"Consumés", un roman tourmenté de David Cronenberg

David Cronenberg en écrivain en herbe
David Cronenberg en écrivain en herbe

Le premier roman de David Cronenberg ne peut décidément pas laisser indifférent le lecteur.

C'est un cinéaste célèbre qui se transforme en écrivain en herbe. "Consumés", sorti chez Gallimard, aborde des thèmes multiples : de la technologie, les corps, la mort, la médecine, les insectes,... Est-ce des passions inavouées du célèbre cinéaste ? A croire... Le cannibalisme est aussi évoqué dans cette intrigue menée avec maîtrise.

L'histoire menée sur fond de meurtres met en scène Naomi et Nathan, deux photojournalistes qui bourlinguent à travers le monde, embarquant le lecteur avec eux. Amants dans la vie, les deux reporters photo ont beaucoup recours aux nouvelles technologies pour parfaire leur crédibilité en tant que professionnels.

Tout démarre de deux histoires sans lien a priori. Leurs recherches, au début sans rapport donc, se confondent au fil des pages de cet épais roman. Naomi part à la recherche d'un philosophe soupçonné d'avoir tué, décapité et mangé (Brrr morbide tout ça !) une partie de sa femme, elle aussi philosophe. "Il voulait emporter avec lui tout ce qu'il pouvait prendre de sa femme. Alors il l'a mangée puis il s'est enfui avec son épouse à l'intérieur de lui".

Pour le retrouver Naomi va s'armer de contacts, multiplier les déplacements et va beaucoup donner de sa personne pour qu'une fois retrouvé, elle va enfin découvrir la vérité sur ce meurtre bien étrange.

Nathan, lui, s'est embarqué dans un photoreportage surZoltan Malner, un célèbre chirurgien hangrois. Zoltan était recherché par Interpol pour son implication dans un trafic international d'organes humains destinés à des greffes qui avaient coutume d'apparaitre en tant que propriétaires de cliniques de transplantations !

Les deux aventures vont emmener les deux personnages à Tokyo, Budapest, Toronto,...et par-là nous baignent de récits atypiques, voire farfelus parfois sur fond d''une pléthore de gadgets technologiques et autres appareils high tech. C'est en vrai une société consumée par la consommation et malade portée par deux personnages "habités" par le sexe que dépeint le romancier. Donc un Occident qu'on connaît avec ses joies et ses travers.

Ce roman plonge le lecteur dans l'imaginaire de David Cronenberg avec frisson.

K.G.-A.

"Consumés" de David Cronenberg paru aux éditions Gallimard

Plus d'articles de : Culture

Commentaires (0) | Réagir ?