Plus de 90 morts sur un marché irakien dans un attentat de Daech

L'attentat est mené vendredi à Khan Bani Saad à l'aide d'une voiture piégée
L'attentat est mené vendredi à Khan Bani Saad à l'aide d'une voiture piégée

L'Irak pleurait ses morts samedi, au lendemain d'une des attaques les plus sanglantes des derniers mois, un attentat-suicide en plein marché qui a tué au moins 90 personnes et fait plus d'une centaine de blessés. Les Etats-Unis ont condamné un attentat "abject".

Cet attentat mené vendredi à Khan Bani Saad à l'aide d'une voiture piégée et revendiqué par l'organisation Etat islamique (EI) est l'un des plus meurtriers depuis que le groupe extrémiste sunnite a conquis de vastes territoires en Irak il y a un an. Il intervient au moment où le pays célèbre la fête du Fitr, qui marque la fin du mois de jeûne du ramadan.

Les habitants de cette ville majoritairement chiite située à 20 km au nord de Bagdad racontaient des scènes d'horreur au lendemain de l'attaque, qui a notamment coûté la vie à 15 enfants.

L'explosion a causé d'énormes dégâts et creusé dans la rue un cratère de cinq mètres de large et deux mètres de profondeur - en revendiquant l'attaque, l'EI a affirmé que la voiture contenait trois tonnes d'explosifs.

"Le bilan atteint à présent 90 morts et 120 blessés, et nous avons entre 17 et 20 disparus", a déclaré Abbas Hadi Saleh, le principal responsable de la localité de Khan Bani Saad. "Chaque année (pendant le ramadan), il y a une attaque à la bombe. On nous reproche d'être chiite", a déploré M. Saleh. "Celle-ci est la pire dans la province de Diyala depuis 2003".

Khan Bani Saad se trouve dans cette province que le gouvernement a déclarée en janvier "libérée" des djihadistes. Ceux-ci en avaient conquis de larges pans lors de leur offensive fulgurante lancée en juin 2014. Les djihadistes n'y ont plus de positions fixes mais y commettent toujours des attentats.

Les services du gouverneur de Diyala ont annoncé un deuil de trois jours et l'annulation des festivités du Fitr. Le Premier ministre Haider al-Abadi a condamné "ce crime méprisable" des djihadistes de l'EI, assurant être "déterminé à les traquer (...) dans tous les coins d'Irak, jusqu'au dernier".

Les Etats-Unis ont aussi condamné "fermement cette attaque abjecte de l'EI(...), qui a volontairement ciblé des civils irakiens célébrant la fête de l'Aïd el-Fitr", a déclaré le porte-parole du Conseil national de sécurité de la Maison-Blanche, Ned Price, dans un communiqué. "Les Etats-Unis continueront à soutenir le gouvernement irakien et ses forces de sécurité pour affaiblir et détruire cette organisation terroriste", a-t-il ajouté.

L'attaque est intervenue alors que le plus haut gradé américain, le général Martin Dempsey, a rendu visite rapidement à ses troupes en Irak samedi. Des milliers de conseillers militaires ont été déployés à travers l'Irak pour aider le pays à chasser les djihadistes, les Etats-Unis ayant aussi pris la tête d'une coalition internationale qui bombarde les positions de l'EI, notamment dans la province d'Al-Anbar (ouest).

AFP

Plus d'articles de : L'actu en Algérie et ailleurs

Commentaires (0) | Réagir ?