Votre constitution, notre monde

Le conseil restreint qui avalise les décisions du cabinet noir.
Le conseil restreint qui avalise les décisions du cabinet noir.

Dans une autre vie, lorsque j'étais en charge de la communication de la Constituante au FFS, nous avions boycotté pratiquement toutes les sollicitations électorales. Mais, très rapidement, nous nous sommes aperçus que la position était intenable car la sémantique n'était plus appropriée.

Pour la plupart d'entre nous, l'expression qui convient est que nous sommes ailleurs, dans un autre monde. La constitution peut être modifiée mille fois et les élections organisées tous les vendredis matin, rien n'y ferait. Entre nous et eux, il y a plus qu'un univers qui nous sépare.

C'est que nous avions fait confiance une première fois, en 1991, et avions accepté de jouer le jeu malgré nos réticences. Mais ceux qui ont promis de changer n'étaient pas disposés à le faire. Ils en sont viscéralement incapables.

Un quart de siècle après, le ministre de la défense nous fait cette extraordinaire révélation «l'armée ne fera plus de politique». Mais alors, avions-nous déjà dit à Chadli, pour la même confession, c'est qu'elle en a fait réellement ? Ce dont aucun être censé n'avait douté une seule seconde. Vingt cinq ans après, c'est toujours la même confession, tous les six mois.

Mes anciens camarades du FFS ainsi que les nouveaux sont des personnes très estimables dans leur engagement politique. Je les salue pour leur obstination dans un combat juste. Je lis encore, de temps en temps, leur argumentaire et je vois bien qu'ils sont toujours dans cette sincérité que nous avions au départ, à leur côté pour certains d'entre eux.

Mais en même temps, j'ai de la peine car je sens bien qu'ils se sont retrouvés reclus dans un coin du parloir, sans grande efficacité ni avenir. Toutes les cartes sont toujours entre les mains des mêmes, qui ne sont pas disposés à les restituer ou à les mettre au service du beau jeu démocratique.

La déclaration du ministre de la défense ferait dire au moins doué des étudiants de première année en droit d'une république bananière que tout est, en conséquence et rétroactivement, entaché d'illégalité. Toutes les constitutions, toutes les lois et les élections sont à renier dès lors que ceux qui sont dotés de la puissance armée l'ont utilisée pour une autre mission que celle qui est la leur du point de vue juridique. Et c'est un euphémisme de prétendre qu'ils l'ont utilisée à des fins personnelles, de pouvoir absolu et de rente financière.

Inutile d'argumenter plus longtemps l'illégalité. De toute façon, ce qui est dans la constitution est irréaliste ou inappliqué et ce qui est important n'y figure pas. Alors pourquoi mes anciens amis politiques continuent-ils à réagir à ce sujet ?

Il n'est pas écrit dans la constitution que la fratrie du président a le pouvoir constitutionnel de diriger d'une main de fer le pays. Il n'est mentionné nulle part que l'armée possède un pouvoir politique, pas plus qu'un président puisse diriger un pays dans un état de santé qui ferait exclure n'importe quel candidat à un concours de fonctionnaire, pour le plus petit des grades. Aucun article de la constitution ne prévoit une police politique. On ne voit nulle part la mention écrite que la femme est une esclave de l'homme, camouflée au regard de la société et placée sous une tutelle moyenâgeuse. Et nous pourrions citer à l'infini ce qui n'est pas prévu dans la constitution.

Pas plus que ce qui est écrit ne trouve une quelconque réalité. On lit que l'armée est l'institution de défense des intérêts du peuple, que les magistrats sont indépendants, qu'un homme et une femme sont égaux devant la loi, que la liberté des consciences est garantie et bien d'autres choses admirables. Rien de tout cela ne trouve de réalité et notre étudiant précédent en attraperait une apoplexie de rire en lisant de telles fadaises.

Tout cela, nous l'avons compris, n'est absolument pas notre monde . Nous étions pour la liberté de la femme, pour une presse et une magistrature libres. Nous rêvions que la jeunesse ne puisse être contrainte de rien pour son épanouissement et sa liberté de conscience. Nous voulions que chacun puisse exprimer son opinion sans que sa voix baisse et que le regard vérifie qui est autour de lui. Nous étions pour la beauté de la nature, des êtres humains et des mœurs. Nous avons été naïfs et inconscients car nous étions en face de monstres dangereux.

