Lumière sur le patrimoine historique et culturel de la Kabylie

Un hommage sera rendu à Idir en Kabylie
Un hommage sera rendu à Idir en Kabylie

Initié dans un esprit d'union et d'engagement, le festival « Lumière sur le patrimoine historique et culturel de la Kabylie » se fixe comme objectif de réconcilier la population avec son identité en mettant en lumière les éléments de mémoire liés au patrimoine historique et culturel dans chaque localité de la région.

Il est triste de constater le niveau d'ignorance alarmant dans lequel nous pataugeons dès qu'il s'agit pour nous d'expliquer notre environnement toponymique, de raconter le passé de nos villages et de nos archs, de recenser les vestiges historiques qui nous entourent ou encore de parler notre langue maternelle avec la richesse et la cohérence qui la caractérise.

Un processus de déconstruction de notre identité est en marche. Il est certes, l'oeuvre de volontés extérieures puissantes, mais également d'un laxisme désespérant qui engage notre responsabilité.

Quel honneur et quelle fierté pourrions-nous faire prévaloir face aux générations nouvelles quand nous leur léguons le règne du joug, du fatalisme et l'absence de repères identitaires ?

L'impératif d'une prise de conscience et d'une action urgentes s'imposent à nous pour stopper le rouleau-compresseur de l'acculturation qui gagne de plus en plus des pans entiers de notre société prise dans la frénésie d'un consumérisme sans limite et sans éthique.

Des artistes, intellectuels et militants de tous bords agissent déjà sur leurs terrains respectifs pour préserver les derniers remparts de résistance, mais leurs efforts resteront vains sans l'implication effective de la population, seule garante d'une solution pérenne.

Le festival "Lumière sur le patrimoine historique et culturel de la Kabylie" veut contribuer par ses activités à tisser l'indispensable lien entre les uns et les autres dans une démarche de restitution de la mémoire afin de consolider le socle identitaire sans lequel un destin commun serait impossible à construire.

Mokrane G.

Voir le programme des activités en rubrique Culture

Plus d'articles de : Éditorial

Commentaires (4) | Réagir ?

avatar
deradji nair

De quel patrimoine nous parlent nos amis kabyles? des maisons en pierres et argiles dont tout l'Algérie en dispose? des vétements que chaque région possède? des chansons et coimme on dit chez nous "Koul Tair ighani bougnah" 'chaque oiseau siffle sa propre chanson" Montrez nous vos vestige que vos aieux ont laissé. Les oliviersz ; le Coran en parle et il est fort possible que ces plans sont venus d'arabie ou du Moyen Orient et c'est pour ceci d'abord qu'on appelle son huile "zit arabe" et non zit kabyle. J'attends toujours quelques mises u point si toujours il y a quelqu'un qui a quelque chose à me reprocher" Salut à tous.

avatar

Ce que nous voyons surtout à travers votre commentaire, c'est votre méconnaissance de la vraie culture et de la vraie histoire Algérienne.

En effet, lorsque on ouvre les livres d'histoires, ces sont les Berbères dont en parle le plus et notamment des ancêtres des Kabyles justement, en revanche quand en ouvre les livres qui parlent de l'histoire des arabes, nous retrouvons justement les paroles des ancêtres des Kabyles, des Perses, des Juifs qui eux aujourd'hui se réclament une descendance des Berbères.

Alors, monsieur, avant de parler tourner sept fois votre langue dans votre bouche.

C'et de la part d'un Kabyle, comme Idir, que les arabes n'aurons jamais son égal.

avatar
haroun hamel

Des maisons en pierres, vous en aviez pas. Vous c'est des guitounes qui vous servaient de maisons. Dites nous dans quelle région d'Arabie poussent les oliviers dont vous parlez?

avatar
Quelqun EncoreQuelqun

Le patrimoine commun que vous nommez culture kabyle a commencé à foutre le camps le jour où des énergumènes bien de chez nous, ignorant jusqu'au bout des ongles, nous expliquaient qu'il n'y a pas que des kabyles en kabylie. Il y avait, selon eux, des kabyles (des vrais irgazéne), des imravdhéne (faux kabyles ou arabes kabylisés) et aklane (ou des esclaves). C'était du temps où des brebis galeuses enfantées par cette kabylie avaient cru en une hypothétique alternance au pouvoir à Alger. Ces brebis étaient prêtes à nos sortir des histoires à dormir debout... juste pour glaner des voix. Elles ne savaient pas qu'elles portaient là un coup fatal à la pseudo-cohésion du groupe kabylie.

Donc, maintenant que les carottes sont cuites ou plutôt chadhént carrément, barkathagh ts'ka3rir et fumons du thé pour rester éveillés comme dirait l'autre!