a condamné, lundi, "vigoureusement" l'attaque terroriste dans la ville de Ben Guerdane en Tunisie et salue ''la riposte courageuse" des forces de sécurité tunisiennes. "Nous condamnons vigoureusement l'attaque terroriste lancée, ce jour, contre la ville de Ben Guerdane en Tunisie. Tout en saluant la riposte courageuse et déterminée des forces de sécurité tunisiennes, nous assurons le peuple et le gouvernement tunisiens frères de notre solidarité pleine et entière", a déclaré à l'APS le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif.

"Nous renouvelons par la même notre rejet du terrorisme sous toutes ses formes et appelons l'ensemble des acteurs régionaux et internationaux à renforcer davantage leur coopération et à fédérer leurs efforts pour faire en sorte que la défaite du terrorisme partout où ce fléau se manifeste soit un objectif stratégique commun", a ajouté M. Benali Cherif.

AFP/APS

Plus d'articles de : Maghreb

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
Jafnouhou

Qui qu'a foutu le désordre, le chaos et semé la mort, hein Sarko? Ce sont les Algériens ? C’est à cause de la proximité de l’Algérie avec la Tunisie ? Ben Guerdane est à trente bornes de la Libye, n’est-ce pas Sarko ? Qui a transformé la Libye en un vaste territoire de meurtres et de circulation d’armes plus chaotique qu’un Etat de l’ancien Far West ? C’est la grande gueule de Sarko, lui qui s’y est appliqué cœur et âme pour anéantir la Libye et éliminer Gueddafi. C’est le criminel Sarko qui est responsable de la situation actuelle de la Libye. Il est totalement faux de croire qu’il préfère les Tunisiens aux Algériens. Ce sont tous des bicots et tant qu’ils en meurent, il s’en réjouit. Il se frotte les mains, il jubile et attend que ça continue et que ça repasse en Algérie. C’est le vrai gibier que doit chasser le TPI.

avatar
Hend Uqaci Ivarwaqène

« Les attaques menées par des "terroristes" ont été déjouées » !

Pendant notre décennie noire, un ami tunisien se gargarisait de notre sauvagerie, légendaire.

J’étais loin d’imaginer qu’il était seulement jaloux.

S’ils arrivent à faire 45 morts rien qu’en déjouant les attaques, et s’ils continuent comme ça, les tunisiens vont battre le record de notre décennie... grise.

visualisation: 2 / 3