Alors, que cette constitution se modifie tous les jours ou toutes les heures, nous en sommes très loin, elle ne nous concerne pas. Que les généraux continuent à nous dire qu'ils ne s'occupent plus de politique, de finance ou de justice, nous ne les écoutons plus. Que le président continue à nous faire croire qu'il est le symbole d'une révolution fondatrice de la démocratie, nous ne sommes même plus enclin à rire. Que l'on gesticule sur les articles du code de l'esclavage réservé aux femmes ou que l'on exclut les binationaux des postes sensibles, peu importe.

Nos femmes sont libres et nous serions bien touchés par une brusque maladie mentale en voulant accéder aux postes suprêmes d'une dictature. C'est bien le dernier rêve que nous ferions, ou alors sous le coup de l'éthylisme.

Mais en revanche, il y a quelque chose d'inadmissible en ce moment et qui peut nous faire réagir, quelque chose de criminel. Ce sont tous les «doctours» , «professours» et autres «experts» en économie qui s'épanchent dans la presse pour faire peur à la jeunesse algérienne. Il est inadmissible de vouloir effrayer une population jeune et innocente qui a tous les droits au rêve et qui a tous les moyens de s'en sortir.

Tous ces experts du Prince ont fait leur carrière au service de celui-ci, il est scandaleux qu'ils soient aujourd'hui au service d'une peur annonçant le cataclysme économique. L'économie, c'est la science des hommes instruits et conscients, la jeunesse algérienne ne doit pas avoir peur et écouter ces corbeaux du déclinisme, au seul motif de penser qu'ils ont la vérité économique dans leur propos. Rien n'est aussi faux que cette prétention car le seul objectif est de remplacer une allégeance par une autre soumission, à leur profit.

Rien ne peut arrêter l'émergence épanouie d'une nouvelle génération algérienne. Elle a eu comme biberon, Internet et les réseaux sociaux. Elle a vu la lumière et la vitesse de communication qui est incontrôlable par la police de la pensée. L'économie, ce sont les hommes et les femmes qui la font, elle n'est rien d'autre qu'une ambition collective et sa force ne réside pas en des considérations matérielles conjoncturelles. Ma génération a vu la misère des chinois et des indiens, il suffit de se rendre compte de leur extraordinaire parcours en si peu de temps.

Il n'y a pas de raison que la jeunesse algérienne n'y arrive pas mais il faut qu'elle tourne le dos au régime politique actuel, qu'elle fasse de ses convictions religieuses une affaire personnelle et qu'elle n'écoute pas les pseudo-experts. Qu'elle vive, qu'elle rêve et s'en donne les moyens par la conviction, il n'y a pas plus belle énergie économique au monde pour cette ambition à la hauteur des hommes libres.

Sid Lakhdar Boumédiene

Enseignant

Plus d'articles de : Analyse

Commentaires (10) | Réagir ?

avatar
Hend Uqaci Ivarwaqène

Un proverbe kabichou disait : « Elloum yellane af ouchène arantid af ouyazid ! ».

C’est la faute au loup mais c’est au coq qu’on fait un procès ! Ils ont réactivé les refoulés, ya boureb ! C’est comme si on pouvait leur enlever leur algérianité ! Chedni oula ntir ! Personne ne se demande pourquoi ça lui fait mal ? On croit que le mal c’est la constitution alors qu’elle ne fait que réactiver un mal plus profond.

C’est à qui d’être plus algérien que les autres, ya takna !

Wa Kichi ! Tikouni cet adage kabichou qui raconte la parabole de la poule qui voulait marcher comme une perdrix, et qui finalement n’a pas pu apprendre à marcher comme les perdrix et en plus elle a oublié comment marchaient les poules ?

Quand je pense aux mioches d’aujourd’hui, ya Kichi. Ah ya din qessam : lehlak yevded s’irrif koul wa anda yella ath ihazz.

Ah, putain ! Ce n’est pas cet onanisme constitutionnel qui me chagrine, mais les erre…. Les réactions de certains d’ontarnous. Sans allusion à Wineth avec qui je n’ai plus besoin de me fâcher désormais.

Ca réactive une mémoire que j’ai cru avoir bannie.

