Crise oblige, la FAF interdit le recrutement de joueurs étrangers en Algérie

La FAF interdit le recrutement de joueurs étrangers.
La FAF interdit le recrutement de joueurs étrangers.

La Fédération nationale de football invite les joueurs à avoir un compte en banque en Algérie pour éviter tout paiement en espèce.

Le football algérien à la diète ! Les clubs de football ne sont plus autorisés à recruter à l’étranger, en raison de la crise financière qui a fait perdre au pays la moitié de ses revenus pétroliers, a annoncé la FAF à l’issue de la réunion de son bureau fédéral.

La rente pétrolière réduite, les pouvoirs publics se réveillent pour mettre au régime sec les secteurs grassement pourvus en financements. Les mesures d’austérité touchent en premier le football. "Compte tenu des difficultés financières, de l’impossibilité d’obtenir des devises légalement pour payer les salaires, indemnités de formation et de solidarité des joueurs étrangers ainsi que devant les agissements de certains agents de joueurs et autres acteurs du football peu scrupuleux, le bureau fédéral décide d’arrêter le recrutement des effectifs étrangers dans les clubs professionnels" indique la FAF dans un communiqué publié sur son site internet.

Une trentaine de joueurs étrangers et des bi-nationaux jouent dans les championnats d’Algérie.

"Les joueurs disposant d’un contrat pourront jouer jusqu’à la fin de leur engagement avec le club", rassure la fédération. Cependant la FAF invite ainsi les clubs professionnels à «revoir leur effectif de manière à faire des économies surtout que le nombre de joueurs non utilisés ne cesse d’augmenter et que la masse salariale devient exorbitante". Par ailleurs, la FAF incite les clubs à plus de rigueur dans la gestion salariales des joueurs. "Conformément à la règlementation en vigueur, les clubs devront remettre à la LFP chaque trimestre la déclaration de paiement de leurs joueurs. Ils sont tenus obligatoirement de payer les salaires par virement bancaire ou postal. Les joueurs quant à eux doivent obligatoirement ouvrir des comptes bancaires ou postaux et refuser tout payement en espèce ou par chèque afin d’éviter tout contentieux". Derrière cette mesure, il y a bien entendu le transfert de devises vers l'étranger qui pose un sérieux problème pour ceux qui travaillent en Algérie. Ceux-ci passent par le marché parallèle pour le change. Car plus favorable, puis en l'absence de réglementation claire, ils font sortir leur pactole souvent en cachette.

Une trentaine de joueurs étrangers, notamment venus d’Afrique, évoluent dans les clubs algériens, qui recrutent aussi des bi-nationaux nés en Europe, notamment en France. L’ASM Oran vient de se voir refuser le recrutement de deux Brésiliens. Le championnat compte aussi une dizaine d’entraîneurs étrangers, des Français en majorité.

Les temps des vaches grasses est donc derrière nous. Les footballeurs et leurs clubs doivent oublier leur train de vie. Et la FAF ses largesses envers les joueurs. Cependant demeure la question des joueurs bi-nationaux qui jouent en équipe nationale. Sachant leurs exigences financières, la FAF maintiendra-t-elle les mêmes niveaux de revenus pour eux ?

L. M.

Plus d'articles de : Sport

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
klouzazna klouzazna

Une équipe nationale est supposée être constituée dans sa majorité de nationaux !!! l'apport de joueurs jourants à l'étranger est une force à condition qu'ils ne viennent pas pour toucher du pognon et faire de la figuration !!! il est temps d'arréter de récupérer tout ce que la FFF rejette !!!