Révision de la Constitution : c'est pourquoi, au fait ?

Le clan Bouteflika s'enorgueillit de la révision constitutionnelle
Le clan Bouteflika s'enorgueillit de la révision constitutionnelle

Le Parlement algérien a adopté dimanche une réforme de la Constitution voulue par le président Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 17 ans. L'adaptation constitutionnelle dessine les contours du système une fois qu'il laissera les rênes du pays.

Devenu tout-puissant après avoir réduit l'influence des services secrets, Abdelaziz Bouteflika a finalement soutenu cette réforme, évoquée pour la première fois en 2011, année du Printemps arabe. La principale disposition prévoit le rétablissement de la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels.

Cinquième mandat possible

C'est M. Bouteflika, lui-même, qui avait supprimé cette limitation. Elu en 1999, puis réélu en 2004, il avait ensuite brigué un troisième puis un quatrième mandat, éveillant les soupçons d'un désir de présidence à vie. Le texte écarte désormais cette possibilité. Agé de 78 ans, le chef de l'Etat est affaibli par la maladie. Il pourra toutefois terminer son quatrième quinquennat qui court jusqu'en 2019 et même en briguer un cinquième s'il le souhaite.

Double nationalité pas bienvenue

La révision de la Constitution interdit, par ailleurs, aux Algériens ayant une autre nationalité l'accès aux hauts postes dans la fonction publique. Cette mesure a suscité la colère de la communauté franco-algérienne, estimée à des centaines de milliers de personnes.

Cette révision de la Constitution, voulue par le chef de l'Etat mais critiquée par l'opposition, a été approuvée par 499 parlementaires. Deux ont voté contre et 16 se sont abstenus, a précisé le président du Sénat, Abdelkader Bensalah. Pour être adoptée, la révision devait recueillir l'adhésion de trois quarts des 462 députés et 144 sénateurs.

Construire la démocratie

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal a salué un président "architecte de la nouvelle République algérienne". Tout en restant méfiant, l'opposant Djamel Zenati juge qu'"avec les présents changements, le texte fondamental du pays réunit enfin les principaux matériaux nécessaires à la construction démocratique".

Mais comme "le viol de la loi est devenu la loi" cela "n'incite guère à accorder un soupçon de sincérité" au pouvoir, ajoute-t-il dans une tribune publiée par le quotidien El Watan. Plus critique, l'ancien Premier ministre Ali Benflis, deux fois adversaire malheureux de M. Bouteflika, a dénoncé un "coup de force constitutionnel" pour "régler les seuls problèmes du régime politique en place et non ceux du pays".

Réconciliation nationale

La révision de la Constitution intervient quelques jours après la dissolution par le président du Département du Renseignement et des Services (DRS), considéré comme un "Etat dans l'Etat" avec notamment des pouvoirs de police politique sans cesse dénoncés par l'opposition. Le DRS est remplacé par de nouvelles structures placées directement sous l'autorité de la présidence. La nouvelle Constitution introduit, par ailleurs, en préambule la préservation de la "politique de paix et de réconciliation nationale" mise en oeuvre par M. Bouteflika pour mettre fin à la "tragédie nationale". Cette expression désigne la guerre civile qui a fait 200'000 morts dans les années 1990.

L'organisation de défense des droits de l'Homme Amnesty International estime que cette disposition empêche d'établir la vérité sur cette sombre page de l'histoire de l'Algérie. La révision adoptée dimanche rend aussi possible de modifier certains points de la Constitution. Cette disposition vise une éventuelle conquête du pouvoir par une majorité islamiste.

En 1992, l'armée avait annulé un processus électoral après une victoire écrasante du Front islamique (FIS, dissous), qui promettait d'abolir la démocratie et d'instaurer une République islamique. La situation avait alors plongé le pays du Maghreb dans une sanglante guerre civile.

AFP

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (15) | Réagir ?

avatar
fethi boumediene

salam alaycom

je viens juste d'obtenir la nationalité française, et je regrète pas car avec ali baba est les 800 voleurs il faut bien prévenir l'avenir, car ils ont instauré cette loi pour éloigner les intellectuels est les personalités qui ont les capacités de sauvé l'algérie est les algériens de la situation actuelle, et si on cherche bien une grande majorité des personnalités politique algérien ont double nationnalité (c est hallal pour moi et haram pour les autres).

avatar
Massinissa Umerri

Il y a 2 facons de regarder ce long metrage qui dure plus d'un 1/2 siecle. Il a meme un scenario et, ce n'est que le jour ou une majorite' entre absolue et ecrasante aura compris le scenario et le role qui leur y est reserve', qu'il y aura espoir de coordination d'une action salvatrice. Pour l'instant, la grande majorite' est prise dans l'analyse du detail, comme je l'ai fait dans mon commentaire precedent. Il s'agit d'une appartheid, ou une minorite' gouvernant une majorite'. Une societe' a 2 classes, une reignant et faiseuse de regles et l'autre, les fourmies travailleuses. Leur preoccupation actuelle, est la mise au point du systeme de transfer de pouvoir de rejeton a rejeton, avant de proceder a la 2nde, le reglage de la generation de moyens de reigner. Quand cela sera compris, l'essentiel imperatif des populations deviendra enfin, celui de pouvoir communiquer - ce qui est quasi impossible, comme la CNTLD. Ca sera le jour de chacun pour soi et dieu pour tous.

visualisation: 2 / 13