Les lignes en fractures de Naoufel Bouzeboudja

La couverture du roman
La couverture du roman

L'auteur Noufel Bouzeboudja vient de publier un nouveau roman en anglais intitulé: A Pebble in the River (Qu'un Galet dans la Rivière) chez Langaa Publishing (Cameroun) et African Books Collective (Oxford, GB).

Akli a vieilli. Il est en prison. Et c’est à partir de là qu'il commence à raconter son histoire, l’histoire de son village, Thadarth, l’histoire des siens. Il raconte son combat contre la France coloniale. Son combat contre le terrorisme islamiste. Son combat contre son voisin terroriste “repenti” qu’il acheva un jour après avoir épuisé tous les recours. Mais la loi, injuste, n’incrimine pas le terroriste, elle jette Akli en prison. “Un galet dans la rivière” est un récit sur la révolution, la guerre, la torture, la dépossession, la corruption, l'intolérance, la trahison, le terrorisme, l'extrémisme religieux, mais, surtout, un récit sur la résistance. C’est un récit sur l’inévitable, sur la perte.

La perte de la foi en une puissance supérieure. Akli doute de tout. De la religion. De dieu. De lui-­même. La perte et l’absence de ses proches, dont il tentait d'empêcher, en vain, a rendu Akli cynique. Désabusé. Un homme qui souhaite la mort chaque jour qui passe. L’histoire d’Akli est aussi une histoire d'amour. Un amour inconditionnel, pur. Un amour ineffable qu'il a pour son pays, sa terre, ses montagnes, sa famille, ses amis, son peuple. C’est l’histoire aussi de son premier amour, Martine, fille du colon Fino, qui le laissa avec beaucoup de frustrations mais aussi des souvenirs heureux.

Si l’histoire d’Akli commence dans l’obscurité, elle saura, néanmoins, secrètement, intimement et, finalement, déboucher vers l’espoir. Un espoir relancé par sa sortie de prison. L’espoir de retrouver sa fille, Zira, le fruit du viol dont fut victime sa femme par des terroristes, le ramène à la vie. “Un galet dans la rivière” est une histoire sur la beauté, sur la bonté, même dans un monde chaotique. C’est une histoire sur la vérité. Celle d’Akli. Une vérité éternelle même lorsqu’elle est obscurcie. Aucun homme ne peut être brisé au point de ne pas ressentir de l'amour, de ne pas voir et de ne pas se réjouir de la beauté. Une fois cette vérité acceptée, la paix peut être trouvée. La paix qu’Akli trouve auprès de Zira.

C. P.

Plus d'articles de : Culture

Commentaires (0) | Réagir ?