En soissate dou soissate tarwa, je regardais la nouvelle cuvée, la curée en vérité. Tout ce que comptait le bled d’erraboudj et tchartchouba était descendu difili.

« Lingerie mizermane ! Manhebouche edoumicil ! Sev3essnin barakète ! ». Qu’ils criaient.

Mwa, éberlué ya boureb, je me demandais, si l’indépendance ne nous a-t-elle pas débarqué du mauvais coté. Ou, est-ce moi, qui à l’embarquement m’étais trompé de coté ?

Bordel de merde, il faut que je me taille, me suis-je dis tout seul à moi-même, dans mon fort intérieur pour que, vous autres ne m’entendiez pas et pour ne vous niquer votre extase en pleine chasse a la redj3iya et aux collabos ! Et tellement vous étiez terrifiants !

Quand je suis parti un plus tard, sans bagages pour en finir définitivement avec ce foutu pays : Voyager léger pour aller le plus loin possible. Entre temps j’avais entrepris de liquider mon complexe oedipo-maternalo-patriotique et de solder tous les comptes en suspens : avec ma famille, ma tribu, l’idéologie dominante de l’époque, les ancêtres, Sidi Khliffa, et tutti frutti. Je me suis senti soulagé? Soulagé ? Mon luc !

C’était sans compter sur mon enfance, une vraie teigne qui s’est accrochée à mes basques. Elle m’avait bourré de complexes et de préjugés qui ont inhibé ma putain de vie. Un vrai boulet qui m’a entravé et niqué mon passé et qui a entrepris de me pourrir l’avenir.

Poufiasse d’enfance de merde, pourquoi tu m’as attaché au pays ? Pourquoi ya din qessam ?

Alors quand je vois, ceux qui sont partis après moi retomber dans les mêmes travers, je ne peux avoir pour eux qu’une empathie. Peuchère !

« La mentalité d’immigré » disait Raymond Barre. Le complexe d’oedipe qui radine quoi !

avatar
Quelqun EncoreQuelqun

J'ai lu votre contribution avec beaucoup d'intérêt et surtout d'application. Cependant, j'avoue être resté sur ma faim, et parfois-même m'être égaré. En d'autres termes, je n'ai pas saisi le lien entre cette contribution et la nouvelle constitution de Boutef. Le feu est à demeure, et vous, vous parlez d'espoir de voir éclore une génération de jeunes algériens prometteurs nanani nanana... oufff, wallah ar ya3ya bnadém!

Par déduction, le déni de droit (aux binationaux que nous sommes désormais devenus) instauré par cette p.... de constitution votée par l'assemblée de prostituées de luxe rompues aux courbettes, donc ce déni, pour vous, c'est un épiphénomène ou un "oulach", yak?

Laissez-moi vous dire, puisque vous évoquez le FFS d'antan, cette minimisation, cette tentative d'élévation au-dessus de la mêlée ont beaucoup couté au FFS (parole d'un ex sympathisant). En principe, dans des cas comme celui de cette énième révision constitutionnelle touchant à des fondamentaux, en principe, une classe politique ou opposition qui se respecte fait une levée de boucliers avec tout le fracas que cela nécessite. Elle ne va pas nous chercher et sortir des thématiques du genre "jeunesse algérienne et conjoncture économique" ou encore "thayri et les coquelicots"... autrement, tout comme ces usurpateurs du clan Boutef, elle serait dans la diversion ou "el héff" si vous préférez.

J'ai appris, récemment, qu'un correspondant de la tv algérienne ici en France était devenu (et non élu) député représentant de la communauté algérienne ici en France, un certain CH3ABNA. Un pur produit de l'école FLN, cul tiraillé entre plusieurs chaises; arabisme, islamisme, haine du kabyle, ignorance... Alors, que cette pourriture s'aventure du côté de la Normandie (publiquement) et l'on verra ce que la jeunesse algérienne (pour vous reprendre) aura à faire! Mon grand-père n'est pas mort pour que Boutef viennent dire que son petit-fils n'est "assez algérien" pour prétendre à certains postes au sein de l'Etat algérien. Il n'est pas non plus mort pour qu'un fdp comme Ouyahia cautionne les tirs à balles réelles sur de jeunes kabyles par des gendarmes analphabètes avides de sang.

