De Si Mabrouk au général Toufik : la fin d'une époque ou le début d'un autre cycle ?

Le général Mohamed Mediene dit Toufik avec Sid Ahmed Ghozali et Larbi Belkheir.
Le général Mohamed Mediene dit Toufik avec Sid Ahmed Ghozali et Larbi Belkheir.

Abdelhafidh Boussouf, avait 54 ans quand il est mort à Paris, le 31 décembre 1980, il est parti dans l’indifférence et dans l’anonymat, sans que les Algériens ne sachent presque rien sur lui.

Il fut le créateur au Maroc, du MALG, le Ministère de l'armement et des liaisons générales, structure d'espionnage et d’écoute durant la guerre d'indépendance qui donnera par la suite la puissante et redoutée Sécurité Militaire, qui deviendra par la suite, la colonne vertébrale du régime. Il forma les premiers cadres parmi les Algériens établis au Maroc qui, était encore sous protectorat français. Chose curieuse, sans que l’on sache pourquoi, son déclin s’amorce dès 1960, et sa perte d’influence apparait et devient peu à peu réelle, Son désaccord avec Boumediene reste une énigme et fut mis à l'écart dès le mois d'août 1962. Le ralliement de ses collaborateurs, les "Boussouf boys" à Ahmed Ben Bella avait définitivement contribué à son élimination.

La création de la "SM", sur laquelle le colonel Boumediene bâtit son pouvoir, est confiée en octobre 1962 au commandant Abdallah Khalef alias Kasdi Merbah sortant de la promotion "Tapis rouge" de l’école du KGB de Moscou, et demeurera à sa tête jusqu'en février 1979, puis lui ont succédé, le colonel Yazid Zerhouni (de 1979 à 1981), Lakhal Ayat (de 1981 à 1987) et Mohamed Betchine. La "SM" résistait à toute ingérence et échappait à toute autorité et aux lois, finira même par inquiéter les chefs de l'armé et le président Houari Boumediene.

La création d’un autre appareil sous la direction de Mohamed Touati dans les années 1970 n’a pas pu réduire sa puissance et ses champs d'action. Le président Boumediène lui-même a dû, pour la "contrôler" la mettre en compétition avec la DGSN, dirigée par Ahmed Draïa. Sous Chadli Bendjedid, la présidence de la république semblait avoir perdu tout contrôle sur elle. Le 4 septembre 1990, ses différentes structures sont réunies et centralisées dans le Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS), placé sous la seule responsabilité du ministre de la Défense, le général major Khaled Nezzar qui confiera le DRS au colonel Toufik, promu général quelque temps après.

Récemment, le président Abdelaziz Bouteflika, sur les traces de Houari Boumediene, a aussi procédé au rééquilibrage de son pouvoir en nommant le général Abdelghani Hamel à la tête de la DGSN, puis a remis le DRS restructuré sous le contrôle de l’État-major de l’ANP avant la "mise en retraite" du général Mohamed Mediene. Cette institution tant redoutée il y a si peu, contrôlait les citoyens, les responsables civils et militaires, les syndicats, les étudiants, les organisations de masse, les lieux de culte, la presse, les partis politiques, la gendarmerie, la police et même l’économie, s’est désormais démystifiée aux yeux des Algériens, la peur est (derrière ? pas pour autant !!), le tabou est cassé et c’est tant mieux. Chose pas du tout anodine de part le monde vis-à-vis d’un service répressif, de nombreux internautes algériens montrent sur les réseaux sociaux, leur fascination, leur attachement affectif et leur respect à ce département sécuritaire, qui reste pour eux, synonyme de protection et de défense du pays.

Si hier, ce service a accompagné la transition de l’Algérie, d’un pays sous la domination, vers un État qui s’émancipe peu à peu de la tutelle coloniale, il est temps aujourd’hui, après 53 ans d’indépendance, de trouver d’autres mécanismes pour rendre définitive et réelle la liberté de penser, de s’exprimer et d’entreprendre dans un cadre légale au dessus de tous. La légitimité historique imposée par le la force des choses, par la réalité circonstancielle et par la conjoncture de l’époque et les aléas de la géostratégie n’a plus de sens aujourd’hui, dans un monde globalisé où la souveraineté nationale n’a plus la même signification comme au temps de la bipolarité, avant la chute du mur de Berlin.

