Le pétrole baisse un peu, l'offre pléthorique reprend le dessus

Le cours du pétrole est instable
Le cours du pétrole est instable

Les prix du pétrole baissaient légèrement lundi en cours d'échanges européens, toujours lestés par la surabondance de l'offre et alors que s'estompait la perspective d'une diminution de la production mondiale qui avait fait grimper les cours la semaine dernière.

Vers 11h45 GMT (12h45 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, valait 35,96 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 3 cents par rapport à la clôture de vendredi. Le prix du Brent est monté en début d'échanges asiatiques lundi à 36,25 dollars, son niveau le plus élevé en trois semaines et demie.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en mars perdait 38 cents à 33,24 dollars. Les cours du pétrole ont fini vendredi la semaine d'échanges sur d'importants gains du fait des spéculations qui animent le marché depuis le milieu de la semaine dernière sur une baisse de production coordonnée entre la Russie et l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole), commentaient les analystes de Commerzbank.

Ces spéculations avaient été alimentées par des propos jeudi du ministre russe de l'Énergie qui avait indiqué que le cartel pétrolier voulait convoquer une réunion en février non limitée à ses membres et que Moscou était prête à y participer et précisé que l'Arabie saoudite (le plus gros producteur au sein de l'Opep) avait évoqué dans le passé la possibilité d'une baisse générale de production de 5%.

En outre, le président vénézuélien Nicolas Maduro a assuré samedi que les pays de l'Opep et les pays producteurs de pétrole non membres de cette organisation sont proches d'un accord visant à stabiliser les prix du pétrole.

Les spéculations sur des baisses de production ont permis aux cours de se reprendre après les plus bas depuis 2003 atteints il y a deux semaines, mais l'offre pléthorique continuait tout de même de lester les prix de l'or noir.

En effet, il semble que l'Opep produit toujours trop de pétrole, du fait notamment de l'augmentation de la production en Iran après la levée en janvier des sanctions économiques qui frappaient le pays, relevaient les analystes de Commerzbank.

AFP

Plus d'articles de : Economie-Finance

Commentaires (0) | Réagir ?