Anonymat à la Présidence !

La présidence.
La présidence.

C'est par cette dépêche, donc, de l'APS qu'un démenti vient d’être apporté aux multiples rumeurs et supputations sur le sort de Sellal et de son gouvernement. Je cite: "Algérie: La démission du gouvernement "pas à l'ordre du jour" (source autorisée)

La démission du Gouvernement n'est "pas à l'ordre du jour", aucune disposition de la constitution révisée ne le prévoit, a indiqué jeudi une source autorisée de la Présidence de la République.

Contactée par l'APS au sujet de "persistance des spéculations et commentaires" sur une démission du gouvernement, la même source affirme que "rien dans la Constitution révisée ne nécessite une démission du Gouvernement, qui n'est donc pas à l'ordre du jour". Dépêche APS rendue publique jeudi 18 février 2016 12:03

La Présidence serait-elle, de fait, devenue clandestine en autorisant une source sans décliner son identité ni son rang à parler en son nom. Qui est cette source? Quel est son rang? Quelle sa fonction? Son anonymat laisse perplexe et apporte plus de craintes que d'assurances. L'APS, organe gouvernemental, ne peut pas, ne doit pas s'autoriser une telle conduite s'agissant de la première institution de la République.

Cette information, qui ne peut sortir de son caractère de rumeur tant la source n'est pas définie ni identifiée, une source anonyme, est reprise par la télévision nationale à la une de ses JT, ce qui lui donne, donc, un caractère officiel.

Mais qu'est-ce-qui empêche les services de la Présidence de rendre public un communiqué officiel portant la signature de l'institution rassurer le peuple? Pourquoi recourir à ce procédé anonyme pour démentir des rumeurs ?

Combattre une rumeur par une information sans décliner l'origine de la source qui la dément est le meilleur moyen pour intensifier le doute et pour crédibiliser ladite rumeur! C'est à croire que la déliquescence de l'Etat a atteint un niveau où plus personne ne sait qui est qui, où plus personne ne sait qui décide ! Mais, dans tout ce magma, où est le groupe des 19 qui a demandé à voir le président sans être reçu, au moment où Bouteflika multiplie audience sur audience ? Louisa Hanoune, Mme Bittat et autres n'ont-elles pas promis une réaction au mépris des autorités ?

Achour Boufetta

Plus d'articles de : Politique

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
moh arwal

oui ou est donc passö le groupe des 19 ???

avatar
sarah sadim

La dépeche de l'Aps est adressée avant tout au sous clan Gaid Salah et Saidani, pour calmer les "ires et colères" suite à la rumeur scientiste de mettre Hamimed énième fois premier ministre (alors qu'il n'en est rien sur les intentions du muet en chef de la république) et ce sinistre attentat de l'hélicoptère à Oued Souf devant ramener Gaid Salah et 17 généraux; Les crispations se transforment en méfiance mortelle entre MDN et le reste dit "Anonyme".

Sellal ne sera autorisé à partir Ambassadeur qu'après la mise en echet et mat de Gaid Salah et trouver un autre vice ministre chargé de la défense rattaché au Président comme pour l'actuel ministre chargé de la coordination sécuritaire le général major Tartag.

Autrement le staff du MDN doit partir tout simplement comme est parti le Staff de l'Ex DRS mode Toufik.

Saidani doit etre débarqué du FLN, fin de mission récompensée par un poste de ministre rattaché auprés du président mais surtout sous surveillance de Said Bouteflika promis à un super ministère des affaires présidentielles.

Cela est avéré et certain, peu importe les sources, juste question de météo et d'humeurs, ménager le chou et la chèvre et le timing d'une restructuration gouvernementale s'établira, car il ne s'agit pas d'un simple changement gouvernemental, mais d'une réorganisation structurelle du gouvernement en regroupant plusieurs ministères, au vu de la prochaine création de grands départements à la Présidence en charge chacun d'un ou deux ou trois super-ministères à créer.

UN ministre de la sécurité, un vice ministre de la défense, le frère de Fakhamatouhou super ministre à la présidence et ces futurs départements (ca sera eux les véritables ministères) et la serrure est vérouillée.

Chaque futur larbin ministre ou premier ministre aura son patron à la présidence, quoi basculer vers un pouvoir présidentiel hyperconcentré préparant la succession de Bouteflika le moment venu.

Saidani aura certainement le poste de ministre conseiller du président pour "al barrah", enfin du spectacle à venir, povre Gaid Salah il aurait du s'allier avec Toufik, hummmm.