Décès d'Aït Ahmed : tourner la page de "la crise de l'été 1962"

Hocine Aït Ahmed. Photo prise en 1963, quelque part sur les hauteurs du Djurdjura.
Hocine Aït Ahmed. Photo prise en 1963, quelque part sur les hauteurs du Djurdjura.

L’État algérien est frappé d'illégitimité depuis 1962. Toutes les manœuvres opérées depuis ce faux départ (parti unique, dictature, coups d’État, élections répétitives systématiquement truquées, négation des repères historiques de la Nation, …), ne font qu'enfoncer le pays dans l'incivisme, la prédation, le passe-droit et le sentiment de vivre dans un "beylik", après plus de 50 ans de la fin de la domination coloniale.

C'est cette faillite qui fait souvent dire aujourd'hui aux jeunes algériens à leurs aînés : "Pourquoi avez-vous fait la guerre contre la France ?" Les faussaires du néo-FLN ont presque réussi à détruire la Nation algérienne dans ses fondements en instituant l'inégalité des citoyens devant la Loi, la manipulation de la religion et la création de l'intégrisme, la destruction de l'environnement urbain et rural, la prédation des richesses du pays, la pollution de l'engagement politique et la consécration de l'affairisme néfaste. Bel exploit ! Les Banu Hillal n'ont pas fait autant.

L'émotion soulevée par le décès de Hocine Aït Ahmed est légitime, autant pour le personnage historique que pour le symbole qu'il représente aujourd'hui pour les Algériens qui s'interrogent toujours : "existe-t-il encore des hommes et des femmes honnêtes, incorruptibles qui veulent le bien de tous les Algériens ?".

Tout peuple a besoin de mythes fondateurs pour renouer les liens d'appartenance et pouvoir se projeter dans l'avenir, et la jeunesse algérienne éprouve ce besoin immense et l'exprime parfois dans l'excès mais toujours dans le sens de l'Histoire.

Justement, faire repartir cette Histoire à partir de "l'An Un", c'est-à-dire depuis 1962-1963, pour tourner définitivement la page du hold-up de la Libération commis par l'armée de l'extérieur, rendre le symbole du FLN à tous les Algériens, mais aussi celui du FFS qui s'est soulevé contre ce hold-up.

Tourner la page des premières années de la libération, sans rien oublier, constitue la meilleure voie pour renforcer la cohésion nationale sur ses bases historiques et protéger notre pays des marchands du temple et de la vassalisation de notre nation.

Aumer U Lamara

Plus d'articles de : Analyse

Commentaires (12) | Réagir ?

avatar
moh arwal

Le dernier message de Da lhocine sur le choix de son lieu d d'enterrement et la facon dont a ététreçu la delegation gouvernementale envoyée par le nain à michelet est le signal du debut de l'ere de l' illumination de la jeunesse algerienne. Ils ne se jetteront plus ä la mer ils prendront le maquis et combaterons en ville dans les montagnes. partout sur le sol de leurs parents, ils sont des millions ça sera un tsunami.

avatar
moh arwal

Da l'Hocine nous a tracé la voie à suivre, nous l'avons compris desormaIs personne ne nous detournera de cette voie avec les dicours nationalistes démagogiques. La victoire est proche. Un homme avisé en vaut deux dit le dicton. Notre jeunesse est eveillée lle fera le boulot j en suis sure. Tout etre cherche a etre hereux, vive la jeunesse Sachez que même Ali Belhadj est allé se receullir sur la tombe de Da l hocine et il a aussi, été reçu en toute serenité par sa famille (no comment)

visualisation: 2 / 10