2.949 personnes décédées dans des accidents de circulation en Algérie en 2015

En 2014, près de 4000 personnes sont tués sur les routes.
En 2014, près de 4000 personnes sont tués sur les routes.

Alors que l’année n’est pas encore terminée, l’Algérie enregistre un taux de mortalité des plus effarants.

Jugez-en : 2.949 personnes sont mortes dans des accidents de la route durant les 9 premiers mois de 2015 contre 3.129 durant la même période de 2014, soit une baisse de 180 cas (-5,75%), selon un bilan rendu public samedi par la Gendarmerie nationale.

Le nombre de blessés, enregistré durant la même période de l'année en cours, s'élève à 29.479 cas, soit également une baisse comparativement à celui enregistré durant la même période en 2014 (35.586 cas), représentant un recul de 6.107 cas (-17,16%), note la même source.

Quant au nombre d'accidents signalés, il est passé de 19.262 en 2014, à 16.241 en 2015, soit une baisse de 3.021 accidents (-15,68%), selon la même source. Le bilan fait état également d'une moyenne de 11 décès, de 130 blessés et 70 accidents enregistrés quotidiennement durant les neufs premiers mois de 2015.

L'année dernière, 24 388 accidents ont été déplorés durant l’année écoulée, faisant 3 984 morts et 44 546 blessés soit 67 accidents par jour avec 11 morts et 122 blessés, a indiqué le responsable de la sécurité routière au commandement de la Gendarmerie nationale, le colonel Mohamed Triki, qui présentait le bilan des accidents de la circulation.

Le facteur humain est la première cause de ces chiffres, selon la plupart des conclusions d'enquête. Aussi, la question de la sécurité routière est cruciale, mais demeure oubliée par les autorités. Ne mérite-t-elle donc pas un conseil interministériel pour fédérer les interventions afin de trouver les solutions les plus efficaces pour sécuriser un tant soit peu nos routes ?

L.M/APS

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
sarah sadim

Les statistiques des services de la santé et des morgues font exactement le double des victimes, normal avec une gendarmerie de menteurs, et les statistiques de la DGSN existent elles.

Aucune honte, au bas mot avec ces paysans rapidement citadinisés les accidents en milieu urbain sont plus nombreux au vu de l'absence de maitrise de la circulation routière par les services de Police, la sale éducation de ces paysans (sans racisme aucun de ma part) , ces routes et rues sur-saturées avec les plus de 03 millions de véhicules importés en moins de Six années par Fakhamatouhou le flambeur des milliards aux casinos Peugeot, Renault et hunday...

90% des nouveaux permis se vendent en algérie, alors que notre pestiféré islamiste Ghoul s'interesse à ces centaines d'inspecteurs des permis de conduire au lieu de croire aux permis à points faits pour des sociétés dévelloppés et éduquées d'occident, et oui ce taré croit aux permis à points?

Quand on ne sait pas se tenir civiquement sur un trottoire ou marcher en piétont de manière civilisée, comment voulez que des hybrides gatés par Bouteflika et autres ansej, crédits auto ect... puissent rouler en mécaniques?

Du "Dos de l'ane" au "CUIR capitonné des berlines ", du chemin escarpé des sentiers campagnards il n'y a pas si longtemps (10 ou 15 années) aux asphaltes bitumeux urbains, un véritable choc d'hommes des cavernes à la navette spatiale.

Sociétalement la matérialisation ultra rapide de la consommation d'individus ne peut produire qu'une sale indigestion à une société algérienne destructurée et dénaturée, avec des institutions régaliennes ou de puissances publiques fantomatiques, car gérés par des "paysans" fraichement instruits mais non formatés par l'éducation.

La gendarmerie ferait mieux de s'occupper du brigandage de ses barrages routiers et de la corruption et le rançonnage à vue d'oeil des camioneurs et autres automobilistes, je me demande pourquoi on verse des salaires aux gendarmes, ce que leur rapportent les barrages routiers va du simple au quadruple au minimum.

La gendarmerie nationale serait plus avisée de s'autocontroler avant d'établir des states....

Dissolution de la Gendarmerie nationale et son remplacement par une Garde nationale casernée, voilà la solution, quand à la police algérienne (calquée sur la francaise) c'est une autre histoire.

La délinquance routière est due à l'incapacité et aux laissers allers de ces deux corps parasitaires, et qui vivra verra la gravité bientot, alors si Gaid Salah vite reprise du controle du Dark et formatage en Garde nationale, quand au ministre de l'intérieur alors là la foire c'est déjà du vécu quotidien dans les comissaraits d'algérie.

avatar
Guel Dring

Prenons encore le temps de situer l'homme dans le temps et l'espace, c'est l'une des situations où la raison, la passion ou la justice ne trouve aucun palliatif à la fatalité. Nous sommes soumis

à cette fatalité pour diverses considérations. La circulation des voitures est une partie de l'activité humaine avec tous ses risques mais on ne peut prévenir ce qui doit arriver. Malgré les diverses campagnes de sensibilisation, les dégâts sont excessifs. L'un des facteurs qui freinent de meilleurs résultats c'est le fait des interventions pour les contraventions.

Il suffit de faire appliquer la loi dans toute sa rigueur pour que la conduite devient une source de plaisir au lieu d'être une source de stress.

Un exemple serait d'appliquer la loi du talion dans le cas où il y a mort d'homme et après rapports intègres des officiels - sécurité, protection civile, juge d'instruction - les chiffres vont tomber encore plus. Mais il faudra d'abord attendre un certain printemps qui tarde à venir.

visualisation: 2 / 3