Le passage obligé à la légitimité populaire est une immunité pour ne pas donner les prétextes à ceux qui veulent "démocratiser" les peuples en les retournant contre eux-mêmes pour les replier dans leurs cercles ethniques, et les en coquiller dans leurs carapaces identitaires pour s’autodétruire, le reste affamé, et poussé à l’exode et au naufrage collectif, sa terre sera décrétée sans peuple et charcutée comme l’avait fait le Lord Mountbatten dans l’Histoire récente du peuple indo-pakistanais, la plaie et les séquelles sont au Cachemire, tout le monde les connaît et voit aujourd'hui, sous ses yeux, ce qui se passe dans la région qui se (déSykes-Picotise). Que la parenthèse se ferme, et l’Histoire la retiendra et retiendra au panthéon tous ceux qui feront naitre la nouvelle République algérienne tout court, mais unie, libre, prospère, moderne et authentique.

Ahmed Farrah

Plus d'articles de : Opinion

Commentaires (6) | Réagir ?

avatar
mhand said

Amer constat: notre pays, l Algérie, n a jamais été gouvernée par ses enfants. sauf, peut être, la période 92 a 99.

avatar
sarah sadim

C'est la fin de l'époque des chefs illusionnistes mais essentiellement imposteurs, depuis votre "Si Mabrouk" ou Boussof jusq'à Mediene Mohammed, tous ont concus et gérés les services secrets ou dit "Secrets" algériens pour un rampage politique, pour uniquement garder le pouvoir et s'enrichir (Boussof n'est pas mort pauvre) et dans le blocage absolu de la souveraineté populaire ou législative républicaine.

Oui c'est le Toscin et le Glas des imposteurs du MALG mythique et anti révolution du 1er Novembre, le Malg exfiltré dés le début par la puissance coloniale, un Malg formaté à l'extérieur et préparé aux assauts des pouvoirs après la quasi totalité des assassinats des anciens héros de la révolution.

La fin d'un cauchemard ne se limite pas à cette seule époque et aux icones types Boussof, tout ine précise comme lui sortis du néant sans origines précises (quoique pensent ceux qui ont voulu faire de Kellaf dixit kasdi marbah un kabyle né en grande kabylie alors que venant tout droit de sidi Ikhlef prés de Settat maroc) mais tous unis dans les forfaitures, les impostures les coups bas et des centaines d'assassinats inutiles.

On peu s'étendre sur ce que vous qualifiez d'époque avec une précision souhaitée "2poque usurpée" à partir de la base de Kebdana au maroc avec ce Malg de Boussof ou cet état major mercennaire de Boumedienne.

Oui c'est la fin, ca doit passer ou casser, autrement l'Algérie se disloquera et il y aura de véritables génocides dans ce pays que Dieu le préserve.

Mon oeil un appareil d'apprentis sorciers de policiers politiques, et on ose parler de services secrets algériens avec ce rebouteux Malg des traitres.

Des services secrets c'est tout autre chose, regarder ailleurs, alors quoi la confusion des tarés du Malg d'oujda est subitement devenue sacerdoce sécuritaire, drole de plaisanterie, meme dans ses recrutements le DRS de Mediene (tout aussi sectaire et régionaliste que Bouteflika) ce fut le bordel depuis Chadli et Betchine (qui est officier des Blindés... Hummm peut etre proximité constantinoise de Chadli non?) , une époque vous dites monsieur, non une époque historique ne peut se définir cette terrible trahison de nos Malgaches (repus aujourd'hui) venant d'obscurs recoins du Maroc Voisin.

Bien sur ce sigle à trois lettres il faut le bruler DRS c'est quoi la Restauration des Sols du temps de Tayebi LARBI MINISTRE DE LA REVOLUTION AGRAIRE?

La conception de nouveaux services devra se faire sur le système anglo saxon et oui : plusieure services parrallèles et s'autosurveillant, voilà les limites à une police omnidirectionnelle politique gérée par un "homme sans photos" je ne sais pas pour le reste des attributs.

Un nouveau cycle ok, mais pas que du recyclage, d'abord un nettoyage des débris résiduels de monsieur sans photos, ensuite refondre de véritables services secrets algériens dont les missions essentielles sont:

1) le contre espionnage et la sécurité intérieure

2) le renseignement extérieur

le reste, les départements ou autres structures importent peu, c'est la nature basale des missions des services secrets qui doit etre redéfinie, et son objectif principal qui doit etre précisé... lE RESTE EST A JETER AUX POUBELLES

visualisation: 2 / 5