Le pétrole finit en nette hausse à New York, à 37,50 dollars le baril

Les cours ont remonté quelque peu.
Les cours ont remonté quelque peu.

Les cours du pétrole ont nettement monté mercredi à New York après l'annonce inattendue d'une forte baisse des stocks américains de brut, allégeant un peu les préoccupations sur l'excès général d'offre.

Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en février a pris 1,36 dollar à 37,50 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). Même si les cours avaient déjà un peu rebondi mardi sur le marché new-yorkais, cette avancée marque une rupture pour un marché qui restait depuis le début de semaine proche de ses plus bas niveaux depuis 2009 aux Etats-Unis et depuis 2004 en Europe pour le baril de Brent, lui aussi en nette hausse mercredi.

"Après une longue période de baisse, le rapport d'aujourd'hui sur les stocks (américains) a encouragé les investisseurs à revenir sur le marché", a résumé Mike Lynch, de Strategic Energy & Economic Research.

Dans ses chiffres hebdomadaires sur l'état de l'offre américaine, le département de l'Energie des Etats-Unis a annoncé mercredi que les stocks de brut avaient reculé de 5,9 millions de barils, alors que les experts interrogés par l'agence Bloomberg avaient tablé sur une hausse.

De plus, cette baisse est nettement plus marquée que le déclin déjà important de 3,6 millions de barils dont avait fait part la veille l'American Petroleum (API), fédération professionnelle du secteur aux États-Unis, dans ses propres estimations.

Même si cette chute est de nature à rassurer des investisseurs obnubilés par la surabondance de pétrole à travers le monde, certains observateurs jugeaient limitée sa signification, d'autant que la production américaine a elle légèrement augmenté.

"La baisse inattendue des stocks de brut est largement due à un recul d'un million de barils par jour (mbj) des importations", a remarqué Tim Evans, de Citi. "Cela semble largement obéir aux habituelles opérations de fin d'années sur les stocks, comme les raffineries du golfe du Mexique réduisent leurs réserves" pour réduire des impôts proportionnels, a-t-il précisé.

AFP

Plus d'articles de : Economie-Finance

Commentaires (0) | Réagir ?