Discours de Bouteflika : "un mépris violent des hommes valeureux"

Abdelaziz Bouteflika
Abdelaziz Bouteflika

Le Président de la République vient de s’exprimer, tout comme à son habitude, à travers une missive à l’attention du "peuple". Le moins que l’on puisse dire est que son contenu est choquant et attentatoire à l’intelligence des Algériens.

Ainsi, estime-t-il que par son quatrième mandat, il se sacrifie pour l’Algérie, à l’image des chouhadas. On savait que le cynisme était un ingrédient du populiste mais cela devrait avoir tout de même des limites. Comment peut-il comparer sa vie menée 53 ans durant sous les ors de la République, un accès sans limites aux richesses du pays, une noria de prédateurs serviles autour de lui pour répondre à ces moindres désirs avec le sacrifice par la mort digne et héroïque des braves chouhadas ? C’est un mépris violent contre la mémoire de ces hommes valeureux et patriotes.

"Malgré ma condition physique actuelle, je reste jusqu’à la fin du mandat". Autrement dit, "je veux finir ma vie comme un roi, même impotent et même si le pays en payera une facture incommensurable". Lorsque Monsieur Bouteflika avait été ramené par l’armée en 1999, il fit une campagne, pour la galerie, avec un slogan "El Izza oua El Karama".

Recevant aujourd’hui, dans son état physique dégradé, les Présidents étrangers prêts à le soutenir pour mieux soutirer à l’Algérie des contrats et de l’argent, la fonction présidentielle s’est transformée en le contraire de son slogan.

En 16 ans de sa présidence, les institutions du pays ont été saccagées, l’économie brisée, la richesse du pays dilapidée, la jeunesse fourvoyée, la morale terrassée. Tout le monde avait fini par comprendre cela. Mais jamais les Algériens n’avaient imaginé une fin annoncée si piètre et si ridicule d’un régime politique sans conscience et sans patriotisme.

Mais tout a un terme. Le jour où cette malheureuse comédie sera cloturée, les Algériens auront eu le temps de comprendre l’ampleur du désastre. Celles et ceux qui auraient participé à l’orgie Bouteflikienne pourront alors être fiers de leurs méfaits !"

Soufiane Djilali

Plus d'articles de : Politique

Commentaires (9) | Réagir ?

avatar
Aksil ilunisen

Malgré ma condition physique actuelle, je reste jusqu’à la fin du mandat".

Bouteflika confirme etre mediocre et indigne d'etre le President de la RADP.

.. la fin DU mandat! Pas son mandat!, il aurait pu dire MON mandat et se rappeler du double language par rapport a la "fameuse promesse" TAB JNANOU de SETIF. Mais comme il a été mandaté par d'autres (l'Armée!) , il se trouve que la verité est sortie de sa bouche, malgrés tout!

Puissent les hopitaux militaires francais GARANTIR sa vie JUSQU'A la fin du mandat en cours et "eventuellement" des autres mandats qui s'en suivraient?!

Puisse Bouteflika etre en mesure d'arreter sa course en fauteuil roulant et dire: Ca suffit maintenant, je DOIS laisser la place a une personne plus valable et que je M'OCCUPE de ma CONDITION PHYSIQUE?!

Au large les vieux! Partez en retraite!

Vieux et voleurs! Vous etes ingrats d'etre aux commande de mon pays!

Laissez l'Algerie liberée par le sang des jeunes marthyrs aux jeunes d'aujoud'hui et demain!

Puisse

avatar
Kamel Mehri

Bonjour oua SAHHA F’TOURKOUM

Le frère spirituel de Sidou Moulah el Hassan dos a dit : J’y suis, j’y reste…

La missive de notre ROI en dit long sur sa méconnaissance de se qui se passe à l’intérieur de ce grand pays d’Afrique du Nord. Le vrai (chercheur de pouvoir à vie) qui a dit un jour, alors qu’il se trouvait en Suisse : Si je n’ai pas un soutien franc et massif du peuple, je considère qu’il doit être heureux dans sa {MÉDIOCRITÉ}, et après je ne suis pas chargé de faire son Bonheur bien malgré lui.

Les slogans de "El Izza oua El Karama"+ "ARFAÂ RASSAK YA BA" font désormais partie d’un populisme révolu ya si. FAKOU bik, oua bi Ashabek.

Quelle toupet de parler de démocratie et d’acceptation d’un quatrième mandat en réponse aux «sollicitations populaires». Un «sacrifice malgré sa condition physique» qui date de 2005, qui affirme qu’il s’attellera à accomplir ce devoir «conformément au mandat que lui a confié la majorité de notre peuple». Quels mensonges éhontés de la part de notre Roi !!!!

FAKHAMATOUHOUM, dites nous ce que vous avez apporté à l’Algérie quand vous étiez aux affaires avant que vous ne vous exiliez de vous-même en dehors de « DZ » après décembre 1978, et depuis que vous avez pris el koursi d’EL MOURADIAH en 1999 ?

Dites à vos sbires et à ceux qui vous encensent du matin au soir de nous dresser le bilan de tout cela.

Il ne resterait plus à ce peuple que de s’exclamer au grand jour pour manifester le Bonheur que les différents corrupteurs et autres corrompus ont eu depuis un certain avril 1999. Heureusement que le Roi nous a démontré qu’il est à lui seul l’Algérie toute entière, dont il est l’INCARNATION de son peuple, et que si demain il finirait par partir, toute l’Algérie partirait avec lui. Quelle bassessse ! ! ! !

Quoi dire ou rétorquer à celui qui réfléchit mieux que le meilleur des enfants de ce pays, et dont la santé physique comme mentale sont aussi intactes que lorsqu’il avait 28 ans, et qu’il s’adonnait à ses subterfuges pour démettre les hommes à sa guise. Se voyant un grand ZAÏM parmi les grands du moment, (Années SEVENTIES, pour rappel). Le niveau de l’Ex Ministre des « AE » est à des années lumière de « DZ » et de ses valeurs, valeurs qui au demeurant ne peuvent lui convenir à lui, ni à son clan. Malgré le bas niveau de notre Éducation Nationale depuis 1963, ayez à l’esprit que les algériens d’aujourd’hui, ne sont pas ceux d’après l’indépendance. Ces derniers ont acquis du savoir, mais sont démunis de courage, (décennie noire oblige), lequel j’espère bien finira par venir afin qu’on vous juge les uns après les autres.

Pour terminer, je me permets de vous envoyer ce vieil adage qui dit : La lâcheté de l’homme se traduit dans ses actes, et surtout au départ dans son phrasé mon cher « BRÉSIDÈNE» de pacotille. Sachez aussi que la majorité silencieuse de ce peuple vous exècre par-dessus tout eu égard à ce que vous avez fait endurer aux algériens.

Merci de m’avoir lu.

visualisation: 2 / 8