Les grands singes possèdent une mémoire cinématographique

Les bonobos ont la mémoire cinématographique
Les bonobos ont la mémoire cinématographique

Revoir un film et attendre avec anxiété la fameuse scène clé : un plaisir de spectateur, en solo ou entre amis. Et cela semble aussi valable chez les singes...

Voir et revoir un film, rire à nouveau devant des scènes comiques, pleurer à chaudes larmes lors de situations tragiques... et anticiper les grands moments de choc. Un plaisir possible grâce à notre mémoire à long terme. Et dont les grands singes sont aussi capables... C'est ce que montre une nouvelle étude publiée dans "Current Biology". On savait déjà que chez les chimpanzés et orangs-outangs, la mémoire dure trois ans. La nouveauté ici ? Après rediffusion d'un film, ils savent où donner de la concentration, juste avant qu'un événement choc soit sur le point de se produire.

La mémoire dans la peau

C'est en effet le constat qu'ont fait des chercheurs japonais de l'université de Kyoto. Ces chercheurs ont créé et montré des courts-métrages à six bonobos et six chimpanzés, afin d'en savoir un peu plus sur leur mémoire. Pour faciliter leur compréhension des scénarios, ils ont situé l'action de leurs films dans un environnement familier - des cages. Deux courtes vidéos montrent des actes d'agression provoqués par un chercheur déguisé en King Kong. Dans la première, le faux singe surgit de derrière une porte. Et dans la deuxième, il sort de sa cage et agresse un chercheur, qui s'aide d'une arme (un jouet) pour se défendre. Les scientifiques ont rediffusé ces vidéos un jour après le premier visionnage et ont analysé la réaction des animauxgrâce à des technologies fondées sur le suivi des yeux.

Résultat : lors de la rediffusion, les primates avaient leur regard fixé sur la porte bien avant que l'agresseur fasse son entrée. Pour les scientifiques, cela signifie que les singes sont capables d'anticiper et se souviennent des détails entourant un évènement marquant à travers, notamment, des éléments de lieu (dans le cas présent, la porte). Autre constatation : bien que la fausse arme ait été changée de place dans le deuxième clip, les singes étaient plus attachés au jouet qu'à l'endroit qu'elle occupait originellement. Pour les scientifiques, cela prouve que bonobos et chimpanzés n'ont pas juste appris "bêtement" à se souvenir de ce qu'ils avaient vu mais savent accorder de l'importance aux éléments déterminant du récit.

Louise Duclos/ Sciences et avenir

- Les grands singes possèdent une mémoire cinématographique

Plus d'articles de : Environnement-Climat

Commentaires (0) | Réagir ?