D'ailleurs, parfois, je me demande même comment une contribution pouvait être "publiable" ou non? Car, comme pour traiter d'un sujet philosophique lors d'une épreuve de concours, je crains que vous n'ayez tout simplement fait du "Hors sujet".

avatar
moh arwal

Il n y a pas que le FFS d'aileurs, il y a aussi les députés FLN/RDN representant la diaspora , le RCD et Benflis et tutti quanti ils ont tous adopté la politique de l'autruche a propos de l' article 51. Ils ont accepté que tout se passe sans débats tout cela était programmé d'avance :C ets depuis 2011 qu ils

préparentce coup d'arnaque.

Ils marchent sur leurs ventres, ils pensent aux émigrés uniquement a la veille des elections legislatives.

Comme tous les autres politcards, ce sont des lacheurs, rares sont ceux qui se souvienent des gens qui les ont élus.

La conclusion évidente à tirer es, t que nous, diaspora, devons nous organiser et maintenir la pression pour retablir vaille que vaille nos droits bafoués.

avatar
moh arwal

C'est vrai qu il est un peu hors sujet . Mais, si tu lis mon commentaire tu trouveras peut ètre un élément positif en sa faveur. Comme je l 'ai mis en évidence, Il redonne un peu d 'optimisme en ces moments ou la tendance est au défaitisme. Il ne faut pas oublié qu il n y que vous les jeunes qui peuvent dégommer ce pouvoir assassin car au pays, la vie est dure, les vieux sont fatigués et résignés, trop de problèmes quotidiens.

Par conséquent, il faut penser aussi au moral des troupes. Et c'est a mon avis ce que Sid Lakhdar Boumediene a essayé de faire.

Son argumentation est juste, il catalise l' énergie jeune pour affronter ces grabataires en déclin et mème dans l 'armée ça fera écho favorable auprès des jeunes appelés du contigent.

Pour le reste je suis entièrement d' accord avec ton commentaire notamment à propos de la position du FFS

Il aurait mieux fait de ne pas dire du bien de ce parti qui descend de plus en plus dans l'estime des militants de base. Ce neo FFS est lä maintenant gràce a la diaspora qui la réssucité dans les années ou Boumedienne leur donait la chasse aux sorcières.

ils ont eu le culot D'ALLER SE CACHER CHEZ EUX COMME DES FEMMES au moment ou on assassine la diaspora qui les a hebergés et soutenus en Europe durant leur clandestinité de 1963 a 1989, au lieu d'aller sacager ce parlement de PD voleurs et corrompus jusqu à l'os.

avatar
urfane

SiLakhdar n'est pas hors sujet @qlq1, il est plutôt sur la touche car, quand bien même, faute d'engagement réel, on pourrait se défausser sur la jeunesse algérienne, la réalité de celle-ci échappe manifestement à l'auteur car, de paradigme algérien, 75% de cette jeunesse revendique des valeurs plus proches de la charia islamique que de la modernité.

avatar
moh arwal

@urfane

voilà ce qu'a dit en conclusion Sid Lakhdar :

"Il n'y a pas de raison que la jeunesse algérienne n'y arrive pas mais il faut qu'elle tourne le dos au régime politique actuel, qu'elle fasse de ses convictions religieuses une affaire personnelle et qu'elle n'écoute pas les pseudo-experts. Qu'elle vive, qu'elle rêve et s'en donne les moyens par la conviction, il n'y a pas plus belle énergie économique au monde pour cette ambition à la hauteur des hommes libres. "

Je ne comprend vraiment pas pourquoi vous dites que le paradigme de la jeunesse algerienne lui échappe puisque vous le rejoignez dans ses propos en disant qu' ils sont pour la charai, il n e le dit pas aussi clairement que vous mais il apparait clair qu il le sous entend. Comme vous, il souhaite qu'ils laissent de coté leur convictions religieuses et contrer le pouvoir. Ce qui veut dire une orientation vers la liberté de culte dans la democratie et la modernité Il ne peut pas leur dire de ne pas pratiquer leur religion chez eux, c 'est leur affaire, comme c'est votre affaire de le faire ou de ne pas le faire. Sid Lakhdar veut que les jeunes deviennent des hommes libres, son paradigme n'est pas faux. C est l'essentiel de son message, je le soutiens.

visualisation: 2 / 6